lundi 18 octobre

Home > Articles > Portraits > Les "neuf de novembre 2009"
 

Les "neuf de novembre 2009"

Portraits
Par Cyril Fievet   
Jeudi, 23 Juillet 2009 10:31


Les neuf finalistes du tournoi principal des World Series of Poker 2009 - les "neuf de novembre" - ont d'ores et déjà réalisé un exploit : se frayer un chemin jusqu'à la table finale du plus gros tournoi de poker au monde. Après avoir su prendre le meilleur sur 6 485 autres joueurs, tous ont ajouté une ligne prestigieuse à leur palmarès poker et chacun d'entre eux a d'ores et déjà été récompensé par 1,2 million de $. Lorsqu'ils s'affronteront en novembre 2009, ce sera pour le titre suprême du poker mondial - et les 8,5 millions de $ qui l'accompagnent.

nine
©  IMPDI / WSOP

Force est de constater cette année que les "neuf de novembre", s'ils sont majoritairement américains, sont néanmoins issus d'horizons divers, particulièrement représentatifs des multiples formes et tendances du poker mondial actuel. Agés de 21 à 51 ans, les finalistes sont des amateurs - ou des pros de carrure internationale ; des cadres à la retraite - ou des étudiants ; de jeunes loups d'Internet - ou des vétérans pratiquant le poker depuis plusieurs décennies ; des joueurs ayant découvert les World Series cette année - ou des joueurs ayant déjà atteint auparavant la table finale du Main Event. Un mélange étonnant de provenances, de styles et de niveaux, qui pourrait bien produire une finale explosive.

 

Darvin Moon - Etats-Unis - 58 930 000 jetons

moonDarvin Moon, bûcheron de 45 ans, est sans doute "l'OVNI" de ces World Series. Seul joueur ne représentant aucune salle de poker en ligne à la table finale, il n'avait jamais disputé les WSOP auparavant, n'avait jamais mis les pieds non plus à Las Vegas, et n'a jamais obtenu aucun autre résultat sur un quelconque tournoi du circuit professionnel. Lucide, et reconnaissant volontiers qu'il a été très chanceux pour arriver là, Moon assurait en fin de tournoi avoir bien conscience d'être "le moins bon joueur de la table". Pourtant, cet amateur éclairé peut se targuer d'un parcours remarquable lors du Main Event. Chip leader trois jours avant la finale, il a su conserver son avance et dominer toute la fin du tournoi, pour finir avec un impressionnant tapis. Prenant peu de risques - on l'a vu folder K-K pré-flop dans les dernières heures du Main Event, après une sur-relance d'un adversaire qui détenait A-A - Moon, qui joue au poker depuis son enfance, a malgré tout démontré un jeu solide.

Avec près d'un tiers de la totalité des jetons du tournoi, Moon est clairement l'un des favoris de la finale. Il manque certainement d'expérience pour participer à la table finale la plus médiatisée de l'année, mais son style serré peut être un atout. Certains aiment voir en lui le "nouveau Chris Moneymaker" et sa victoire au Main Event - après s'y être qualifié pour 130 $ dans un petit casino de Virginie - serait en effet une jolie histoire.

 

Eric Buchman - Etats-Unis - Full Tilt Poker - 34 800 000 jetons

Contrairement à Moon, Eric Buchman, 29 ans, affiche déjà un beau palmarès. Si la table finale du Main Event 2009 est son meilleur résultat, Buchman totalisait déjà avant cela près d'un million de $ de gains en tournois, dont plus de 300 000 $ sur des tournois des WSOP, auxquelles il participe tous les ans depuis 2004. Il a également atteint trois tables finales aux WSOP, dont une cette année.

