» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


jeudi 11 mars
Home > Articles > Interviews > Chad Brown
 

Chad Brown

Interviews
Par Claire Renaut   
Lundi, 13 Avril 2009 12:30

Chad Brown est un joueur que l’on remarque de loin ; sourire à la Tom Cruise, carrure de footballeur et dégaine sportive. Il devient logique de se demander si l’intérieur est aussi propre que l’extérieur ; aucun défaut, le culte de la perfection à l’extrême ? Je lui propose de venir partager sa pause-dîner avec moi au seul resto potable du casino, il accepte gentiment mais ne mangera qu’un quignon de pain en insistant sur l’importance de bien se nourrir et d’avoir un mode de vie sain. Après 45 minutes de bavardage, force est de constater que ce joueur poli, calme et souriant qui n’a jamais gagné un gros tournoi (mais qui a tout de même accumulé plus de 2,3 millions de gains), est en effet aussi clean à l’intérieur qu’à l’extérieur…

 

L’endroit où tu te sens le plus chez toi ? La ville que tu préfères ?
A Los Angeles, sans aucun doute, même si j’ai vendu il y a deux ans la belle maison que je m’y étais achetée. Je savais que mon travail me ferait beaucoup voyager. Avant, je vivais à New York mais j’avais préféré m’installer à L.A. car, étant un grand passionné de baseball, il est possible d’y jouer 365 jours par an au soleil. J’y étais également venu pour travailler en tant qu’acteur. Mais maintenant, quand je viens à Los Angeles, je suis sans domicile fixe. Par exemple là, je suis domicilié au Commerce ! (rires) J’aime L.A aussi parce que la mer et la montagne ne sont pas loin ; tout comme Las Vegas, à seulement 4h de route d’ici ; c’est pratique. C’est d’ailleurs la ville dans laquelle je vis dorénavant avec Vanessa (ndlr : Rousso, sa fiancée).

Ce qui te manque le plus quand tu es en voyage ?
Le luxe, le confort. Les chambres des hôtels en Europe sont si petites ! C’est comme les télévisions ; non seulement les écrans ne sont pas très larges mais en plus, quand tu l’allumes et que tu ne parles qu’anglais, tu n’as le choix qu’entre CNN ou BBC News. Pas terrible. Et je ne parle même pas de la taille des salles de bains…

Un vice dont tu aimerais te débarrasser ? Un vice que tu garderas le plus longtemps possible ?
Je suis le genre de personne à systématiquement traquer ses défauts et ses vices. Je ne leur laisse aucune place et j’aime être réglo avec moi-même. Je suis assez fier de ce que je suis. J’ai toujours fait ce que j’avais envie de faire et j’ai toujours essayé de faire de mon mieux, tout en respectant les gens autour de moi.

De quoi es-tu le plus fier ?
D’avoir été élu joueur de l’année en 2006 par Bluff Magazine. Je me souviens aussi, quelques années auparavant, quand j’étais acteur, d’avoir passé des essais pour un film avec Bette Midler. J’avais fait rire tout le monde, dont le réalisateur, et ils avaient failli me prendre pour le rôle. Malheureusement, ils ont fini par choisir un autre acteur, pour d’autres - mauvaises - raisons.

Le moins fier ?
Peut-être d’avoir à cette époque pas assez travaillé pour obtenir des rôles. Ne pas avoir fait le maximum et, par fainéantise, de ne pas avoir donné le meilleur de moi-même. Ca a également été le cas lors d’une table finale en 2005 à Atlantic City où, étant arrivé chip leader, je considère avoir très mal joué. Sinon, je suis fier de ce que je suis. Je suis bien dans mes basquets et j’ai toujours les mêmes amis depuis des années. J’ai toujours pris soin de ma famille et de mes proches.

chad brown_hallucine

Chad est un grand acteur : là, il feint la surprise.

Une bonne résolution que tu n’as jamais réussi à tenir ?
(il réfléchit et éclate de rire) Ma dernière bonne résolution remonte à deux ans. Cela faisait des années que j’essayais d’utiliser quotidiennement un fil dentaire mais je ne m’y tenais jamais. J’ai donc décidé de m’imposer le fil tous les jours une dernière fois, et j’ai réussis ! (ndlr : je confirme que même Tom Cruise n’a pas des dents aussi ultra-bright que lui)

Tu ne pourrais pas vivre sans… ?
Rien, je crois. Ou peut-être sans plus jamais pouvoir regarder un bon film. Je suis un vrai cinéma-addict, des films de Spielberg à Scorcese en passant par Tom Shadyac (ndlr : réalisateur de nombreuses comédies US) ou Clint Eastwood. Je ne comprends d’ailleurs pas comment il peut ne pas être nominé aux Oscars pour son rôle dans "Gran Torino". Eastwood est un excellent acteur et ce qui est encore plus incroyable c’est qu’il se dirige lui-même ! J’aime tout ce qu’il fait. Sinon, les films que j’ai le plus vus dans ma vie, je crois que c’est Vol au dessus d’un nid de coucou et Lawrence d’Arabie.

