Wednesday 02 January
Home > Articles > Interviews > Darcourt vu par Darcourt : "Notre couple fonctionne parce qu'il y a les tournois"

Darcourt vu par Darcourt : "Notre couple fonctionne parce qu'il y a les tournois"


Interviews
Par Steven Liardeaux   
Jeudi, 09 Février 2012 12:22
 Partagez


Caroline, première question, qu'est-ce que ça fait de venir jusqu'en Bulgarie pour découvrir une salle de poker qui porte le nom de ton mari ?

- Caroline : Quand j'ai su que ça allait se faire, j'ai trouvé ça génial pour lui. Mais ça ne m'étonne pas. Il a un tel pouvoir de charisme, il sait tellement faire parler de lui etc., si bien qu'au final, que ça tombe sur lui, ça ne m'étonne pas. Et je suis très contente pour lui. Je ne peux pas parler de fierté, parce que ma fierté c'est plutôt quand il fait des gros deepruns sur des tournois, comme à Vegas l'été dernier par exemple. Car c'est là que son côté combatif ressort le plus, tu vois vraiment l'homme face à des situations difficiles. Je ne dirais pas que c'est normal et mérité, il a été là au bon moment. Je crois qu'Eric Mazza a été malin, parce que quand Guillaume fait les choses, il est toujours très investi. Et je pense que Mazza le sait. D'un point de vue marketing, je trouve que Guillaume fait partie des joueurs Français qui passe le mieux, qui est souvent dans les magasines etc. Il y en a d'autres, mais je trouve que c'est malin.

Guillaume, peux-tu nous dire comment tout cela est arrivé ? Car c'est assez rare d'avoir une room de poker à son nom, sauf quand on s'appelle Phil Ivey par exemple !

- Guillaume : Tout cela vient d'Eric Mazza, qui est associé au casino pour créer une poker room, car il n'y en avait pas avant. Par la suite, et j'imagine pour faire un peu de buzz, il voulait donner un nom de joueur à cette poker room et à priori, soit le nom d'un Américain, soit d'un Français, puisqu'en Bulgarie, c'est ce qui marche. Les Américains ont abandonné, car aucun d'eux ne seraient venus régulièrement, donc ils se sont dit, ce sera un Français. A partir de là, comme l'a dit Caroline, c'est tombé sur moi. Ça aurait pu être ElkY, Fabsoul, Jean Paul Pasqualini… pourquoi moi ? Je n'en sais rien. Peut-être parce que j'ai les cheveux roses, j'ai fait un deeprun cet été à Vegas, et que lorsqu'on m'a proposé le projet en octobre dernier, c'était juste après. Peut-être aussi parce que quand on parle de moi, les gens parlent de show, de spectacle, de panache de buzz, etc., donc j'imagine que c'était le but aussi pour eux de faire du buzz avec cette salle. Et je crois que je suis le premier européen à avoir donné son nom à une salle.

Le fait que ce soit loin de la France ne te dérange pas ?

- Guillaume : Ce n'est pas si loin, c'est à 3h de vol de Paris. On a suffisamment de destination qui sont au moins aussi loin que cela, donc non je ne trouve pas ça si loin.

darcourt_steven_pravets
Interview dans la Darcourt Room, à Pravets



Caroline, les murs de la salle de poker sont roses, comme les cheveux de ton mari. Cela signifie-t-il que tu l'enterreras avec cette coiffure ou est-ce qu'un jour tu espères le revoir comme avant ?

- Caroline : Tu sais, ce qui m'a fait très peur, c'est qu'il n'y a pas si longtemps, il allait refaire sa couleur rose, et je lui glisse à ce moment là que j'en avais un peu marre de cette couleur. Je commençais à retrouver ses cheveux gris clairs, et je me disais que je l'aimais bien aussi comme ça. Et là il me répond : "Ouais moi aussi." Alors je me dis "cool, ça y est c'est fini"… C'est là qu'il dit: "Je vais peut-être essayer en bleu !" Je me suis dit "oh non, ça y est, on est reparti…"
Mais franchement, l'enterrer en rose, oui !
- Guillaume : Je ne vois pas bien ce que tu veux dire par là…
- Caroline : Ce que je veux dire, c'est que le jour où tu seras mort, et si tu n'as plus les cheveux roses à ce moment là, je te les ferai teindre de cette couleur, avant de te mettre dans le cercueil.
- Guillaume : Euh je crois qu'il va falloir dealer là !
- Caroline : Et je te ferais un cercueil tout rose à l'intérieur.
- Guillaume : Ah ba voila, le cercueil de la fanfare ! Définitivement, je vais me les faire bleus rapidement !

guillaume_darcourt_ept_deauville_2012
La Pink_Attitude du Boa


On connaît le Darcourt à table, mi-génie, mi-fou, qui monte des jetons, fait tilter n'importe quel joueur, etc. mais comment est-il à la maison et dans la vie de tous les jours ?

