Wednesday 31 October
Home > Articles > Interviews > Interview Jean Louis Cap : "Je ne joue pas pour gagner, mais pour progresser"

Interview Jean Louis Cap : "Je ne joue pas pour gagner, mais pour progresser"


Interviews
Par Steven Liardeaux   
Jeudi, 29 Mars 2012 10:58
 Partagez


Les gens qui ont regardé à la télévision "Nice People", "le Grand Journal", "Nulle Part Ailleurs", "L'école des fans", et j'en passe, ont surement déjà lu ton nom au générique de ces émissions … Mais qui es-tu vraiment ? Peux-tu présenter et résumer un peu ta carrière ?

J'ai commencé comme cadreur, enfin on appelait ça cameraman, car il faut savoir que les réalisateurs de télé ne viennent pas tous d'une école. On apprend beaucoup sur le tas. Tous les réalisateurs de vidéo sont d'anciens assistants, cadreurs, monteurs, scriptes... bref, tous les gens qui ont travaillé sur des plateaux. Donc j'ai commencé comme cadreur jusqu'en 1978, et c'est cette année que je suis passé à la réalisation. Et j'ai eu la chance de travailler à l'époque avec Marie France Brière, qui était une jeune productrice qui démarrait, et au bout de deux ans, elle a participé au "Collaro Show". Tout de suite, cette émission m'a un peu rendu célèbre du jour au lendemain. Du coup, Philippe Manoeuvre qui est venu me chercher sur le "Collaro Show", et j'ai pu faire "Les Enfants du Rock". Et c'est finalement Pierre Lescure qui m'a fait venir sur Canal +. J'ai eu un peu de chance au départ, c'est un peu comme au poker ! Il ne suffit pas d'être bon, il faut avoir de la chance !

Et l'émission qui t'as le plus marqué alors, celle dont tu es le plus fier par exemple ?

On va dire que le meilleur souvenir de tournage, c'est la seule fiction que j'ai faite, c'est l'adaption du "Petit Prince" avec Richard Bohringer, ça devait être en 1989 pour Antenne2, où on a tourné pendant 10 jours dans le Ténéré (désert du Sahara) avec les touaregs sous la tente. Et je me suis retrouvé avec Richard Bohringer... un mec avec qui, soit tu vas très bien t'entendre avec lui, soit il va te pourrir pendant tout le tournage ! Donc on était un peu angoissé, et bon ça c'est très bien passé. C'était très angoissant parfois, comme lorsqu'il a fallu prendre l'avion sur des pistes de sable !

stephane-collaro
Le "Collaro Show", tremplin de la carrière de Jean Louis Cap


Et le poker dans tout ça ? C'est venu quand et comment ?

Ah le poker, j'ai toujours aimé ça, ça a toujours été une passion, jamais une addiction. J'aimais bien jouer de temps en temps au casino, aux courses de chevaux ... Maintenant les chevaux c'est terminé, c'est uniquement le poker. Et puis à l'époque c'était du poker fermé, c'était simplement avec des copains. Ça remonte à 25-30 ans. Je m'en souviens je faisais les années Jacques Martin, ça devait être en 1982/83. Et c'est quand j'ai commencé à me retirer progressivement du milieu de la télé, il y a 6 ans environ, que je me suis mis à jouer.

Il parait que c'est ton fils qui a pris la relève de ta carrière ?

Tout à fait, d'ailleurs il a réalisé beaucoup d'émissions de poker à la télé, notamment ici à l'Aviation Club de France. C'est lui qui filmait le Grand Prix de Paris. C'est à dire qu'il est né un peu dans ce milieu aussi, il a 34 ans. J'adorais jouer au backgamonn aussi, il a appris très vite aussi ...

Revenons en à tes débuts ...

