» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


jeudi 17 juin
Home > Articles > Interviews > Eric Larcheveque
 

Eric Larcheveque

Interviews
Par Cyril Fievet   
Jeudi, 26 Février 2009 14:03


Depuis deux ans, Eric Larchevêque multiplie les tables finales sur les grosses étapes du circuit : 6e aux Masters Classics of Poker d'Amsterdam en 2007, 8e au Paddy Power Irish Open de Dublin en 2008 et, plus récemment, 7e à l'EPT Copenhague 2009. De beaux résultats, pour ce français expatrié en Lettonie qui a découvert le poker un peu par hasard, il y a moins de trois ans, et s'est imposé l'année dernière à la 11e place du classement des meilleurs joueurs de l'hexagone. Passionné et impliqué, Larchevêque a d'ailleurs crée sa propre team, Team Cénacle, et entend bien faire encore parler de lui sur le circuit.


larcheveque_seulMIP : Peux-tu nous en dire plus sur ce que tu fais, en dehors du poker ?

Eric Larchevêque : Après une carrière plutôt réussie dans le domaine d'internet, j'ai développé une chaine d'hôtel low cost "Dodo Hotel" dont la première propriété à ouvert à Riga en Lettonie l'année dernière. Je me suis également investi dans la société Cénacle Création, qui conçoit et réalise des tables de poker haut de gamme. Mais ce qui me prend le plus de temps en ce moment est d'élever ma fille de cinq mois, Anastasia, en compagnie de ma femme.


Tu racontes sur ton blog que tu as joué ton tout premier tournoi de poker le 14 août 2006, ce qui est relativement récent. Comment s'est effectué ton apprentissage du poker ?

Mon premier tournoi a vite tourné au bizutage : j'étais joueur (récréatif) de Black Jack et je vois que le casino a ouvert une salle de poker. Je m'assoie donc par curiosité au tournoi qui commence, un 50 € rebuy dealer's choice. Je me fais rapidement massacrer en Omaha, Soko, Stud et autres variantes exotiques. Après sept rebuys, je lâche l'affaire et décide de revenir le lendemain pour un tournoi Hold'em No Limit où au moins je comprends les règles. De manière totalement chanceuse (je ne comprenais en réalité pas grand chose à ce que je faisais), je viens à bout du field de 50 joueurs et gagne le premier prix. L'aspect compétition du tournoi me rend immédiatement "accro" et je vais jouer pratiquement tous les tournois quotidiens du casino pendant six mois.

J'ai donc appris sur le tas, en live, mais mon jeu s'est principalement fondé sur la lecture des ouvrages de Dan Harrington.


On a l'impression que tu cherches à maîtriser plusieurs variantes du poker, notamment le Omaha. Quels sont tes jeux préférés ? On te voit beaucoup sur les tournois live, mais tu sembles également attiré par le cash game online... que préfères-tu ?

J'ai appris à apprécier d'autres variantes, notamment le Omaha. Mon jeu préféré reste tout de même le Hold'em No Limit de tournoi car c'est là où ma stratégie de joueur solide s'y exprime le mieux. Cependant, si je vois un tournoi Omaha live je me précipite dessus car c'est assez rare et toujours très agréable à jouer.

Le tournoi reste de loin
la forme de poker que je préfère

L'été dernier, pendant que ma femme était enceinte, j'ai fait pas mal de cash game online en Hold'em et Omaha. J'ai dû vite accepter le fait que mon "edge" était plutôt négatif et que sur le long terme je ne pouvais être que perdant aux limites qui m'intéressaient (NL400+). Le niveau est très correct online, beaucoup plus qu'en live. De plus l'aspect no life du jeu online me fait un peu peur et je ne voulais pas passer chaque jour 12 heures derrière le PC et quatre heures à raconter mes bad beats à ma femme.

En live, pourquoi pas, mais cela reste récréatif avant tout. Peut être qu'un jour j'irai m'asseoir en compagnie d'Antony Lellouche à l'ACF, mais ce sera pour le plaisir en sachant que je me ferais plumer dans 70% des cas.

Le tournoi reste donc de loin la forme de poker que je préfère pratiquer. J'aime le fait qu'il y a un début, un milieu, une fin, et que les aspects stratégiques du jeu sur sa globalité dépassent de loin un bon ou un mauvais call sur une main en particulier.

 

Tu as déjà obtenu plusieurs très bons résultats, mais quels sont selon toi les aspects de ton poker que tu dois particulièrement travailler ?

J'ai une bonne approche stratégique du jeu, une discipline à toute épreuve et une patience de fer. Par contre j'ai de gros defauts sur mon jeu post-flop : je n'ai pas l'expérience de centaines de milliers de mains jouées online par certains de mes adversaires, et je me fais donc souvent "outplayer" au flop.
Je dois donc vraiment travailler cet aspect, mais ce n'est pas simple car je joue au final assez peu de tournois et online je ne suis guère intéressé. Peut-être ai-je là une bonne raison pour me forcer à faire du cash game online, ou alors pour trouver un coach.


larcheveque_wsop

Aux WSOP, à Las Vegas, l'été dernier


Ton blog est très fourni et tu y donnes une multitude de détails sur ta façon de jouer, en faisant souvent une véritable - et sévère - auto-critique. Ce blog s'adresse-t-il aux internautes ou à toi-même ? Quel rôle joue-t-il dans le développement de ton poker ?

