» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


mardi 11 mai
Home > Articles > Interviews > Interview Psy - Bertrand "ElkY" Grospellier
 

Interview Psy - Bertrand "ElkY" Grospellier

Interviews
Par Claire Renaut   
Mercredi, 19 Novembre 2008 01:00





Nombre de grands joueurs de poker semblent avoir des points communs autres que l’amour du jeu et de la gagne. Je voulais avec cette interview tenter de comprendre un peu mieux leurs personnalités, leurs modes de vie, leurs faiblesses et leurs envies.
Et donc leur poser des questions (toujours les mêmes pour tous les joueurs) sur autre chose que des points de vue techniques ou des conseils de stratégies…

Aujourd’hui sur le grill…

Bertrand "ElkY" Grospellier


Quand ElkY buste d’un tournoi, il disparaît généralement très vite du casino. Et là, grande chance, je le croise quelques heures après qu’il soit sorti du Main Event d’Amsterdam, accompagné comme d’habitude de ses amis Rémy Biechel et Stéphane Matheu, coach de leur petite et successful équipe.
Je prends mon stylo un peu stressée ; sans dictaphone, le débit de parole d’ElkY s’annonce difficile à suivre. Il s’assoit en face de moi, vêtu de ses éternelles fringues de marque strassées et peinturlurées (ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle ElkY le flamboyant) ; il est ultra détendu et de bonne humeur, et c’est parti pour une demi heure de confidences piquantes où les éclats de rire ne vont pas manquer.
En plus d’être le numéro 1 français, mon ancien prof’ de la NRJ School est décidemment un mec extra et plein de surprises.

elky leflamboyant

ElkY "le flamboyant " porte bien son surnom


Trois mots pour parler de Vegas?
Vegas, c’est fou! Et « Rhino » aussi (rires) (ndlr : club de strip-tease et lap dance classieux)

L’endroit où tu te sens le plus chez toi?
En table finale. N’importe laquelle. Et quand je vois ma famille aussi parce que ça n’arrive pas très souvent. En fait, je me sens chez moi partout sauf à Londres où je vis. Je n’aime pas cette ville. C’est morose, cher, petit, les anglais sont arrogants ; ils n’arrêtent pas de me vanner sur mon accent et par-dessus tout, je n’ai jamais gagné là-bas, ni en cash, ni en tournoi.

La ville que tu préfères?
Séoul. Mais je n’ai pas assez de temps pour y aller, je voyage trop. J’aime cette ville parce que j’y ai beaucoup d’amis, qu’il y a toujours quelque chose à faire, que les gens sont ouverts et pour sa vie nocturne.

Ce qui te manque le plus quand tu es en voyage?
Ca dépend d’où je suis mais comme en général je voyage dans des destinations sympas, je peux trouver tout ce dont j’ai besoin sur place. Sinon, je dirais un écran tv géant pour jouer on-line ou les soirées que je passe avec mes potes à Séoul à faire des paris sur des parties de Starcraft broadcastées live.

Un vice dont tu aimerais te débarrasser?
Si j’en connaissais un, je m’en débarrasserais ! Peut-être que je mange trop de desserts et que je bois –parfois- un peu trop d’alcool. Pas bon pour le ventre ça...

Un vice que tu garderas le plus longtemps possible?
Les mêmes ! (rires) J’ai envie de continuer à manger et boire ce que je veux !

De quoi es-tu le plus fier?
Je suis fier d’avoir fait de ma passion mon métier. D’abord avec Starcraft puis avec le poker. C’est dur quand au lycée, tu dis aux gens que tu veux devenir joueur pro de Starcraft ; on me prenait pour un fou. Pourtant j’ai réussit. Et maintenant, je fais la même chose avec le poker.

Le moins fier?
Euh… Je ne peux pas t’en parler… Par exemple, j’ai fait plein de paris débiles… Bon allez, je t’en raconte une. On revenait du Rhino à 6h30 du matin avec Dan et on voulait se faire un petit dej’ au resto du Wynn. Mais comme il n’ouvre qu’à 7h du mat’, on avait une demi heure à tuer ; on s’est dit qu’on allait jouer à la roulette, histoire de payer notre petit dej’. On joue 1000$ chacun, on perd. Pas grave, on sort 2500$ chacun, on perd encore. Là, on commence à avoir les boules alors on mise 5000$ chacun et on perd encore ! Complètement en tilt, on est monté à la chambre, on a vidé le coffre qui contenait un mois de gains de poker et on a tout misé sur la table. Evidemment, on a perdu 50.000$ en quelques minutes. Et là, le directeur du casino nous a finalement offert notre petit dej’ (rires).

