Monday 29 October
Home > Articles > Portraits > Dan Harrington : la gloire et l'argent

Dan Harrington : la gloire et l'argent


Portraits
Par David Poulenard   
Vendredi, 28 Janvier 2011 11:21
 Partagez

Le style de jeu de Dan Harrington est célèbre, il a popularisé et théorisé le mythique concept du "serré-agressif" avec plusieurs ouvrages et quelques succès d'envergure dont un Main Event des WSOP. Certes de nos jours cette stratègie est plutôt démodée et moins adaptée aux fields gigantesques des grands tournois internationaux, mais elle a permis à Harrington de se construire un palmarès exceptionnel et une trésorerie confortable.

Dépassé Harrington ? Raillé par la jeune génération Harrington ? Peu importe, l'homme s'en moque, il joue pour gagner et parvient à ses fins que ce soit au poker, au backgammon ou dans ses activités annexes. Car Dan Harrington présente la particularité unique de présenter un des plus beaux palmarès de l'histoire avec des gains approchant les sept millions de dollars tout en n'étant pas professionnel de poker, il exerce avec succès dans l'immobilier sur la côte ouest des Etats-Unis.

 

harrington
Casquette façon "djeuns" pour Action Dan aux WSOP 2010...


Dan Harrington est né en 1945 à Cambridge dans le Massachussets, juste après la guerre ce qui pourrait expliquer que l'homme ait le sens de l'argent et des valeurs. Il réalise des études brillantes à l'Université de Suffolk, devenant avocat, avant d'intégrer la prestigieuse équipe du MIT. Avec celle-ci, ils entreprennent des recherches sur le moyen de gagner de l'argent à la roulette. Leurs investigations sont si prometteuses que le syndicat des casinos américains décide de leur verser discrètement une substantielle indemnité pour qu'ils cessent leurs recherches. La vocation d'Harrington est née : exploiter ses connaissances et capacités intellectuelles afin d'élaborer des stratégies imparables pour gagner au jeu. Quelques années plus tard, cette vocation va faire de lui une des légendes du poker. Dans les années 1970, il exerce ses dons au black jack, toujours avec le MIT, devient champion de backgammon et simultanément un redoutable joueur d'échecs, avant de progressivement s'orienter vers le poker, tout en connaissant une carrière prometteuse d'avocat d'affaires.

Dan Harrington sévit au Mayfair Club, le mythique cercle new-yorkais. Au début des années 80, il croise Erick Seidel, Johnny Chan, Howard Lederer ou encore Steve Zolotow. Des clients sérieux affrontés dans de grosses parties d'argent, qui le poussent à élaborer une stratégie prudente et efficace. Le style Harrington est né dans les arrières salles enfumées de Big Apple, un style scientifique, sans fioritures, imaginé pour gagner quelque soit l'adversité...

 

dan11
Dan Harrington après sa victoire au WPT L.A. Classics en 2007


Mais la légende Harrington ne s'est pas construite en cash game. Après quelques expériences prometteuses, il termine notamment sixième du Main des WSOP 1987, année de la victoire de Johnny Chan son vieil adversaire, il se révèle en 1995, réussissant l'exploit de remporter le Main Event des WSOP après avoir décroché quelques jours auparavant un premier bracelet. Il gagne un million de dollars pour son succès dans le Main et surtout impressionne de nombreux observateurs avec la rigueur de son jeu. Lors du Heads-Up final, son style serré-agressif rend Howard Golfarb, son adversaire, complétement fou. Face au rock Harrington, le pauvre garçon finira par envoyer tout son tapis dans une tentative de bluff désespérée.

Auréolé d'un succès de prestige et d'une campagne à Las Vegas lui ayant rapporté 1 250 000$ avec ses deux bracelets, Harrington ne se laisse pourtant pas tenter par les sirènes naissantes du professionnalisme. Il faut préciser qu'il s'est entre temps installé en Californie et qu'il possède une prospère compagnie dans l'immobilier. L'homme d'affaires délaisse provisoirement le poker, se consacrant avec succès à son entreprise. Il apparaît de temps à autres lors de tournois organisés à Vegas, parfois les WSOP, ou à Los Angeles, mais sans décrocher de résultats significatifs et sans l'implacable volonté de gagner qui caractérisait ses premières années.