- Guillaume : Pareil, il fait tilter tout le monde !
- Caroline : Tu vois tu me l'as enlevé de la bouche : oui il fait tilter tout le monde. C'est à dire que c'est une personnalité très charismatique, et comme tous les gens charismatiques, tu peux avoir un appart de 2000m carré, il va te prendre toute la place ! Donc, son humeur, quand il est bien, tout le monde est très bien, mais quand tout d'un coup il sort, ne dit pas un mot en descendant les escaliers, tout le monde a compris que là ça n'allait pas bien se passer dans la journée. Donc tout le monde est dans un stress pas possible en se demandant quand ça va "péter". Moi j'essaie de calmer les enfants…
- Guillaume : Les copines ne veulent même plus rester à diner…
- Caroline : Oui il y a eu ça aussi ! Les copines qui me demandent "Mais qu'est-ce qu'il a aujourd'hui ?"… Parce que je pense que c'est quelqu'un qui déborde sur tout le monde. Moi je suis quelqu'un d'assez souple, mais parfois, ça déborde. Casser des portes…
- Guillaume : C'est toi qui casse des portes !
- Caroline : Oui parce que tu t'enfermes ! Alors que je veux te parler. La porte y est restée...
- Guillaume : Deux fois tu as cassé une porte !
- Caroline : Oui enfin en 5 ans, ça va. Non mais il te rend fou, il te fait tilter. Parfois pour rien !
- Guillaume : Non non non, pas pour rien. Seulement quand vous touchez à mes affaires, et que vous ne respectez pas ce qui m'appartient.
- Caroline : Oui enfin tu as trois enfants, petits, donc c'est à prendre en compte
- Guillaume : Oui… et toi !

J'ai l'impression que vous êtes aussi impulsifs l'un que l'autre…

Guillaume : Surtout elle…
Caroline : Quoi ?! Non c'est pas vrai… T'es caractériel… Je pense de toute façon qu'on a tous les deux des tempéraments très forts. Disons qu'on a du mal avec la modération.
Guillaume : On est des rebelles ! Eheh !

calmos
Caroline essaie de tempérer Guillaume, lors de sa finale aux WSOP 2010


Lorsque vous partez en tournoi, Guillaume joue et toi tu prends les photos et écris une partie de coverage pour le blog PMU. Mais alors que font les gosses pendant ce temps là ? Vous arrivez à gérer cette vie ? Vos enfants comprennent-ils ce qu'il se passe ?

- Caroline : C'est très compliqué. On a eu des nounous, maintenant on n'en a plus, c'est souvent la mère de Guillaume qui garde les enfants… heureusement qu'on l'a pour le coup… On a entièrement confiance. Après, on ne peut pas dire qu'ils comprennent, ils n'ont pas eu le choix en fait. Ils ne connaissent que ça.
- Guillaume : Pour certains, ils comprennent, mais ils n'acceptent pas.
- Caroline : Voila c'est ça. Parfois quand on part, ils ne sont pas contents, ils nous le disent. C'est plus sur moi que c'est pénible que sur Guillaume. Pour lui, ils ont admis que c'était son métier, que c'était comme ça, et du coup ils sont très respectueux. Mais moi, ils ne comprennent pas que je parte aussi, et pour eux, je n'ai rien à faire là-bas. Donc c'est très compliqué de leur expliquer que…
- Guillaume : … qu'ils ont raison ! Eheh !
- Caroline : Non, pour leur expliquer que l'équilibre des enfants passe aussi par l'équilibre d'un couple. Hors, nous, on se croise à la maison et on se retrouve sur les tournois. A la maison, passé trois semaines, lui vit sa vie avec le boulot, ses tournois etc., moi je m'occupe des enfants, on n'a pas le même rythme de vie, et on se retrouve parfois le soir s'il n'y a pas de tournois (mais c'est rare), et on est beaucoup plus seul chacun dans notre bulle à la maison, que quand on est sur un tournoi. Puisque là on se retrouve, on devient fusionnel, on est bien, on s'engueule jamais sur un tournoi, sauf à Vegas, mais parce à Vegas je suis persuadé qu'il y a un truc dans l'air qui fait que t'es au taquet tout le temps, mais sinon notre couple fonctionne parce qu'il y a les tournois, je pense. T'es pas d'accord ?
- Guillaume : Oui. Je suis très d'accord.


