dimanche 15 mai

Home > Articles > Le blog de Fabsoul > Des championnats du monde qui commencent bien
 

Des championnats du monde qui commencent bien


Le blog de Fabsoul
Par Fabrice Soulier   
Mardi, 07 Juillet 2009 09:23


Il semblerait que le vent ait tourné cette année à Las Vegas… Si l’an passé avait été très médiocre, cette année en revanche s’est déroulée sous de bien meilleurs auspices. J’ai fini par comprendre  qu’il est impossible de jouer bien une longue série de tournois en ayant l’esprit (trop) préoccupé par autre chose, MadeInPoker en l’occurrence …  Cela ne m’empêche pas d’être très fier des améliorations, des nouvelles vidéos sur le site et de l’équipe, qui a fourni un travail de dingue.

A l’heure où j’écris cette chronique, le Main Event vient tout juste de commencer, sonnant comme le début d’une grande aventure et la fin de plus d’un mois de tournois qui s’enchainent à un rythme épuisant. Le plus difficile dans ces championnats du monde est définitivement de tenir sur la durée : se lever chaque jour avec la même énergie que la veille, oublier les mauvais coups et rentrer en piste avec la patience du joueur qui débute à des blinds 25/50 en essayant de ne pas penser aux coups à 100.000 qu’il a perdu la veille sur un bad beat.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai attaqué le HORSE à 50 000$. Et oui cette année  j’ai choisi de jouer ce très beau et prestigieux tournoi, un rêve depuis longtemps.  J’ai investi une partie de l’argent et me suis fait aider pour le reste par des amis « backers » que je remercie d’ailleurs ici. J’ai essayé de faire abstraction de tout pour être certain de n’avoir aucun regret en cas de défaite. Ce que je n’avais pas prévu, c’est cette incroyable montée de stress qui m’a saisi pendant la première heure de jeu. J’ai pourtant joué de très grosses parties dans ma vie mais là, me retrouver dans ce tournoi avec 6 ou 7 légendes du poker à ma table, des photographes  partout, les yeux du public rivés sur nous… C’était une sensation bizarre que je n’avais jamais ressenti auparavant, pas même en finales télévisées du WPT ou WSOP.

Après deux coups pas très bien joués en début de partie (heureusement c’était au début et ils ne m’ont pas couté cher) je suis sorti me passer la tête sous l’eau, manger un bout, papoter avec des amis et j’ai enfin repris mon siège en me disant que j’étais à ma place et que je pouvais, pourquoi pas, tous les battre. Et là, j’ai commencé à m’amuser. A gagner des coups, à éliminer des joueurs, je suis resté concentré tout au long de ces deux longues journées en n’ayant qu’un seul leitmotiv : « Ne fais pas d’erreur, pas une seule, jamais ».

J’ai finalement sauté sur un coup inévitable, en début de troisième journée avec A3456 contre A2456 au razz , en étant passé à des tables incroyables. De celles où quand on perd des jetons, on se demande à qui on va bien pouvoir les reprendre …  La plus belle de mes tables: Doyle Brunson, Annie Duke, David Benyamine, Phil Ivey, Nick Schulman,  John Monette, John Kabbaj.

fab

Avec le recul, je n‘ai aucun regret quant à la façon dont j’ai pu jouer ce tournoi : la structure augmentait tellement vite les derniers jours qu’un joueur ayant la moyenne pouvait tout perdre en 10 minutes. Il ne fallait perdre aucun coup ; quasiment du No-Limit dans l’esprit.
J’en garde donc un excellent souvenir pour l’expérience mais une grande amertume quant à la non-possibilité de jouer à l’aise au bout de deux jours. Même Phil Ivey ou Patrick Antonius jouaient plus serrés que le derrière d’une poule…  Je rêve désormais d’un tournoi de HORSE marathon de 7 jours minimum, avec une structure de rêve, sans aucun jump dans les limites et qui sacrerait un champion qui pourrait dire à la terre entière : « la chance n’a joué qu’un rôle mineur dans ma victoire ».

Au final, pendant ces WSOP 2009, j’ai eu la satisfaction d’entrer six fois dans l’argent (en Omaha hi-lo, en PLO, en PLHE/PLO, en Stud et deux fois en HORSE) sur une vingtaine de tournois. Pas de très grosses sommes mais une 7e place dans la finale du HORSE à 1 500$ dont je ne retiendrais pas la somme gagnée mais plutôt la longue route parcourue pour échouer si près du but. Il est difficile de faire un bilan dans ces cas là. Je suis très heureux de mon nombre de cash mais très déçu de ne pas avoir pu pousser mes tournois plus loin. Car sortir d’un tournoi des WSOP est beaucoup plus décevant que de sortir d’un autre ; sûrement la faute au fantôme du bracelet qui plane au dessus de chaque joueur, qui, comme moi, n’a pas encore eu la fierté de pouvoir en accrocher un à son poignet.

Mais demain c’est le Day 2a du Main Event et je reprendrais la lutte avec plus du double de la moyenne. Donc avec un confort non négligeable. Je vais d’ailleurs continuer d’appliquer la méthode qui me semble adéquate vu la profondeur de tapis : ne pas jouer de trop gros coups, monter  progressivement mais avec assurance car la très belle structure du tournoi le permet (30k au départ, blinds 50/100 et niveaux de 2h). Il va vraiment falloir de gros bad beats pour me déloger. Sauf que 6 500 joueurs au départ pensent et veulent la même chose que moi. A l’heure où vous lirez cette chronique, les dés seront jetés. Pourvu qu’ils fassent un double six !



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Lost in Berlin (aux portes de la TF) 
Californie and ski ! 
Deauville-Venise-Paris-LA : un mois standard ! 
PPT:une finale en demi-teinte 
Bientôt la finale du PPT ! 
WSOP 2010 : un vrai cauchemar 
Enfin à Las Vegas pour les WSOP ! 
En avril, c'est ton bankroll qui file (mais en mai...) 
Encore en vadrouille... 
Enfin un pied-à-terre en Europe ! 
Neige à Vienne et pluie à Deauville 
Pourquoi j'adore Vegas - et bonne année ! - 
Une fin d'année sympathique 
La rentrée des classes 
49e au Main Event : des sentiments partagés 

Retrouvez en exclusivité sur MIP les patates du poker avec Martin Vidberg :

planche numéro 1
planche numéro 2
un jeu de stratégie
le monopole des jeux
l'entrée d'un casino
poker en ligne & casinos
la future régulation
l'économie par le poker
la lutte contre l'addiction


Les portraits
La stratégie


Le blog de Fabrice Soulier
Tutoriaux vidéos
Interviews vidéos exclusives
Critiques de livres de poker
Inscrivez-vous à la newsletter


 
Chilipoker DSO saison 2