Quelques adjectifs pour décrire ton jeu ?
Je sais m’adapter aux différentes tables et aux joueurs. De même, j’aime changer de vitesse quand je joue, brouiller les pistes. Jouer beaucoup de mains puis plus une seule ; j’aime dérouter mes adversaires.

Et pour te décrire toi ?
Je pense être quelqu’un de loyal, de rationnel, j’ai les pieds sur terre, et je suis une personne au bon coeur.

chadbrown_gushansen
La preuve par l'image : Gus Hansen a vraiment l'air dérouté par le jeu de Chad...

 

Un endroit où tu n’es jamais allé et où tu rêves de te rendre ?
L’espace ! Dès que les prix seront plus accessibles, d’ici quelques années, vous pouvez être sûrs que j’aurais mon billet !

Sportif ?
J’adore jouer au baseball. J’aimais beaucoup jouer au basket, mais une blessure à la hanche m’empêche de m’y remettre vraiment. Sinon, je soulève des poids quasiment tous les jours, ça fait partie de mon hygiène de vie.

Ta plus longue session de poker online ?
Je me souviens d’avoir fini un 5 000$ HORSE sur PokerStars vers 6h du matin ; heureusement, au bout, j’ai gagné le tournoi. Mais je ne suis pas un gros joueur online. Mon contrat de sponsoring me demande de jouer une quarantaine d’heures par mois et je m’y tiens. Je ne joue pas plus.

Live ?
Je crois que c’était plus de 30h, 34h peut-être. Mais après ça, j’ai décidé de faire bien plus attention dans les parties de cash. Je sais maintenant accepter de perdre et me lever sans tenter de me refaire à tout prix. Si je perds deux gros coups de suite, vous pouvez être certain que je vais me lever. Il faut vraiment que je me sente bien à la table pour y rester.

La plus longue période sans jouer ?
C’était il y a longtemps puisque ça doit remonter à 1988 ! Je tournais un film et pendant trois mois, je n’ai pas joué du tout. Maintenant, ça ne dépasse jamais une semaine.

Qui t’a appris à jouer ? Quand ?
C’est mon père qui m’a donné les bases, quand j’avais 14 ans. Mais en plus des règles, il m’a surtout appris à gérer mes émotions, à ne jamais perdre tout son argent parce qu’on est en tilt. Une de ses phrases préférées, et que j’ai toujours en tête, est : "Il y aura toujours une autre partie demain". Il faut savoir accepter de perdre pour pouvoir gagner.

Et à qui tu as appris à jouer ? Tu le fais encore ?
J’ai participé une fois à un cours collectif pour le WPT devant une bonne centaine d’élèves. Sinon, bien sûr, j’ai beaucoup appris à et avec Vanessa. Je me souviens qu’elle était venue me demander conseil lors d’un WPT à 5 000 $ où elle était en finale avec un joueur très agressif et ultra-loose qui relançait chaque main avec rien. Je lui ai conseillé de montrer une fois pour toute une résistance ; elle devait le relancer et l’agresser avec elle aussi une poubelle puis montrer ses cartes au joueur. Elle l’a donc sur-relancé préflop, il a payé et elle a envoyé son tapis sur un flop dangereux avec 6-3o en main. Le joueur a fini par passer et Vanessa lui a montré ses cartes. L’effet escompté a été parfait puisqu’il est parti en tilt et qu’elle l’a sorti quelques mains plus tard.

chad brown_eptbarcelonneTu joues avec tes potes ?
Je ne joue pour le fun que lors d’événements caritatifs. Jouer au poker est mon métier et je fais d’autres choses avec mes amis.

Qu’est ce que tes proches pensent du fait que tu sois joueur professionnel ?
A l’époque où je jouais vraiment beaucoup au baseball, mes partenaires sur le terrain, qui savaient que je jouais au poker, pensaient que j’avais un problème d’addiction au jeu (rires). Ils étaient inquiets car ils ne connaissaient rien au milieu et à la réalité de la chose. Mais quand ils ont commencé à voir qu’il s’agissait d’un jeu de talent, que je gagnais de l’argent et que je passais à la télé, ils ont vite changé d’avis. Ma mère était elle aussi  inquiète à mes débuts mais mon père, lui aussi joueur, connaissait le milieu. Ca ne lui posait donc aucun problème que je prenne cette voie.