Dans la précédente interview qu'on avait fait avec ton mari, il nous avait confié que cela ne le dérangerait pas si vos enfants se mettaient au poker. Au contraire de toi. Ton avis a changé la dessus ? Ont-ils le droit de toucher aux cartes parfois ?

- Guillaume : Elle joue avec eux !
- Caroline : Si tu veux, il y en a un, William, qui est déjà très vif. Je ne sais pas s'il est surdoué, mais il est très précoce. Il sait ce qu'est un move, un 3-bet… il n'a même pas 12 ans ! Il adore ça, il connait tous les joueurs de poker. Combien de fois je l'ai surpris en train de lire des magazines de poker ! Il suit même les coverages sur internet.
Tu sais souvent avec Guillaume, on fait des heads up à la maison quand j'ai envie d'un vase ou d'un sac ou n'importe quoi. Donc il nous a vu faire ça, donc après il a voulu faire ça avec son frère qui a eu 8 ans, et ils mettent en jeu des statues, des figurines. Mais William joue sur sa tablette numérique, il a des applications poker, il joue sans arrêt au poker ! Souvent je le regarde, je le conseille... Mais il a plus une fibre de compétiteur que de joueur. Il veut écraser tout le temps sa table... je l'ai même déjà vu pleurer parce qu'il perdait ! Mais il est tres interessé par plein d'autres choses, donc même si je ne suis pas pour, je tolère.

Il ne fait pas encore de parties de poker à la maison avec les copains à 12 ans ?

- Caroline : Il fait des boums, mais pas des parties de poker... En revanche, l'école a organisé un tournoi entre les meilleurs élèves de chaque classe et les profs. William a terminé troisième ! Et il était super enervé parce qu'il avait perdu : "J'avais les dames, il avait les valets, et il a touché le valet à la river ! "Il était fou quoi ! "Sinon j'aurais été premier, j'aurais été propulsé... et puis en heads up je l'aurais explosé !"

Donc ils sont déjà à fond dedans en fait. Est-ce qu'ils ont eu le choix ?

- Caroline : Non ils n'ont pas eu le choix. Mais si tu veux un autre exemple, ils sont très sensibles à la peinture, parce que je les ai mis à la peinture aussi. Mais je pense que c'est pour tout le monde pareil, ce sont les parents qui véhiculent une certaine culture, les activités que tu fais avec eux. Dans les familles normales, on apprend peut-être pas à ses enfants à jouer au poker, je ne sais pas. De toute façon, on n'est pas une famille normale.

Qu'est-ce qu'il n'y a de pas normal chez vous ?

- Caroline : Les enfants, à cet âge là, ont du mal avec les différences. Ils aiment bien que leurs parents viennent les chercher à l'école, soient là à leurs cotés tout le temps... alors que nous, il peut nous arriver de nous absenter de une à trois semaines parfois. Et puis il y a aussi le fait que Guillaume aille les chercher à l'école avec ses cheveux roses, le fait qu'il soit joueur de poker professionnel, etc., c'est un peu particulier pour les enfants.

darcourt_enfants
Guillaume Darcourt et ses trois enfants

Tu penses qu'ils sont fiers de leur père, joueur de poker aux cheveux roses ?

- Caroline : Oui parce que c'est un champion de poker ! Enfin surtout le plus grand. Les deux autres petits s'en moquent, ils ne réalisent pas, ils sont trop petits.
- Guillaume : Moi je ne suis pas une star ou quoi que ce soit, je joue au poker et c'est tout, mais je me suis toujours dit que les enfants de stars, pour eux tout est normal. Et bien les notres, à notre niveau, s'ils découvrent ma tête sur un magazine ou un dossier de six pages avec des photos partout dedans, et bien c'est normal : "Ah tiens, c'est papa, c'est normal !"

Et à l'école, ça ne crée pas des tensions, des jalousies ?

- Guillaume : Non pas du tout. A mon avis, le grand se la pète un petit peu avec ça, et puis comme apparemment à l'école tout le monde aime bien le poker, et bien quand il peut le caser, il le case. Il est fier.

