Tuesday 29 May
Home > Articles > Destination poker > On a testé pour vous : le Croatian Poker Series

On a testé pour vous : le Croatian Poker Series


Destination poker
Par Claire Renaut   
Lundi, 30 Août 2010 12:23
 Partagez

 

Rarement un tournoi n’avait autant fait jaser en France avant même que ne soit lancée sa première édition (lire la news "Les promesses non tenues du CPS" ici). Avec une telle histoire entachant l’organisation, on pouvait donc s’attendre à tout et surtout au pire.

Commençons donc avant tout par éclaircir un peu cette affaire de packages promis à des joueurs français. Il semblerait, comme nous l’explique Fabiano Stefanini, co-organisateur du tournoi avec son ami Nicolas Barbani via leur société "The Nuts", que l’intermédiaire pour la France (qui ne fait pas partie de l’organisation) ait tout simplement promis des packages sans en avoir eu la confirmation en amont par "The Nuts". Et que la communication ensuite entre les deux parties n’ait pas été suffisamment claire.

Bref, un sac de noeuds pas facile à démêler que "The Nuts" conclut par "Nous avons été effarés par les mauvais retours que nous avons lu dans la presse française à notre sujet. Nous tenons à présenter toutes nos excuses aux joueurs lésés que nous seront ravis d’accueillir dans un de nos prochains tournois. A l’avenir, nous chargeront nous même de communiquer avec les grands joueurs que nous souhaitons inviter à nos évènements."

Ceci étant réglé, passons directement au vif du sujet : que vaut vraiment ce tournoi ?


LE CADRE

Comme nous l’explique Fabiano, "The Nuts" veut créer "une belle série d’événements dont nous désirons qu’ils allient les vacances au poker ; histoire de pouvoir venir jouer accompagné de sa femme ou ses enfants". D’où le choix cette fois d’un Resort à l’américaine, le Méridien Lav, pour accueillir les joueurs et leur petite famille ou leurs amis. "Nous avions déjà organisé de nombreux tournois en Italie mais cette fois, nous voulions sortir des frontières et tenter une autre destination qui soit propice au mois d'août."

Le Resort est situé à 15 minutes en navette (gratuite) de la vieille ville de Split, un chef d’oeuvre historique couvrant plusieurs siècles d’architecture se juxtaposant avec douceur dans ce qui était autrefois un des ports les plus puissants de la Méditerranée. La ville est très agréable à visiter et pleine de charme, promenant le touriste dans des ruelles à l'allure moyenageuse, l'emmenant d'un petit café à une place d'époque romaine en passant par le marché au poisson ou, pour les plus motivés, une excursion en bateau jusque dans les îles toutes proches, véritables joyaux sauvages et préservés du tourisme de masse.

split
Split est une ville qui laissera les amateurs de vieilles pierres bouches bées (pas sûr que cet argument vous séduise vraiment mais bon...)

Le Méridien, comme tous les hôtels de la chaîne, offre un confort 5 étoiles et un design sobre et contemporain qui ne dépaysera pas les joueurs habitués du circuit pro : propre, efficace et agréable.

resto
Adieu folklore ou culture croate : le Méridien, et comme dans tous ses établissements de part le monde, se veut international et moderne dans sa déco

spalav
Quoi de mieux avant de jouer de piquer une tête et d'enchainer ensuite hammam et jacuzzi ?

Seul point noir, l’absence de wifi dans l’établissement et le fait de devoir payer environ 15 euros par jour sa connection (mauvaise) en filaire dans les chambres ou en wireless dans le lobby. Un vrai cauchemar pour le joueur online

De même, cet endroit n’est pas non plus pour les amateurs de calme ou d’hôtels de charme : l’hôtel compte 381 chambres, plusieurs restaurants et des centaines de transats dehors au bord des deux piscines… Un vrai Club Med qui propose aussi des activités de type tir à l’arc, yoga, fitness, sauna et spa (gratuits) ou encore du tennis, plein de sports nautiques et, last but not least, un casino. Nous reviendrons d’ailleurs plus tard sur les parties de cash qui s’y sont déroulées pendant le tournoi.

plage
La vue offerte aux joueurs pendant la pause : de quoi oublier n'importe quel bad run !

Enfin, l’avantage principal de l’établissement, c’est tout de même sa plage : elle a beau être en petits galets, comme la majorité des plages de Croatie, ça n’enlève rien au charme de l’endroit ou au turquoise de la Mer…


LA SERIE DE TOURNOI

Cette première édition du Croatian Poker Series offrait un programme sympathique : outre le Main Event, étaient proposés :

. Un Ladies Event à 130 euros (22 joueuses)
. Un PLO/PLH super turbo à 330 euros (18 joueurs)
. Un Deepstack NLHE à 550 euros (30 000 jetons au départ, rounds de 45 minutes, 90 joueurs) 
. Un tournoi "Team Nation Cup" (les 4 membres de l'équipe jouent à tour de rôle) dans lequel les deux équipes françaises se sont brillamment illustrées puisqu’elles ont terminé à la première (Pokergirlz) et à la seconde place (ces messieurs ci-dessous), le tout pour un buy-in collectif de 1 100 euros par équipe.

team
Sur huit équipes, les deux Teams françaises ont terminé 1ers et 2nds : chapeau les amis !

coupes
A chaque différent champion, sa coupe ! (sympa, sauf quand on voyage sur Easyjet)

Quant au Main Event, impossible de ne pas saluer la beauté de la structure : 50 000 jetons, départ 50/50 (un niveau de trop d’ailleurs) et des rounds de 45 minutes le premier jour puis une heure les suivants, le tout avec des jumps très doux. Tous les joueurs se sont d’ailleurs accordés sur le fait qu’elle soit vraiment agréable à jouer.

jetons
Des jetons et des tables flambant neuves pour un jeu arc-en-ciel (ou très noir, c'est selon...)

