» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


samedi 31 juillet
Home > Articles > Portraits > 10 joueurs de poker, 10 surnoms mythiques
 

10 joueurs de poker, 10 surnoms mythiques

Portraits
Par Pascal Tribo   
Vendredi, 19 Juin 2009 05:48

 

Comme le veut la tradition, la plupart des grands joueurs de poker sont affublés de surnoms qui, parfois, finissent par leur coller à la peau. Certains de ces surnoms définissent des traits de caractère, d'autres proviennent d'improbables concours de circonstances...

 

hellmuthPhil "The poker brat" Hellmuth

Très certainement le surnom le plus connu des passionnés de poker. C’est Norman Chad qui a appelé pour la première fois Phil Hellmuth le "sale gosse du poker", en référence à son comportement d’enfant gâté et à ses fréquentes crise de colère aux tables de jeu. Malgré un palmarès impressionannt - 11 bracelets WSOP, le record actuel, pour un peu plus de 10 millions de dollars de gains - Hellmuth demeure fidèle à son surnom. Il n'est ainsi pas rare de le voir critiquer ou insulter ses adversaires, même si des pénalités récentes lui ont fait adopter un comportement un peu plus sage. Le joueur le plus titré de l'histoire du poker a malgré tout le sens de l'humour, puisqu'il revendique volontiers son surnom, et l'a même utilisé pour sa propre marque de vêtements, "Poker Brat Clothing Company".


Chris "Jesus" Ferguson

Pas besoin de chercher longtemps pour comprendre l’origine de ce surnom, il suffit de regarder la silhouette particulièrement reconnaissable de Ferguson, géant dégingandé et barbu à la longue chevelure. Très concentré et peu bavard, le "Jesus" du poker, s'il arbore parfois un regard mystique, présente tout de même une différence de taille avec le personnage de la bible : le chapeau bien sûr ! Difficile de voir Ferguson sans son stetson. Pour le reste, le palmarès est sans faille : champion du monde WSOP en 2000, 47 places payées et quatre autres bracelets aux WSOP, pour un gain total de 7,6 millions de dollars. Et, à défaut de marcher sur l'eau, ce Jesus-là est capable de couper une carotte en lançant une carte à jouer à plus de trois mètres. Pas donné à tout le monde.

 

Greg "Fossilman" Raymer

Raymer découvre le poker en 1999 alors qu’il est avocat pour une multinationale. Deux ans plus tard, il atteint une table finale des WSOP (12e du 1500 $ Omaha H/L) et, en 2004, à 40 ans, il décroche le titre suprême de champion du monde - et les 5 millions de dollars qui vont avec. C'est sa passion pour les fossiles et le fait qu’il en utilise toujours un pour protéger ses cartes qui lui ont valu le surnom de "Fossilman". Lui aussi n'hésite pas en jouer, en cachant systématiquement son regard derrière des lunettes holographiques affichant des yeux de reptiles.

raymer

 

Howard "The professor" Lederer

Ancien prodige des échecs, Lederer découvre le poker très jeune. Il fait ses armes dans un club de New-York puis décide de partir s’installer à Las Vegas, en 1993, pour devenir joueur professionnel. Son palmarès : deux bracelets WSOP et un total de gains de 5 millions de dollars. Son approche toujours très calculée au cours des parties a incité ses adversaires à le surnommer "Le professeur". Une étiquette que Lederer déteste car il n’a jamais mis les pieds à l’université. Il n'est pourtant pas dépourvu de capacités pédagogiques, puisque c'est lui qui appris le poker à sa soeur, Annie Duke, l'une des meilleures joueuses professionnelles du circuit.

 

mike_the_mouth

Mike "The Mouth" Matusow

Détenteur de trois bracelets WSOP (1999, 2002, 2005), avec des gains en tournois estimés à 7 millions de dollars, Matusow (ci-contre) a la particularité de posséder deux surnoms : "The mouth" (la bouche) pour ses coups de gueule et son langage fleuri à une table de poker, et "The blow-up" (la boulette), en référence à ses excès de confiance qui lui ont parfois fait perdre, en quelques secondes, les jetons qu’il avait mis des jours à accumuler. (lire notre interview de Mike Matusow)

 

Juan Carlos "El Matador" Mortensen

Ses origines espagnoles ont valu à Mortensen ce surnom qui ne manque pas de "piquant". Il a appris le poker lors de parties privées dans un bar de Madrid, où il travaillait comme serveur. Sa passion pour le jeu le pousse à rejoindre les Etats-Unis, en 1997, alors qu’il ne parle pas un mot d’anglais. La barrière de la langue ne l’empêche pourtant pas d’enchaîner rapidement les victoires en tournoi. En 2001, c’est la consécration : il remporte le Main Event WSOP après huit longues heures de partie en table finale et repart avec 1,5 millions de dollars. Il obtient un autre bracelet en 2003 et un titre au WPT la même année.