Oui, quand j'ai commencé à vraiment jouer au poker, parce que j'avais plus de temps de libre, c'était ... pas les débuts de l'ACF, parce que ça existait déjà ... mais les débuts où ça devenait quelque chose qui attirait les gens. Quand je venais à l'ACF pour faire le petit tournoi de l'après midi, il y avait une table, voire deux ! C'était vraiment le début. Si j'avais habité en provence, là où il n'y avais pas de casino, de cercles de jeux, etc, je me serais peut-être mis à jouer sur Internet, mais c'est vraiment pas un truc qui me branche. Dans un cercle, c'est le plaisir d'être là, de voir les gens ... et puis le fait de venir de plus en plus sur mon temps libre. C'est devenu quelque chose qui me plait énormément ... mais sans addiction parce que je fais même pas des horaires de bureau : je fais 14h-20h. Sauf s'il y a un tournoi qui me plait, mais je n'en fais pas des masses. Mais c'est surtout le cash game qui me plait. Je viens ici les jours où je ne travaille pas.


Quel est ton profil de joueur ? Plutôt large ? Serré ? Technique ? Instinctif ?

Je suis un joueur plutôt sérieux, et les gens me connaissent comme ça. Je ne fais pas n'importe quoi. Je joue sérieusement. Et ce qui est formidable, c'est d'apprendre sans arrêt ! J'avais l'impression de savoir jouer ... mais en fin de compte, tu progresses en permanence. Ce qui est le plus difficile je pense, hormis d'avoir une lecture parfaite de ses adversaires, c'est de savoir jeter une main très forte. De jeter deux as ou deux rois. Parce que deux as quand tu les perds, ça te coute très très cher... Il faut arriver à se dominer. Au début, je m'en souviens, je m'étais fabriqué un petit mémo sur une feuille de papier que je placais devant mes jetons, et où il était écrit "Réfléchis !".
Et comme je ne suis pas flambeur, c'est à dire que c'est vraiment un plaisir de jouer, je ne joue pas à la grosse table. J'ai eu la chance de gagner beaucoup d'argent, mais je joue à des moyennes limites. Et le danger, c'est de payer des mises de 200€ par exemple, qui ne changeraient pas ma vie dans l'absolu, juste parce que j'ai les moyens. Ça aussi, c'est ce que j'essaie de dominer. Je ne joue pas pour gagner ma vie, je joue pour progresser, c'est ça qui m'intéresse.

Soyons honnête … Es-tu perdant ou gagnant à ce jeu ?...

Je tiens à jour tous mes comptes ! Et je vais te dire, honnêtement ... je suis gagnant. Pour la simple et bonne raison que j'ai gagné un tournoi qui m'a rapporté 60 000€ il y a deux ans. Moins l'inscription, plus le pourboire... il me restait 57 000€. Et cet argent, effectivement petit à petit c'est descendu, parce que j'ai fait deux fois le Grand Prix de Paris parce que ça me plait, ça m'à couté 10 000€ et 7 500€ que j'ai payé évidemment ... après je pense qu'en cash game, c'est plutôt équilibré. Mais j'ai surtout rejoué d'autres tournois, sans faire les satellites, parce que j'ai la flemme.

jeanlouiscap
Une victoire en 2010 qui fait du bien !

Et tu ne joues pas la nuit aussi. C'est embêtant pour un joueur de poker...

C'est pour ça que je ne fais que les tournois de jour. Là sur le WPT, c'était 14h - 21h30, c'était parfait. A la limite je pourrais jouer jusqu'à 2h du matin, c'est pas grave. Ce qui me dérange c'est de jouer jusqu'à 5 ou 6h du matin. C'est pas mon rythme. J'ai quand même 68 ans, ça ne m'amuse plus, ça ne devient plus un plaisir ... et pour te répondre, je suis positif de 3 200€, résultat du WPT National Series Paris y compris (il a terminé 32e pour 2 570€) au bout de 6 ans, depuis que je tiens mes comptes.


As-tu plus de pression à tapis préflop contre deux autres joueurs à la bulle d'un WPT… ou quand tu dois lancer l'émission "Nulle Part Ailleurs" en direct devant des millions de téléspectateurs ?