Harrington est un homme simple ! Comme des millions de passionnés, il (re)découvre le poker devant son poste de télévision en suivant les premières retransmissions du WPT. Il décide alors de donner une deuxième vie à sa carrière de joueur, refait ses valises et remet sa vieille stratégie de serrure au goût du jour. Le poker a changé entre-temps, nous sommes en 2003 et la déferlante Moneymaker est en train d'emporter les vieilles habitudes des Rounders, ils sont des centaines de joueurs, bientôt des milliers à converger vers Vegas au début de l'été. Les prémices d'un jeu plus agressif, plus audacieux, sont en train de naître et Harrington est un homme du passé, un dinosaure qui ne compte finalement que deux succès acquis à une autre époque. Son retour est pourtant une réelle réussite ! Il réussit l'exploit d'un "back-to-back" en parvenant à atteindre deux fois consécutivement la table finale des championnats du monde en 2003 (3e pour 650 000$) et 2004 (4e pour 1 500 000$). Une perfomance jamais égalée depuis...

Action Dan est de retour !

 

harrington_schulman
Y aura-t-il de l'action en table télé avec Action Dan lors des WSOP 2010


Sans délaisser totalement ses activités professionnelles, il consacre désormais une partie importante de son temps aux tournois de poker. Il dispute les principaux tournois WPT, signe quelques places payées avant de réussir à se classer deuxième du Doyle Brunson North American Championship derrière Minh Ly en 2005. Le grand public le découvre et il remporte 620 000$ pour sa place de runner up. Le World Poker Tour est alors le circuit qui compte et avec l'application qui le caractérise, Harrington veut un succès. Il y parvient enfin, en 2007, en s'adjugeant le L.A. Poker Classic devant David Pham. Le Rock a terrassé le dragon, il brille sous les feux des projecteurs et encaisse 1 635 000$ pour sa victoire.

Dan Harrington est riche, ses affaires florissantes et sa réputation de gestionnaire avisé le précéde. Un euphémisme pour décrire un homme considéré comme extrêmement près de son argent. Même s'il déclare ne jouer que pour l'argent, personne n'est dupe : Harrington veut laisser son nom dans l'histoire. Pour y parvenir, il a co-écrit avec Bill Robertie plusieurs ouvrages qui font depuis référence. Harrington on Holdem, volumes I II et III (publiés en 2003, 2004 et 2005), sont devenus la Bible des serrures du monde entier. Autant, sinon plus, que ses résultats remarquables sur la scène pokeristique (il a remporté 6,6 millions de dollars en trente ans de carrière), ses livres ont contribué à lui ouvrir les portes du Poker Hall of Fame en 2010.

La soixantaine atteinte, une vie professionnelle et une carrière de joueur réussies, Dan Harrington a repris un peu de recul. Parfois, au détour d'une table de tournoi, on découvre encore l'éternelle casquette verte des Boston Red Sox que ne quitte jamais le joueur. Il attend qu'un jeune imprudent tente le move de trop pour lui permettre de doubler. Et si "Action Dan" (le surnom qu'il s'est donné avec un sens certain de l'auto-dérision) n'est pas redouté par ses adversaires de la jeune génération, il s'en moque. Sa devise "je suis là pour l'argent, je vous laisse la gloire" est une merveille de deuxième degré car il y a longtemps que le poker a apporté l'une et l'autre à Dan Harrington...