Malgré son jeune âge, Buchman est sans doute l'un des trois joueurs les plus aguerris de la table finale. Il dispose aussi d'un stack confortable, largement au-dessus de la moyenne, faisant de lui un sérieux prétendant au bracelet de champion du monde 2009.

buchman_2
Buchman : des jetons et de l'expérience


Steven Begleiter - Etats-Unis - Full Tilt Poker - 29 885 000 jetons

begleiterEgalement atypique, Begleiter est largement moins connu dans le monde du poker que dans celui de la finance. Ce new-yorkais de 47 ans, père de trois enfants, a en effet occupé des postes à haute responsabilité au sein de plusieurs institutions financières, notamment la banque d'affaires Bear Stearns, récemment absorbée par JP Morgan, en pleine crise financière. Toujours actif, à un poste de direction dans un autre établissement financier, il considère le poker comme un passe-temps et n'a, en dehors de cette table finale, aucun résultat à son actif. "Je ne joue pas pour l'argent, mais davantage par goût de la compétition", confiait-il récemment au New York Times, ajoutant, sur sa présence en finale, "C'est tout bonnement incroyable".

L'un des deux plus âgés finalistes, du fait de son inexpérience, ne paraît pas véritablement figurer parmi les favoris. Il bénéficiera toutefois de supporters particulièrement impliqués, s'étant qualifié pour le Main Event via une league qui partagera un pourcentage significatif de ses gains.

 

Jeff Shulman - Etats-Unis - Card Player - 19 580 000 jetons

shulman_2Bien qu'il ne soit pas véritablement joueur professionnel, Jeff Shulman connaît particulièrement bien l'univers du poker, dans lequel il baigne, par la force des choses, depuis son enfance. Fils de Barry Shulman, propriétaire du magazine Card Player et joueur professionnel (600 000 $ de gains, un bracelet WSOP), Jeff Shulman est depuis plusieurs années éditeur de Card Player, l'un des principaux magazines de poker dans le monde. Il affiche lui aussi une belle carrière dans le poker, avec un million de $ de gains en tournois et 15 places payées aux WSOP, dont quatre tables finales, notamment celle du Main Event 2000, où il finira 7e.

Joueur aguerri, seul finaliste 2009 ayant déjà participé à une table finale du Main Event, et doté d'un stack dans la moyenne, Shulman pourrait bien créer la surprise en novembre. Sa victoire éventuelle, après ses déclarations fracassantes à l'encontre des organisateurs des WSOP, ne passerait certainement pas inaperçue...

 

Joseph Cada - Etats-Unis - Ultimate Bet - 13 215 000 jetons

Le plus jeune des finalistes - 21 ans, soit tout juste l'âge légal pour participer aux WSOP - est typique de la "génération Poker-Internet". Ayant décidé d'arrêter ses études il y a quelques mois pour se consacrer au poker et débuter une carrière de joueur professionnel, Cada jouait là ses toutes premières WSOP. Un coup d'essai pour le moins prometteur, puisque le jeune joueur a obtenu deux places payées cette année avant le Main Event (dont une 17e place sur un tournoi de Hold'em No Limit à 1 500 $ ayant attiré plus de 2 000 joueurs).

Si Joseph Cada manque sans doute d'expérience, il est néanmoins représentatif de sa génération et sera probablement l'un des joueurs les plus agressifs de la table finale. S'il gagnait, un nouveau record serait établi, Cada devenant le plus jeune vainqueur du Main Event des WSOP en 40 ans d'histoire.

cada
Cada, le benjamin de la finale (Photo : Gene Bromberg / Ultimate Bet)

 

Kevin Schaffel - Etats-Unis - PokerStars - 12 390 000 jetons

schaffelKevin Schaffel, 51 ans, ancien chef d'entreprise dans l'imprimerie, participe au circuit du poker professionnel depuis 2006. Jouant au poker depuis son enfance, il a récemment pris sa retraite et se consacre en grande partie au poker. Malgré deux places payées dans le Main Event WSOP, il n'a pas obtenu pour l'instant de résultat majeur et totalise environ 100 000 $ de gains en tournois, en dehors de la finale 2009.

Le doyen des finalistes n'a - sur le papier - que peu d'atouts pour remporter la finale, ayant peu d'expérience et un stack en dessous de la moyenne... Quoi qu'il arrive, il s'est déjà payé une belle retraite.

