wpt_national_cannes_2012
wsop_2012_resultats
Saturday 02 June
Home > News > Juridique > Les dernières révélations sur l’affaire EPIC Poker

Les dernières révélations sur l’affaire EPIC Poker


Juridique
Samedi, 17 Mars 2012 13:59
 Partagez

epic


Il y a quelques jours, un journaliste de Cardplayer faisait de lourdes révélations sur l’EPIC Poker League, ou plus précisemment sur la société Federated Sports and Gaming (FSG) chargée d’exploiter la licence EPIC.

Ainsi, on y apprend que la FSG se serait mis en faillite la veille du jour où ils prévoyaient de rembourser Pinnacle Entertainement d’une somme de 2 millions de dollars...

De plus, il semblerait que les quelques autres exécutifs de la boite (les noms et le nombre de ces exécutifs n’a toutefois pas été révélé, bien que tout le monde pense à Annie Duke et Jeffrey Pollak) se soient joliment sucré au passage puisque leur déclaration de banqueroute parle de salaires exorbitants de près de 460 000$ sur trois mois, une somme énorme semble-t-il demandée à la Bancrupcy Court lors du plan de ré-organisation.

Le journaliste, Justin Marchand, conclut :

"Le budget soumis par la FSG au département s’occupant des faillites (Bankruptcy Court) suggère que les exécutifs de la boite utilisent l’argent du Heartland Poker Tour pour payer les salaires des exécutifs de mars, avril et mai 2012. Proposition que la Court aurait rejetée.
Dans d’autres termes, bien que la FSG n’ait aucun tournoi prévu durant les trois mois concernés, ils ont tenté d’utiliser pour leur compte personnel les bénéfices d’une boite qu’ils avaient certes acquis mais qu’ils n’avaient pas entièrement payé. Le tout pour payer grassement les exécutifs de la boite."


Evidemment, ces révélations n’ont laissé personne indifférents et il n’aura fallu que 24h pour que les responsables de l’EPIC communiquent en retour :

. Tout d’abord, l’EPIC n’a pas fermé ses portes comme l’article le dit en introduction. Nous sommes ouverts, notre website fonctionne, le GPI aussi et nous préparons la suite, dont une ré-organisation totale de la compagnie.
. La Bankruptcy Court n’a jamais rejeté aucun de nos plans de ré-organisation. De même, elle n’a jamais rejeté nos propositions de budget : des solutions amicales ont en effet été trouvés entre la FSG et certains de ses créditeurs.
. Les fondateurs de l’ex-compagnie Heartland Poker Tour ont déjà reçu une somme particulièrement élevée à ce jour dans le cadre de notre politique d’acquisition.
. Pendant le processus de ré-organisation, les top éxécutifs de FGS ne reçoivent aucune compensation financière et les autres cadres recoivent seulement une petite somme au mois.
. Le budget total de la ré-organisation de la FGS en mars sera de 45 000$.

Il est donc possible de lire entre les lignes de ce communiqué qui se veut transparent : il n’est nulle part fait mention des 460 000$ de la proposition de plan de ré-organisation, tout comme il n’est pas précisé que la compagnie Heartland Poker Tour a été achetée en entier à ce jour et enfin, il est noté que la FGS a trouvé un accord à l’amiable avec "certains" de ses créditeurs. Pas tous donc…

Ce qui est sûr, c'est qu'Annie Duke va devoir travailler pour redorer son image : en ce moment, elle est en effet la cible de la Twittersphère et subit les foudres d'une communauté tellement en colère qu'au classement des 10 personnalités les plus haïes du poker, elle termine première... devant Ray Bitar (ex-PDG Full Tilt) et son frère Howard Lederer (classement fait par un bloggeur américain qui établit son "Top 10 a**holes in poker") !

Une affaire bien embrouillée donc et qui promet de nombreux rebondissements dont nous vous tiendront bien évidemment informés ici !



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Espagne : régulation le 5 juin ; France : réactions après les matchs truqués en Italie  
Tobey Maguire et quelques autres échappent au procès ! 
Le Nevada et la Californie accélèrent le processus pour le poker en ligne 
Accord Full Tilt - PokerStars : une officialisation avant fin mai possible 
Cercle Wagram : les suites du dossier 
Une audience pour Full Tilt devant l'AGCC le 3 mai 
Quatre tricheurs aux tables de poker condamnés à la prison ferme 
John Campos et Chad Elie ont plaidé coupable 
Emigration poker : les Norvégiens s'y mettent eux aussi 
Black Friday : un procès à haut risque 
USA : la régulation du poker en ligne état par état plus complexe qu'espérée 
Après le Nevada, l'Iowa s'apprêterait à libéraliser le poker online 
Le poker online pourrait être légalisé dès 2012 dans le Nevada 
La lutte quotidienne de la police contre les cercles clandestins 
Ray Bitar, CEO de Full Tilt, donne sa première interview : bonjour la langue de bois ! 


Everest Poker


promo-image-284x250-teammypok-2013

extras