Alors là, je vais te dire, la pression au niveau de la réalisation, c'est juste au début quand tu fais les direct pour la premiere fois. Après quand tu fais "NPA" comme moi, j'en ai fait 1400, la pression est à zéro. C'est une routine. La seule pression que tu peux avoir c'est quand tu fais une émission un peu exceptionnelle. Par exemple, la "Fête de la Musique", dans une arène en province, quand tu as 18 caméras, 4h de direct ... l'heure qui précède, tu es quand même un peu tendu.
Mais à une table de poker, c'est pas vraiment une pression. Tu sens par exemple ton coeur qui bat un peu plus vite, parce que c'est la peur de prendre un bad beat, la peur de sortir d'un tournoi, de quitter le jeu. T'es tellement malheureux dans les minutes qui suivent la fin tournoi ... la bulle c'est encore pire. Je suis un spécialiste de la bulle d'ailleurs sur les tournois VIP organisés ici !

Existe-il des similitudes entre le monde du poker et celui des médias ?

(Il réfléchit) ... Je n'en vois vraiment pas. Je ne pense pas qu'il y ait honnêtement beaucoup de rapport. La tension qu'il peut y avoir, c'est comme je te disais, une heure avant un direct. Et bien au poker, c'est la même pression, une heure avant que le tournoi démarre, tu as hâte ! Une fois que c'est parti t'es bien, mais c'est vraiment le début...

Les gens du showbiz, des médias, jouent beaucoup au poker et j'imagine que tu as déjà disputé des parties plutôt intéressantes en privé ... Allez, on veut les noms des animateurs de télé les plus mauvais !

Ecoute, honnêtement au début, c'était n'importe quoi ! Aujourd'hui, tu as toujours deux ou trois VIP qui arrivent, c'est leur première fois, tu vois qu'ils ne savent pas jouer, mais les autres, ceux qui viennent régulièrement ne sont pas tous mauvais. Après si tu veux des noms, je vais plutôt te parler de ceux qui jouent bien : tu as Bruce Toussaint par exemple, même si on le voit moins, des mecs comme Patrick Chêne, Pascal Sellem, Laurent Baffie. Tout le monde aime être à la table de Baffie, il fait toujours le spectacle. Et puis il ne joue pas si mal. Bruno solo vient aussi régulièrement, t'as aussi Olivier Sitruk, Guillaume Canet.


Quels sont tes rêves de joueur de poker ?

Actuellement, je suis encore à Paris. Je travaille sur les "Guignols de l'info", "Groland", plus un ou deux concerts par mois, donc j'ai pas encore tout mon temps libre. Mais mon rêve, enfin quelque chose que je sais que je vais réaliser sans être trop vieux avec ma femme, c'est d'aller faire des gros tournois dans des endroits sympas comme Barcelone, pourquoi pas Vegas, même si je préfère Barcelone ... ou Vienne, pour découvrir la ville, profiter et en même temps jouer un gros tournoi. Je joue vraiment pour le plaisir ... bon evidemment quand tu fais un tournoi, tu le fais aussi pour gagner !

jean_louis_cap_itw
Lors du WPT National Series Paris. Il finira 32e pour 2 570€.

 

Petit quizz "Cap ou pas Cap" pour finir :

- Cap ou pas Cap de réaliser les Z'amours ... ou la Roue de la Fortune ou le Bigdil ?

Je vais te dire, j'ai tout fait dans ma carrière ... J'ai fait des choses très intéressantes et parfois c'était juste de l'alimentaire aussi. En revanche, je suis honnête avec moi même : si je dis oui, je le fais sérieusement, je ne crache pas dans la soupe. Mais Canal+ m'a toujours pris beaucoup de temps. Si j'avais eu besoin, j'aurais dis oui, j'ai aucun problème à faire des trucs un peu nazes parfois. 

- Cap ou pas Cap d'arrêter le poker du jour au lendemain ?

Ah pas cap non ! Plus cap en tout cas. Pas question. Jusqu'à ma mort ! Je te dis, je ne suis pas addict, mais c'est un plaisir réel, je ne vois pas pourquoi je m'en priverais. Aucun problème.

- Cap ou pas Cap d'affronter Patrick Bruel en head's up ?