 

"Action" Dan Harrington

Champion d’échec puis de backgammon, Harrington participe à son premier tournoi de poker aux WSOP en 1987 et parvient à se classer sixième. En 1995, il remporte le Main Event et parvient ensuite à deux autres tables finales, en 2003 (3e) et 2004 (4e). Ses gains en tournoi à ce jour sont d’environ 7 millions de dollars. Chose rare, c'est lui-même qui s’est surnommé "Action Dan", non sans humour et ironie d'ailleurs. Ce surnom est pour le moins contradictoire quand on connaît le style très conservateur (serré-agressif) du joueur et son calme légendaire autour d’une table de poker, un style qu'il décrit dans plusieurs ouvrages de référence.


Antionio "Le magicien" Esfandiari

D’origine iranienne, Esfandiari arrive à l’âge de 10 ans aux Etats-Unis avec sa famille. Pour une fois, ce surnom n'a rien d'inventé : à 19 ans, Antonio démarre une carrière de magicien avant de découvrir le poker et de devenir joueur professionnel. Il s’est rapidement imposé comme une figure incontournable des tournois internationaux. A son palmarès : un bracelet WSOP en 2004 (2 000 $ Hold'em Pot Limit), un titre WPT et cinq tables finales. Soit environ 3 millions de $ de gains, sans compter le cash game, auquel il a consacré un livre.

 

mercier


Isabelle "No Mercy" Mercier

C’est lors de la victoire d’Isabelle au tournoi féminin du World Poker Tour, en 2004, que Mike Sexton, commentateur vedette et joueur professionnel, lui donna ce surnom de "No Mercy" (Sans pitié). Une référence à son style ultra-agressif, tranchant avec ses adversaires de l'époque. La belle canadienne de 34 ans a ensuite écumé le circuit pro, sur lequel ses bluffs et son fort caractère lui ont permis d’imposer son image, dans un milieu essentiellement masculin. Après quelques années de carrière, l'une des joueuses de poker les plus médiatisées au monde a pour l'instant accumulé quelques 500 000 euros de gains en tournois.

 

Doyle "Texas Dolly" Brunson

L’origine du surnom du patriarche du poker mondial est purement accidentelle : lors d’un tournoi, Jimmy Snyder (dit "Le Grec") se trompa et annonça "Texas Dolly" au lieu de "Texas Doyle", en référence aux origines texanes de Brunson. Ce dernier s’en amusa et ne fit aucun effort pour se débarrasser de ce surnom étrange ("dolly" signifie "poupée"), allant même jusqu’à l'utiliser lui-même tout au long de sa carrière. Une carrière impressionnante s'il en est : double champion du monde, dix bracelets WSOP, un titre WPT et 5,5 millions de gains. Il est l’auteur, en 1978, de Super System, considéré encore aujourd’hui comme une bible du poker et, plus récemment, d'un ouvrage commentant ses 50 plus belles mains. A 76 ans, "Dolly", encore très présent sur le circuit pro, n’a pas fini de faire parler de lui…

brunson

Commentaires (4)
0
sympas
Par dario, juin 21, 2009
Sympas M. Tribo pour ce tableau de 10 des meilleurs joueurs du circuit.
0
...
Par dav-hbc, juin 22, 2009
j aurai rajouté daniel"kid poker" Negreanu qui est aussi un des meilleurs joueurs du circuit
0
Surmon VS Pseudo ....
Par Manuel EFP, juin 22, 2009
Il est intéressant de voir que certains joueurs possèdent un surnom et que la plupart des fois celui ci leur a été affecté par quelqu'un , et rarement par eux mêmes ... on trouve aussi maintenant une autre vague de joueurs issues de l'internet que eux n'ont pas de surnom , mais des pseudos .. a quand les 10 plus connus en liste .....
0
...
Par pady, juillet 02, 2009
Normal que isabelle soit redoutable avec un pareil décolleté...J'en oublierai même de regarder mon jeu!! :-)
Trés bon article

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
les neuf de novembre 2010 
Pat Renfro, le joueur le plus tight de l'histoire 
Ivey, au-delà du génie 
Les légendes du Poker : Nick Dandalos 
Bobby Baldwin, un type presque parfait 
Chip Reese, gentleman-gambleur 
Hollywood joue au poker 
Les couples du poker 
Bob Stupak ou le syndrome d'Icare 
L'univers à part des road gamblers 
Amarillo Slim, la vie est un pari 
Puggy Pearson, seulement quand il aimait... 
Binion's, une histoire américaine 
Les "neuf de novembre 2009" 
Le top 10 des joueurs les plus sexy 

poker&betting_show