Une bonne résolution que tu n’as jamais réussi à tenir?
Me mettre au régime. En ce moment, j’en fais un peu avec Steph, mon coach, mais comme avant de gagner le Bellagio et le PCA je n’en avais pas fait, je dis à Steph que ça ne me réussit pas et je trouve très souvent une excuse pour ne pas aller à la salle (rires)

Tu ne pourrais pas vivre sans…?
Internet. Pour le jeu, le chat, les news, la musique et les échanges de mails avec tous les gens que je ne vois pas souvent.

Quelques adjectifs pour décrire ton jeu ?
Agressif, créatif (trop parfois) et avec une grande adaptabilité aux tables.

Et pour te décrire toi?
Je suis beaucoup moins agressif dans la vie qu’aux tables ! Enfin, ça dépends de ce que j’ai bu (rires). Non, je plaisante. Je suis juste un grand rêveur qui a eu la chance de voir ses rêves se réaliser. Je suis très créatif aussi, j’ai beaucoup d’imagination et toujours plein d’idées. Dernièrement, je parlais avec un l’architecte pour construire un jacuzzi sur le toit de la maison de ma mère avec un dôme en verre qui s’ouvre. Ca me plaisait. Tout comme me déguiser en joker pour jouer !

Un endroit où tu n’es jamais allé et où tu rêves de te rendre?
L’Australie. Pour la fascination que j’ai pour les koalas (rires). Mais à chaque fois, j’y suis empêché par des tournois qui s’enchainent. En plus, comme j’ai envie d’être joueur de l’année, je suis obligé de faire tous les tournois possibles avant la fin de l’année dont ceux du Bellagio en décembre. Mais je vais essayer de faire l’Aussie Million en janvier. En même temps, pas sûr que j’ai le temps de visiter le pays puisque je veux aussi faire Deauville et les Bahamas…

bertrand elky grospellier

Bertrand nous le rappelle, il compte bien gagner un 3ème grand prix cette année...


Sportif?
C’est censé être ma bonne résolution mais j’évite au maximum… Je prétexte que ça ne me sert à rien pour gagner puisque j’ai déjà remporté des tournois sans entrainement particulier avant. Ce que je déteste le plus, c’est tous les exercices qui font bosser les jambes. Ou les abdos. Non, en fait, j’aime pas en faire tout court (rires). Même si je sais qu’au final ça fait du bien…

Ta plus longue session de poker on-line?

27h je crois. Non, 33h ! J’ai joué 34000 mains en 33 heures  sur 8 ou 10 tables –toutes en NLHE-! Et je suis sorti gagnant après une session pleine de swings énormes ; je suis passé de +30000$ à moins 25000$ pour finir gagnant de 4000$.

Live?
Une partie de 42h au Commerce casino de LA juste après les WSOP cette année et avant de partir en vacances en Corée. Je ne voulais pas sortir avec moins de 100.000$ mais j’ai fait l’erreur de ne pas me lever alors que je gagnais 75000$. Je suis finalement parti en ayant gagné 45000$.

La plus longue période sans jouer?

J’ai toujours joué, que ce soit à Starcraft ou au poker… Mais si je réfléchis bien, il doit y avoir un séjour de 4 jours à Rome avec ma copine après Monaco en 2007. Et bizarrement, j’ai survécu… En même temps, il ne faudrait pas que ça arrive trop souvent.

Qui t’a appris à jouer? Quand ?

On a commencé ensemble avec mes potes de Starcraft. On était toute une communauté à se lancer en même temps, en 2004, avec Dan Schreiber (ndlr : vainqueur du WSOP Heads-up 2007), Daniel Lykins, Ryan Daut (ndlr : gagnant du PCA l’année avant ElkY) ou Eric Liu. On était beaucoup sur liquidpoker.com, on jouait entre nous, on s’échangeait des conseils et on a progressé ensemble. En fait, il y a beaucoup de points communs ente Starcraft et le poker : il faut analyser vite, toujours avoir un coup d’avance sur l’adversaire, prévoir ce qu’il va faire pour pouvoir contre–attaquer immédiatement, il faut aussi un moral d’acier, être très fort mentalement (comme pour tout sport de haut niveau) et enfin, il faut savoir assimiler plusieurs infos ensemble et savoir les retenir. La mémoire joue un rôle très important pour gagner.