 

Phil Ivey - Etats-Unis - Full Tilt Poker - 9 675 000 jetons

La seule présence de Phil Ivey en table finale du Main Event est en soi étonnante. Depuis de nombreuses années, il est extrêmement rare de voir un joueur professionnel doté d'un tel palmarès aller aussi loin dans ce tournoi. A 33 ans, considéré comme l'un des meilleurs joueurs de poker au monde depuis plusieurs années, Ivey a déjà gagné deux bracelets WSOP cette année, avant de parvenir en finale du Main Event. Détenteur au total de sept bracelets WSOP et d'un titre WPT, auteur d'un palmarès époustouflant, comprenant plusieurs dizaines de places payées en tournois majeurs et plus de 12 millions de $ de gains, Ivey démontre là l'ampleur de son talent.

Malgré la certitude que Ivey est de loin le meilleur et le plus expérimenté des joueurs de la table, la partie est loin d'être gagnée pour lui. Avec un maigre stack, sa marge de manoeuvre est réduite et il n'est pas certain que son talent au poker suffise à retourner la situation. Quoi qu'il en soit, une victoire de Phil Ivey marquerait l'histoire du poker mondial d'une pierre blanche : il serait l'une des rares stars du poker mondial à remporter le Main Event, au moins ces dernières années, et deviendrait le plus gros gagnant de tous les temps au poker - sans compter les multiples paris engagés sur sa victoire éventuelle.

ivey
Ivey sera-t-il maître champion du monde en 2009 ?



Antoine Saout - France - Everest Poker - 9 500 000 jetons

A 25 ans et alors qu'il joue au poker sérieusement depuis moins de deux ans, Antoine Saout est l'une des révélations françaises de ce Main Event. Qualifié sur Internet pour 50 $, il n'avait jamais participé auparavant aux World Series et réalise là une étonnante performance. Malgré l'apparente facilité de son parcours jusqu'à la table finale, Saout semble bien conscient de son manque d'expérience et expliquait peu après l'ajournement du tournoi qu'il comptait travailler et s'améliorer durant les mois qui lui restent avant la finale.

La pente sera dure à remonter pour le jeune français, qui possède un tapis de moins de la moitié de la moyenne du tournoi. Mais tout reste néanmoins possible, et Antoine Saout a d'ores et déjà réalisé un bel exploit, en étant le 2e français à atteindre la finale du Main Event, en 40 ans d'histoire.

saout_2
Saout, l'espoir français de la table finale


James Akenhead - Royaume Uni - Full Tilt Poker - 6 800 000 jetons

akenhead_bluffA 26 ans, James Akenhead, ancien conducteur de train, affiche déjà un beau palmarès au poker. Auteur de deux places payées aux WSOP 2008, il manque de peu un bracelet l'an dernier, devant se contenter d'une 2e place - et de 500 000 $ de gains. Bien qu'il ne détienne pour l'instant aucun titre majeur, il a déjà remporté une bonne dizaine de tournois, en live ou sur Internet, dont un événement de la Bellagio Cup de 2007. Connu et apprécié en Angleterre, il est l'un des deux seuls européens de la finale.

Le "short stack" du tournoi, malgré un talent certain confirmé par de beaux résultats récents, aura besoin de beaucoup de chance pour remporter le Main Event. Il doit rapidement tripler son stack, juste pour revenir dans la moyenne du tournoi...

 



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Dave "DevilFish" Ulliott : braquage à l'anglaise 
Top 10 des femmes ayant le plus gagné d’argent au poker 
les neuf de novembre 2010 
Pat Renfro, le joueur le plus tight de l'histoire 
Ivey, au-delà du génie 
Les légendes du Poker : Nick Dandalos 
Bobby Baldwin, un type presque parfait 
Chip Reese, gentleman-gambleur 
Hollywood joue au poker 
Les couples du poker 
Bob Stupak ou le syndrome d'Icare 
L'univers à part des road gamblers 
Amarillo Slim, la vie est un pari 
Puggy Pearson, seulement quand il aimait... 
Binion's, une histoire américaine