Je le connais bien en plus ... c'est lui qui m'a sorti du Grand Prix de Paris il y a deux ans ! Je suis capable de l'affronter, ça ne veut pas dire que je suis capable de le battre. Mais pourquoi pas, surtout qu'on est copain. Il a fait beaucoup pour le poker, mais je l'ai connu parce qu'on a travaillé ensemble avant. C'est un mec charmant, ce sera avec plaisir que je jouerai avec lui ... je ne sais pas qui gagnerait, sûrement lui d'ailleurs !

- Cap ou pas Cap d'essayer d'obtenir enfin un résultat ailleurs qu'à l'ACF ?

Oui cap ! Comme je te dis, dans un avenir qui n'est peut-être pas très proche, mais j'espère jouer bientôt à l'étranger. L'ACF est le seul endroit où je viens jouer parce que je connais tout le monde, c'est un lieu agréable. Pourtant j'habite plus près du Cercle Clichy tu vois, j'y suis allé une ou deux fois mais ... Cadet pareil une fois ou deux, mais non. Je me sens bien ici à l'Aviation. C'est important de se sentir bien là où tu joues. J'ai aucune envie d'aller ailleurs. C'est ouvert tout le temps, tu viens quand tu veux. Pour l'instant, aucune envie de changer.

- Cap ou pas Cap d'échanger ta "Victoire de la Musique" contre un titre WPT ?

Ah oui, tout de suite ! Echanger le trophée?! Ah le changer aussi sur mon CV de réalisateur ?... C'est à dire que j'ai eu les trois trophées possibles dans ma carrière de réalisateur TV, j'ai eu un "7 d'or" pour l'émission "Nulle Part Ailleurs", les Victoires de la Musique pour "Le Soldat Rose", et j'ai eu l'hommage à la Sacem l'an dernier. Donc j'ai eu les trois distinctions de ma carrière. Ça fait plaisir, même si c'est un peu la frime mais bon... Mais honnètement, j'en échangerai bien un quand même contre un titre WPT, ouais, ouais !

jean_louis_cap_trophee
Jean Louis Cap échangerait bien l'un de ses trophées contre un titre majeur du poker !

Commentaires (1)
JF
excellent
Par JF, March 30, 2012
très chouette interview...


Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.

busy
 
Interview fun et décalée avec Steven "Gloub" Moreau ! 
Rencontre avec Rémy Epinoux, le coach hypnotiseur des stars du poker 
François Tosques, qualifié Partypoker, nous raconte son premier Vegas ! 
Kara Scott : "On peut dire que j'ai eu beaucoup de chance dans ma vie..." 
Aubin Cazals, champion du monde à 21 ans : interview ! 
Alain Roy : il n'y a plus de banane flambée ! 
Lucille Cailly : "Avec ce million, je ne veux plus jamais me mettre de pression" 
EPT Campione : Fabrice Soulier nous parle de sa table finale 
Interview Ronan Monfort : "J'ai toujours pris le poker comme un vrai boulot" 
Darcourt vu par Darcourt : "Notre couple fonctionne parce qu'il y a les tournois" 
Alice Taglioni : passionnée de poker 
Ilan Boujenah : "Le Partouche, mon tournoi référence" 
Stéphane Bénadiba : joueur affectif 
Yann Migeon : un sacre attendu ! 
Pierre Canali : "J'aime me challenger, j'ai toujours aimé ça" 

175x300


PLAYER OF THE YEAR FRANCE


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
752.535

2
Bruno
Lopes
530.445

3
David
Benyamine
528.491

4
Aubin
Cazals
489.855

5
Alain
Roy
467.549

6
Roger
Hairabedian
457.068

7
Paul
Guichard
418.656

8
Tristan
Clemencon
411.163

9
Eric
Sfez
405.595

10
Phillippe
Ktorza
376.967



Top 100 France


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
2759.03

2
Roger
Hairabedian
2155.08

3
Tristan
Clemencon
1713.59

4
Fabrice
Soulier
1646.57

5
Phillippe
Ktorza
1626.17

6
David
Benyamine
1617.73

7
Alain
Roy
1614.92

8
Bruno
Lopes
1609.56

9
Guillaume
Darcourt
1514.07

10
Ludovic
Lacay
1487.5