Et à qui tu as appris à jouer? Tu le fais encore ?

Je ne suis pas très pédagogue mais j’ai un peu appris à ma copine -qui joue d’ailleurs assez bien ; elle a même gagné un beau tournoi au Venitian dernièrement-, à Jacques (ndlr : Saizic) ou Remy (Biechel). J’aime aussi beaucoup discuter sur des mains avec d’autres joueurs.

Tu joues avec tes potes?

En général non. Je ne vois pas l’intérêt de jouer petit, de leur prendre leur argent et de m’ennuyer parce qu’ils ne sont pas bons. Je n’ai pas envie qu’ils perdent contre moi alors on passe nos soirées autrement ; on sort, on joue aux jeux vidéos…

Qu’est ce que tes proches pensent du fait que tu sois joueur professionnel?
Du moment que je suis heureux, ça va. Et ma mère est immunisée ; je suis quand même parti de chez moi à 20 ans pour aller vivre en Corée… Mais c’est vrai que parfois c’est dur avec ma copine. En même temps, en ce moment, elle voyage un peu avec moi, donc ça va.

Ton grand rêve poker?
Gagner le Main Event des World Series, bien sur.

Superstitieux ?
Seulement quand ça m’arrange. Par exemple quand je prétexte que ça va me faire perdre si je fais du sport avant de jouer. (Rires)

Qu’est ce que tu fais de l’argent que tu gagnes au jeu ? Plutôt cigale ou fourmi ?

J’étais super dépensier mais j’en ai un peu marre. Je me fais vieux et il faut que je m’assagisse (ndlr : Rémy et Steph sont morts de rire). En fait, ça dépend de mon humeur… (Rémy prend la parole) : « C’est une vraie nana. La dernière fois, on est passés devant une boutique de fringues, il voit un t-shirt en vitrine, rentre pour l’essayer et ressort deux heures après avec trois sacs remplis de toute la boutique, sauf le t-shirt en question (rires) »
(ElkY reprend) Mais en fait, ça motive. Plus je dépense, plus j’ai envie de gagner !
(Steph l’interrompt) : « Et puis c’est aussi qu’ElkY est super généreux avec ses potes. Il a le cœur sur la main et n’hésite jamais à faire plaisir aux gens qu’il aime ».

La chose la plus chère que tu aies acheté grâce au poker ?

Une maison pour ma mère vers Nancy, suite au PCA.


elky_superheros

ElkY: mi Batman, mi Joker   ;-)


Si tu n’avais pas été joueur ?
Pilote de Formule 1 ? De toute façon, ça aurait été un métier excitant, à risque. Avec de la compétition. (Stephane intervient) : « Proxénète ! » (Tout le monde éclate de rire)

Tu te vois où dans cinq ans? Vingt ans?
Je vais racheter le Rhino ! Et ce n’est pas un rêve, c’est un objectif. Avec un pote, on s’est fixé 5 ans. En tout cas, le mariage n’est pas en projet. J’ai fait un pari avec Dan ; le premier qui se marie devra verser 100.000$ à l’autre. Faudra vraiment que la fille vaille le coup ! (rires)

Une phrase pour finir ?
Je suis un gros fan du dernier Batman. (Rémy le coupe) : « Avant de jouer, il écoute les dernières scènes du film en boucle sur son i-phone! Ca le motive ».
(ElkY reprend) Il y a une phrase que j’aime particulièrement : « Either you die a hero, either you live long enough to see yourself become the villain ». (Soit tu meurs en héros, soit tu vis assez longtemps pour te voir devenir le méchant).



vignette_clare_renaut.jpg


Claire Renaut  





Commentaires (0)

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Leo Margets : une last woman standing de choc 
Peter Eastgate : son bilan, 1 an et demi après son titre 
Interview psy : Barry Greenstein 
Jason Mercier : l'agressif génial 
Lacey Jones : la fausse Barbie 
Jack McClelland 
Thomas Kremser 
Joe Sebok 
Virginie Efira 
Antoine Saout 
Marc-André Grondin 
Vojislav Petrov 
Gaël Monfils 
Tristan Clémençon 
Jacques Zaicik 
unibet

poker&betting_show