- Caroline : Oui il est fier, mais parce qu'il est ado, il commence à comprendre. Maintenant, pour le plus petit, ça lui pèse aussi cette différence. Et même pour moi, ça pèse aussi un peu parfois. On habite en Suisse et c'est un peu particulier. Il m'arrive de me prendre certaines réfléxions, du genre "Ah ba oui, c'est vrai, tu n'étais pas là, forcément, tu étais encore partie sur des tournois". Ils ne comprennent pas. Pour eux c'est même bizarre qu'on soit des parents. Mais si on regarde bien, combien y a-t-il de familles dans le poker ? Combien ont des enfants ?
- Guillaume : Tu as les Hairabédian, mais les enfants sont grands et en plus il jouent, tu as les Roy, mais les enfants ne viennent pas souvent... c'est à peu près les seuls qui viennent à deux et qui ont les enfants à la maison, sinon ils viennent tout seul.

Comment vis-tu un tournoi quand Guillaume joue ? Es-tu Indifférente ? stressée ? Te sens-tu pleinement investie ? Et penses-tu que cela compte pour lui que tu sois présente (ou pas)

- Caroline :Tu vois ça c'est une bonne question. Avant ça me bouffait complètement, je n'arrivais même pas à travailler correctement sur les coverages, parce que je sais que j'étais un élément pertubateur dans une salle de presse. Je me souviens de l'EPT Prague par exemple, il n'arrêtait pas de faire le yoyo, la période de la bulle était très longue, et puis après ça il a doublé, triplé, il est devenu énorme, pour finalement sortir peu de temps après, moi ce tournoi là a été un vrai tournant pour moi, dans ma façon d'aborder les tournois.
- Guillaume : C'est parce qu'on s'est engueulé aussi...
- Caroline : Oui toi tu nous as dit "restez à votre place,vous me mettez la pression, vous me stressez tous là !" et c'est vrai que j'avais pris tout son stress et c'était invivable. Je m'étais dit "plus jamais !".
Guillaume : Elle avait même fait un malaise à la bulle quand je perds avec as-roi contre les valets"
- Caroline : Il perd le coin flip et là, je tombe sur une chaise, j'étais livide, on m'a dit "ne bougez pas!"... enfin ça m'avait complètement anéantie. Aujourd'hui ce n'est plus du tout pareil. Il y a une barrière. Je le suis comme tous les autres membres de la team. Forcément on le suit plus que les autres parce qu'il est dans tous les coups, il n'arrête jamais. Mais ça ne m'affecte pas... Sauf à Vegas.
- Guillaume : ça ne l'affecte pas quand je ne joue pas bien et que je ne fais pas de résultats, mais elle commence à s'y prendre de façon très normal quand ça commence à monter et qu'on arrive à une perf'.
- Caroline : Mais je me tiens. Maintenant je ne le montre plus. Au contraire.

Et toi Guillaume, tu y penses ou t'arrives à être dans ta bulle et jouer correctement ?

- Guillaume : Il ne faut pas que j'y pense. Si j'y pense c'est qu'il y a un problème, et que ça me détourne du jeu. Quand je suis bien à la table, je ne pense à rien d'autre. Si je commence à penser à Caroline, c'est parce qu'il y a une merde. En revanche, si tu me dis "Est-ce que c'est important qu'elle soit là ?", oui c'est important qu'elle soit là. Dans la victoire comme dans la défaite, ou pour tous les à-côtés, oui il faut qu'elle soit là.

caroline_darcourt_ept_deauville_ladies

Quelles sont les qualités et les défauts de ton homme, et sans langue de bois ?

-Guillaume : Euuuh doucement hein...
- Caroline : Je pense qu'il est comme son jeu.

C'est à dire ?...