Ton grand rêve poker ?
Je rêve d’obtenir enfin un bracelet. J’ai tout de même fini trois fois second ! C’est très frustrant et je ferais tout pour enfin en décrocher un ! Et si ça pouvait être le Main Event, ce serait encore mieux (sourire)…

Superstitieux ? Croyant ?
Non. J’ai reçu une éducation catholique mais je ne suis pas croyant. Mais je crois au bien et au mal, aux actions qui font du bien et à celles qui détruisent. J’aime croire en quelque chose qui nous récompense pour notre attitude, j’aime prendre la vie avec positivisme. Donc ma religion, c’est l’optimisme (sourire) !

Qu’est ce que tu fais de l’argent que tu gagnes au jeu ? Plutôt cigale ou fourmi ?
Je le réinvestis dans le poker ! Avant je faisais beaucoup de placements en bourse mais j’ai perdu beaucoup d’argent avec l’effondrement du marché en 2008. Ca m’a bien calmé. Mais je ne suis pas quelqu’un qui compte ses sous et j’aime gâter les gens que j’aime ou m’offrir un bon resto.

La chose la plus chère que tu aies acheté grâce au poker ?
Ma maison, à Los Angeles dans le quartier chic de la Marina Del Rey vers Venice Beach, pour 1,2 millions de dollars.

Si tu n’avais pas été joueur ?
Je serais encore un acteur qui passe des essais pour tenter de décrocher un rôle (sourire)…

Tu te vois où dans cinq ans ? Vingt ans ?
Je ne cesserais jamais de jouer, comme la majorité des joueurs pro. Mais j’espère que j’aurais d’autres projets et de nouvelles passions. Sinon, j’aimerais aussi beaucoup avoir un enfant avec Vanessa. Mais c’est compliqué car nous sommes tous deux joueurs pro et nous voyageons beaucoup. Nous avons donc décidé que dès que nous en aurions un, elle voyagerait moins et que quand ce serait le cas, elle emmènerait sa mère avec elle. Comme ça, tout s’arrange ! (rires)

Une phrase pour finir ?
"Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse". C’est très important de traiter les gens avec respect et calme, même quand ils sont méchants, agressifs ou stupides, ce qui est souvent le cas dans le milieu du poker. Je me souviens d’une mamie de 70 ans qui était imbuvable, une vraie mégère qui pestait et insultait dealers et joueurs à sa table. Lors d’une partie de Limit, elle et moi sommes témoins d’un coup entre deux joueurs. L’un d’entre eux, avec une pocket paire de 2 en main paie jusqu’au bout les mises ou relances de son adversaire, un joueur proche de la mamie en question, sur un board A K 9 5. La river est un 2, ce qui provoque la colère de la mamie contre le dealer ; elle se met à hurler, le traite de tous les noms avant que je ne lui demande doucement si elle aurait payé au flop avec une paire de 2. Elle réfléchit, admet que non et que le coup qui s’est déroulé est uniquement de la faute du mauvais joueur à la paire de 2. Et que le croupier n’avait pas volontairement posé un 2. Cette femme n’avait pas toute sa tête, mais j’avais réussi à la calmer en lui parlant avec respect et d’une voix posée. Je crois que traiter tout le monde avec bienveillance est absolument primordial.

Commentaires (2)
0
Mon témoignage sur Chad Brown..
Par Frédéric Brunet, avril 16, 2009
J'ai eu la chance de jouer assis à sa gauche durant toute la periode éprouvante de la bulle à l'Ept de Barcelone, c'est à dire environ 2h30. Nous avons beaucoup discuté, il était d'ailleurs content pour moi quand la bulle a sauté vu que j'etais devenu assez short. Ce qui est le plus incroyable quand on est a coté de cette armoire a glace, c'est le calme avec lequel il parle, et la douceur de sa voix: jamais un mot plus haut que l'autre.
A un moment, nous ne sommes plus que 72 en jeu (66 places payées), et il relance en milieu de position. Je suis derrière avec les As et le sur relance. La parole lui revient, et aprés pas mal de reflexion, considérant que quelqu'un comme moi qui jouait trés peu de coups et voulait assurer les 10200 euros de l a66eme place ne pouvait avoir qu'AA ou RR, il a jetté une paire de 10 face ouverte. Je lui ai alors montré mes As et il m'a vraiment remercier sincèrement de l'avoir fait..
0
...
Par biniou, avril 24, 2009
C'est moi ou ce mec a l'air imbuvable ?

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Lacey Jones : la fausse Barbie 
Jack McClelland 
Thomas Kremser 
Joe Sebok 
Virginie Efira 
Antoine Saout 
Marc-André Grondin 
Vojislav Petrov 
Gaël Monfils 
Tristan Clémençon 
Jacques Zaicik 
Christophe Pinna 
Jeffrey Lisandro 
Almira Skripchenko 
Matthias Pohl 
wsop_8free_fr