Ce sont 213 participants qui avaient fait le détour par Split pour tenter l’aventure : "Nous sommes très satisfaits, le dernier tournoi ayant eu lieu en Croatie était à Zagreb et il n’avait réunit que 50 joueurs malgré un buy-in plus faible. Il ne faut pas oublier non plus qu’ici, le salaire moyen en d’environ 550 euros par mois. Ca représente donc beaucoup d’argent. Il est donc quasiment certain qu'il y aura une deuxième édition de l'événement."

salle
Les espérances de l'organisation ont été remplies : le tournoi a dépassé les 200 000 euros de prizepool

Et parmi les inscrits, mois d'août et faible buy-in oblige, on ne retrouvait que peu de figures connues à l’exception de Fabrice Soulier, Voj Petrov, Michael Keiner, Dag Palovic ou Frédéric Brunet. En revanche, le tournoi accueillait de nombreux qualifiés online venus de l’Europe entière, c’est ainsi que le field était composé tant d’italiens que d’allemands, de français, d’autrichiens, de croates ou de russes (et c'est d'ailleurs Anton Shumilov, un jeune russe, qui a remporté le tournoi).

trio2
Brochette de frenchies sous le soleil de Croatie

Question organisation, tout roulait comme du papier à musique et les croupiers (croates) étaient dans l’ensemble bons, rapides et polis. Aux manettes, le bien connu directeur de tournoi italien Rodolfo Zirio a lui aussi été apprécié de tous et aucun joueur n’a eu semble-t-il quelque chose à redire sur le tournoi en lui-même.

On peut toutefois ajouter que des boissons offertes aux joueurs auraient été appréciées. Notez aussi que le tournoi est plus adapté aux couche-tards : il s'est déroulé de 15h30 à 3h du matin les deux premiers jours.

Question qualité du field, force était de constater que le niveau général était plutôt bon et que dès la fin du Day 1, il devenait difficile de trouver une table dans laquelle les coups n’étaient pas 3-bet préflop au moins une main sur deux. Une value pas forcément énorme, disons-le clairement.

fish
Ne vous fiez pas à ce t-shirt emblème du pays : ici, les fishs ne pullulent pas tant que ça...

Le vrai point noir était le prélèvement effectué sur le tournoi : sur les 1 100 euros dépensés par le joueur, seuls 966 allaient dans le prizepool.  Une somme élevée mais encore acceptable pour le Main Event mais trop dure à encaisser pour les sides events. C’est ainsi que sur un tournoi indiqué "300+30 euros", 45 euros au total étaient enlevés du prizepool. Stefanini commente : "Nous avons conscience que ce prélèvement est beaucoup trop lourd pour les petits tournois. Nous allons donc nous efforcer de rectifier le tir et de ne pas dépasser, par exemple pour les 300 euros, les 30 euros de rake. Pour des raisons de paperasse, nous avions mis tous es tournois sur le même modèle de prélèvement : 10% plus 4% supplémentaires pour les croupiers mais nous allons changer ça dans le futur."

On retrouve ce même souci dans les parties de cash game (4 tables au maximum dans le casino), qui n’ont pas eu le succès escompté compte-tenu du rake à 5%. Le cap à 20 euros est correct pour les grosses tables dès 10/20 mais devient impossible à jouer sur une 1/2 ou 2/5. Car il faut en plus ajouter un pourboire pour le croupier, ces derniers n’étant pas payés en sus (et les annonces au micro vous le rappellent toutes les heures).


CONCLUSION

Ce tournoi semble être organisé par une société dynamique et ambitieuse qui a montré une vraie envie de bien faire les choses et un sens de l'organisation méthodique et efficace une fois sur place. Mais ce tournoi ne présente guère d'intérêt d'un point de vue 100% poker pour un gros joueurs puisque la value n'y est pas énorme, que le buy-in n'est pas très élevé pour un Main Event et que le prélèvement y est pour l'instant trop lourd.

En revanche, pour ceux qui veulent allier vacances et poker, c'est tout simplement une destination idéale ! Rendez-vous à Innsbrück l'hiver prochain pour allier ski et poker : avis aux amateurs...



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Comment partir à Las Vegas en VIP sans se ruiner ! 
Las Vegas : les bons plans  
Jouer au poker à Paris 
On a testé pour vous : le tournoi mensuel du Mazagan au Maroc 
Saint Martin 
Riga 
Londres 
Montréal 
Paris 
Las Vegas - Les bons plans 
Malte 
Le poker en croisière 
Namur 
Las Vegas - le Bellagio  
Marrakech 


Everest Poker


promo-image-284x250-teammypok-2013

extras