A la base, ce blog s'adressait à moi-même. J'ai dès le début décidé de prendre des notes en tournoi, et pour me motiver à faire un compte-rendu ensuite le blog était une très bonne idée. Au début, j'écrivais en anglais car cela me paraissait plus naturel, puis lors de mon voyage à Vegas l'été dernier je me suis dit que ça pouvait éventuellement intéresser du monde et je suis passé au français.

Aujourd'hui mon blog a pas mal de visiteurs, et mes comptes-rendus s'adressent donc désormais clairement aux internautes.

Faire des comptes-rendus
m'a clairement aidé à améliorer mon jeu

Savoir que mon tournoi sera lu et analysé par mes lecteurs me motive encore plus pour mieux jouer : si je m'envoie en l'air en faisant n'importe quoi au bout de deux niveaux, j'aurai trop honte de le raconter et donc j'essaye de rester toujours concentré.

Avoir fait tous ces comptes-rendus, même les premiers sur des tournois à 10 € que personne n'a jamais lu, m'a clairement aidé pour améliorer mon jeu. Le fait de débriefer un tournoi en le décrivant de A à Z permet de faire une auto critique constructive avec des résultats immédiats. De plus, en relisant certains vieux tournois, je m'aperçois vraiment de comment mon jeu a évolué en un an. Je ne peux donc que conseiller à tout le monde de prendre un petit carnet lors de ses tournois live, quitte à passer pour un farfelu.

 

larcheveque_ept

En table finale de l'EPT Copenhague, il y a quelques jours...

 

Tu es parvenu plutôt rapidement sur le circuit des grands tournois. Qu'est-ce qui t'as frappé dans ces tournois, regroupant de nombreux professionnels ? Quand on arrive sans expérience sur ces tournois, perçoit-on véritablement la différence de niveau ?

Même si les joueurs de mon casino habituel n'avaient pas un niveau trop mauvais, j'ai tout de suite vu la différence de jeu lors des EPT ou WSOP. C'est là où j'ai vu pour la première fois l'utilisation appliquée du pot control et du floating. Je me suis rendu compte que je ne pouvais clairement pas vendre une histoire qui ne tenait pas de debout lors de mes mises ou bluffs. Du coup, j'ai très vite appliqué sans le savoir la méthode décrite dans le livre "Kill Phil", c'est-à-dire retirer l'edge des pros en les forçant à jouer le pot pré-flop.

 

Tu as créé il y a peu la Team Cénacle. Le fait d'appartenir à une team rend-il les choses plus simples ou au contraire cela entraîne-t-il une pression supplémentaire ?

Jouer de manière plus exposée crée automatiquement une pression supplémentaire. Non seulement on ne veut pas être le premier de la team à sauter, mais en plus on ne veut pas se ridiculiser. Quel intérêt de créer une équipe et de tenter de générer tout un buzz autour d'elle si c'est pour aller s'envoyer en l'air dès le 3e niveau ? A partir du moment où l'on sait que des gens nous suivent, on a envie d'assurer un minimum le spectacle !

 

Cette team est-il destinée à grossir à court terme ?

Pour l'instant je n'ai pas l'intention de la faire grossir, car nous avons des budgets tout de même limités. Mais je pourrais réévaluer la situation à la fin de la saison (cet été) et décider d'intégrer des joueurs supplémentaires si nous réussissons à multiplier les performances.

 

Te considères-tu comme un joueur de poker professionnel ? Quel est ton rêve en matière de poker ?

Je me considère avant tout comme un amateur passionné. Je prends le poker très au sérieux, dans le sens où j'essaye continuellement de me remettre en question et d'améliorer mon jeu, mais à partir du moment où je ne compte pas dessus pour gagner ma vie, je ne peux pas me considérer comme un professionnel. Cela peut même être un avantage par rapport à certains, car je n'ai pas la pression du résultat financier.

Mon rêve serait d'arriver à gagner un titre sur le circuit. Ce serait pour moi l'ultime consécration.

 

Les principaux résultats de Eric Larchevêque

 

07/2007 - Bellagio Cup III, Las Vegas - Hold'em No Limit 2 500 $ 2e 30 485 $
11/2007 - Master Classics of Poker, Amsterdam - Hold'em No Limit 5 000 $ 6e 126 805 $
11/2007 - Doyle Brunson Five Diamond World Poker Classic, Las Vegas - Hold'em No Limit 1 000 $ 1er 41 630 $
03/2008 - Paddy Power Irish Open, Dublin - Hold'em No Limit 4 200 $ 8e 75 000 $
07/2008 - Bellagio Cup, Las Vegas - Hold'em No Limit 1 000 $ 1er 50 965 $
02/2009 - EPT Scandinavian Open, Copenhague - Hold'em No Limit 8 500 $ 7e 144 377 $

Le blog personnel de Eric Larchevêque

Le blog de la Team Cénacle


Commentaires (0)

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Mais qui est donc Vanessa Hellebuyck, notre championne du monde des Ladies ? 
Leo Margets : une last woman standing de choc 
Peter Eastgate : son bilan, 1 an et demi après son titre 
Interview psy : Barry Greenstein 
Jason Mercier : l'agressif génial 
Lacey Jones : la fausse Barbie 
Jack McClelland 
Thomas Kremser 
Joe Sebok 
Virginie Efira 
Antoine Saout 
Marc-André Grondin 
Vojislav Petrov 
Gaël Monfils 
Tristan Clémençon 

poker&betting_show