Commentaires (3)
edika
trés joli article
Par edika, January 28, 2011
bravo david
Poirier Thomas
Pape ah !
Par Thess, January 29, 2011
Hummmm... pas totalement convaincu par ce portrait.
- Je ne crois pas du tout qu'Action Dan soit "raillé" par les jeunes générations, du moins par ceux qui ont appris le poker par ses livres. Les grinders d'aujourd'hui se servent toujours de son modèle de sélection de mains (souvent sans le savoir) pour évaluer leur force préflop. Et ils ont appris avec lui à faire varier leur jeu de tournoi en fonction du rapport stack / blinds. Enfin il reste quelques joueurs passablement TAG sur le circuit, Luca Pagano étant un des plus coriaces...
- Par contre les débutants d'aujourd'hui qui ont tendance à singer Harrington sont encore plus exploitables que ceux d'hier qui faisaient un peu n'importe quoi.
- Harrington est aussi un grand maître du bluff. Ce n'est pas la partie la plus connue de son oeuvre parce que ses lecteurs - souvent amateurs éclairés - ne sont pas à l'aise pour l'exploiter et les joueurs expérimentés n'ont plus besoin de la lire. Si pas mal de ses vieux trucs sont effectivement éculés, d'autres me semblent encore bien vivants (cf les avatars du "bluff de la ruelle obscure" qu'on retrouve sur bien des forums mais sous des appellations moins poétiques...).
- Contrairement à une idée répandue, le poker n'est pas devenu "plus agressif / plus audacieux" avec le temps. Audacieux, les adversaires traditionnels d'Action Dan comme Sam Fahra ou Stu Ungar l'étaient déjà pas mal ! Et Harrington a justement construit ses succès sur ce type d'adversaires ultra larges et très agressifs. En revanche le poker est devenu beaucoup plus technique et complexe, notamment en ce qui concerne le jeu préflop. A l'époque des Harrington ou Zolotow un débutant n'avait pas de schéma très précis de sélection de mains, aujourd'hui c'est (et ce n'est que) la base...
David Poulenard
Harrington tight agressif
Par David Poulenard, February 05, 2011
Dan Harrington est le prototype du joueur TAG, c'est d'ailleurs un de ceux ayant contribué à populariser et théoriser le concept. Dans TAG, il y a agressif et un joueur de ce calibre ayant accumulé de tels résultats sans jouer de façon permanente sur le circuit savait merveilleusement bien exploiter son image pour mettre la pression sur son ou ses adversaires en plaçant des bluffs importants aux moments décisifs.
Quand j'écris qu'il est raillé par la jeune génération, peut-être aurais-je du préciser par une partie des joueurs de la nouvelle génération, notamment ceux pratiquant un jeu excessivement agressif et qui ont parfois tendance à avoir la critique facile.
En ce qui concerne le jeu actuel, il est sans conteste plus agressif qu'auparavant. Ce qui ne signifie pas -tu as raison Thess- que certains ne maîtrisaient pas parfaitement un jeu LAG, Stu Ungar, Jack Straus ou Sam Fahra entre autres, mais jouer large et agressif est devenu la norme alors qu'il y a quelques années c'était l'apanage de quelques phénomènes.
il semblerait néanmoins que progressivement de nombreux professionnels reviennent à un poker plus serré... Adaptation permanente en quelque sorte...


Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.

busy
 
Qui sont les finalistes du Main Event, les "October Nine" ?  
Mais qui est donc Poker Brat ?  
10 sportifs ayant réussi leur reconversion dans le poker 
Les Neuf de Novembre 
Erik Seidel décroche enfin le premier role ! 
ElkY, le génie du jeu 
Brice Renaud, le poker made in Asia 
Gus Hansen, l'envie de gagner 
Johnny Chan : l'Orient Express passe à l'orange 
Dave "DevilFish" Ulliott : braquage à l'anglaise 
Top 10 des femmes ayant le plus gagné d’argent au poker 
les neuf de novembre 2010 
Pat Renfro, le joueur le plus tight de l'histoire 
Ivey, au-delà du génie 
Les légendes du Poker : Nick Dandalos 

175x300


PLAYER OF THE YEAR FRANCE


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
752.535

2
Bruno
Lopes
530.445

3
David
Benyamine
528.491

4
Aubin
Cazals
489.855

5
Alain
Roy
467.549

6
Roger
Hairabedian
457.068

7
Paul
Guichard
418.656

8
Tristan
Clemencon
411.163

9
Eric
Sfez
405.595

10
Phillippe
Ktorza
376.967



Top 100 France


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
2759.03

2
Roger
Hairabedian
2155.08

3
Tristan
Clemencon
1713.59

4
Fabrice
Soulier
1646.57

5
Phillippe
Ktorza
1626.17

6
David
Benyamine
1617.73

7
Alain
Roy
1614.92

8
Bruno
Lopes
1609.56

9
Guillaume
Darcourt
1514.07

10
Ludovic
Lacay
1487.5