- Caroline : Il est fou ! Il est imprévisible... et dans les qualités je dirais que...
- Guillaume : Attends c'était un défaut ça ?!
- Caroline : Non non mais je vais te faire les deux. Dans les qualités c'est une des personnes les plus intelligentes que j'ai rencontré dans ma vie, qui est pour moi ce que j'appelle un intellectuel, c'est à dire qui est capable de raisonner sur le monde dans lequel il vit, d'avoir un raisonnement sur les choses toujours extremement logique et pertinent. Je sais que quand on commence à parler sur des sujets économiques, politiques etc., c'est une des rares personnes qui va me faire voir les choses autrement, je vais prendre en compte son avis, et surtout il m'apprend des choses. Ça pour moi c'est sa plus grande qualité. C'est aussi un battant et avec lui, je n'ai jamais peur. Quand tu es avec un joueur de poker et que tu as une famille, normalement t'es flippé, il n'y a pas de sécurité. Moi j'ai jamais peur. Il n'y a que les mauvais joueurs qui fréquentent les filles faciles sur les tournois. Les bons joueurs viennent sur les tournois pour le poker, et le reste est accessoire. Ils sont surtout là pour se retrouver avec leurs potes, partager leur truc etc. Moi c'est ce que je vois et je te parle de ceux que je connais bien. J'aurais plus de soucis à me faire pour Guillaume en dehors des tournois que sur les tournois. Mais même pour la sécurité financière, je n'ai jamais eu peur parce qu'il a toujours confiance en lui.
Et pour ses défauts, je te dirais qu'il a toujours raison.
- Guillaume : Mais c'est vrai en plus.
- Caroline : Voilà. Et si tu savais le nombre de fois où il arrive à te faire douter et que tu commences à te prendre la tête et à te dire "mince mais finalement j'ai peut-être tort"... Il a toujours raison ! Rien n'est jamais de sa faute.

Il ne se remet jamais en cause ?

- Caroline : Je pense qu'il se remet en cause lui avec lui, mais face à moi jamais.
Guillaume : Ouais c'est pas faux...
- Caroline : C'est à dire que Guillaume en 7 ans, il a du s'excuser avec moi deux ou trois fois. Et moi quand il me présente ses excuses sur un truc, je peux te dire que là c'est mieux qu'un sac Chanel tu vois ! C'est le cadeau suprème.

Enfin, qu'est-ce qui ferait pleurer le Pink Boa Constrictor, fort, grande gueule, et surtout toujours le grand smile affiché ?

- Caroline : Tu veux connaitres ses cordes sensibles ? Son père et son fils, le plus grand. Une fois à Vegas, on s'était engueulé très fort, il y avait les enfants, et William, le plus grand, lui a lancé à la figure "Moi j'en ai ras le bol de ton poker, je veux rester avec maman, laisse nous tranquille". Et je l'ai vu se décomponser et ça l'a probablement fait pleurer, je ne l'ai pas vu, je n'étais pas avec lui, mais j'en suis pratiquement certaine.

 

Photos ©Jules Pochy et ©Caroline Darcourt, avec son aimable autorisation.

Commentaires (0)


Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.

busy
 
L'interview décalée d'Estelle Denis 
Interview fun et décalée avec Steven "Gloub" Moreau ! 
Rencontre avec Rémy Epinoux, le coach hypnotiseur des stars du poker 
François Tosques, qualifié Partypoker, nous raconte son premier Vegas ! 
Kara Scott : "On peut dire que j'ai eu beaucoup de chance dans ma vie..." 
Aubin Cazals, champion du monde à 21 ans : interview ! 
Alain Roy : il n'y a plus de banane flambée ! 
Lucille Cailly : "Avec ce million, je ne veux plus jamais me mettre de pression" 
EPT Campione : Fabrice Soulier nous parle de sa table finale 
Interview Jean Louis Cap : "Je ne joue pas pour gagner, mais pour progresser" 
Interview Ronan Monfort : "J'ai toujours pris le poker comme un vrai boulot" 
Alice Taglioni : passionnée de poker 
Ilan Boujenah : "Le Partouche, mon tournoi référence" 
Stéphane Bénadiba : joueur affectif 
Yann Migeon : un sacre attendu ! 



PLAYER OF THE YEAR FRANCE


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
913.346

2
Aubin
Cazals
648.193

3
Bruno
Lopes
584.403

4
Fabrice
Soulier
556.576

5
Phillippe
Ktorza
554.291

6
Roger
Hairabedian
531.619

7
David
Benyamine
528.491

8
Alain
Roy
467.549

9
Lucille
Cailly
423.553

10
Paul
Guichard
418.656



Top 100 France


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
2730.6

2
Roger
Hairabedian
2057.64

3
David
Benyamine
1918.81

4
Fabrice
Soulier
1794.2

5
Phillippe
Ktorza
1757.99

6
Bruno
Lopes
1578.09

7
Aubin
Cazals
1486.03

8
Tristan
Clemencon
1472.34

9
Alain
Roy
1472.2

10
Jean-Noel
Thorel
1369.38