Rejoignez la communauté www.MadeInPoker.com !
Enregistrez-vous pour participer au forum, réagir aux articles et recevoir gratuitement notre newsletter.




» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


mercredi 15 avril
Home > Articles > Stratégie > L'art de jouer avec un gros tapis
 

L'art de jouer avec un gros tapis

Stratégie
Par Germain Gillard   
Vendredi, 27 Février 2009 15:54

Jouer avec un gros tapis en tournoi


Se constituer un gros tapis dans un tournoi de poker n’est pas chose simple, on aspire tous à pouvoir en bénéficier. Et pour cause, quel plaisir de se trouver derrière une belle pile de jetons, nos possibilités de jeu sont multipliées, nous pouvons ainsi mettre en place une stratégie de jeu ambitieuse. Certains sauront se satisfaire du tapis qu’ils auront pu monter et attendront patiemment de retrouver de belles mains pour bouger, ces joueurs estiment, à juste titre d’ailleurs, que la taille de leur tapis devrait suffire à atteindre le niveau du tournoi souhaité (place payées et/ou table finale) et qu’il sera temps de réadapter sa stratégie le moment venu. J’adoptais cette tactique à mes débuts, m’appuyant sur ce que j’avais pu lire ou entendre furtivement sur le poker de tournoi, à savoir : "en tournoi il faut survivre", sous-entendant une attitude défensive. Mais quoi de mieux que le poker pour illustrer ce vieil adage, un peu désuet mais tellement vrai, "la meilleure défense c’est l’attaque". En effet le bon vieux style serré agressif permettra à un joueur sérieux d’atteindre quelques fois de belles places dans un tournoi, mais quand on a pour objectif d’accumuler les tables finales et de disputer la victoire, il semble inévitable de passer à l’attaque en tentant d’utiliser un maximum d’occasions se présentant à nous pour accumuler des jetons. Ainsi le luxe ultime pour mettre en place cette stratégie offensive est de bénéficier d’un gros tapis.

stratgie_grostapisC’est pourquoi je propose ici d’exposer quelques ajustements à effectuer quand on est en position de gros tapis à la table (40 big blinds minimum), afin de mettre toutes les chances de notre coté pour aller le plus loin possible en tournoi. Je n’ai pas la prétention de faire un état des lieux complet des possibilités qu’offre cette situation, mais je vais tenter simplement d’exposer quelques pistes, parmi d’autres, qui semblent intéressantes à développer.

Jouer correctement avec un gros tapis est paradoxalement beaucoup plus compliqué qu’avec peu de jetons, tout simplement car les possibilités plus nombreuses qui en découlent offrent autant d’occasions de faire des erreurs. En revanche ce tas de jetons est une arme de dissuasion importante pour nos adversaires et peut nous permettre de les amener dans des situations délicates en tentant de provoquer leurs erreurs.



Augmenter la fréquence de ses relances pré-flop

Plus que jamais, avec un gros stack, l’agressivité à la table est une stratégie très intéressante à tenter de développer, cela pour plusieurs raisons. La plus évidente est le vol des blinds et antes, c’est le moyen le moins risqué de continuer à faire fructifier ses jetons, remporter de nombreux petits pots suffira amplement à notre bonheur. Évidemment il est possible que certains joueurs s’adaptent en ne nous laissant pas diriger les débats, dès lors cette stratégie combinée avec notre image agressive pourra peut-être porter ses fruits le moment venu. En effet ces joueurs tentant de contrarier nos attaques pourraient, le cas échéant, nous offrir de l’action quand nous
toucherons de grandes mains. C’est là tout l’avantage de l’agressivité, nous pourrons espérer remporter de gros pots quand nous toucherons du lourd, tandis qu’un joueur plus serré aura du mal à se faire payer ses meilleures mains par des joueurs attentifs.

Ici l’utilisation du "Small Ball" est un moyen intéressant pour développer cette stratégie, par un calibrage de mises particulièrement petites nous pourrons jouer de nombreux petits pots et tenter de les remporter en ne mettant que très rarement notre gros stack en danger. En ayant une bonne lecture de ses adversaires, des flops et en se basant sur le fait qu’ils ne rencontreront pas souvent leurs cartes, nous pourrons placer de petites attaques suffisantes à écarter des adversaires peu accrocheurs et souvent peu enclins à se frotter à notre gros tapis. Ce sont ces joueurs qui doivent être notre cible prioritaire, ceux qui attachent plus d’importance à la main détenue qu’à la situation dans son ensemble. Par cette stratégie nous auront la possibilité de forcer ces joueurs à adopter une attitude très directe contre nous, la plupart du temps quand ils nous donneront de l’action c’est qu’ils auront touché une main satisfaisante, notre lecture devient donc facilitée. Tout en ciblant les joueurs prévisibles, nous devons aussi cibler les tapis moyens quand il s’agit de voler des jetons. Pour limiter les risques nous pouvons éviter de nous frotter aux tapis pouvant potentiellement entailler le nôtre, consacrons nous en priorité aux joueurs ayant un tapis de taille moyenne, ceux-ci sont encore dans une zone de sécurité, ils sont donc peut être plus à même de vouloir nous éviter. D’autre part il est très risqué de tenter de voler des short stacks avec des mains marginales, ceux-ci doivent doubler rapidement pour survivre, ils peuvent donc se satisfaire de leurs mains (pas forcément de 1er choix) pour pousser leur petits tapis et tenter leur chance face à un joueur comme nous, au panel de mains semblant plutôt large.

brunofitoussi_stratgieUn autre moyen de voler des jetons sans trop de risques est la "punition" des limpers. Bien que ces joueurs soient de plus en plus rares, surtout quand les blinds deviennent importantes, ils subsistent néanmoins encore quelques "serial limpers". De préférence en position, nous pouvons attaquer ces joueurs et les isoler, ainsi avec l’initiative et la position, il devrait être aisé de remporter le coup au flop la plupart du temps. Attention toutefois à ce cas de figure, ces joueurs doivent impérativement être identifiés comme des habitués du genre. En effet il devient très courant aujourd’hui de rencontrer certains joueurs limpant les As, les Rois voire même les Dames ou AK en début de position.

Au flop une mise de continuation standard est préconisée la plupart du temps, parfois face au nombre croissant de joueurs utilisant le "floating" nous devrons envoyer une 2e salve. Mais ceci n’est pas obligatoire, il n’y a pas de honte (hors position par exemple) à check-fold de temps en temps quand le flop semble trop hostile, de plus cela devrait apporter du crédit à nos continuation bets futur. D’autre part une mise de continuation peut aussi être évitée quand nous possédons une main qui a de la valeur à l’abattage face à la hand range présumée de notre adversaire, quand celui-ci ne joue que pour très peu de cartes à tirer, il peut être intéressant de ne pas vouloir le sortir du coup et éventuellement induire un bluff de sa part.

Enfin tout ceci n’a de sens que si nous jouons exactement de la même manière nos grandes mains et nos "poubelles". Au poker un des objectifs est de définir la main de notre adversaire par un processus de déduction reposant sur les indices que nous avons pu remarquer. Si nous avons dans notre arsenal des schémas de jeu pouvant être développés aussi bien avec une paire d’As dans les mains qu’avec 7 et 2, nous rendons alors très compliqué ce processus de déduction pour nos adversaires. Ainsi, encore une fois, nos adversaires les moins aguerris seront obligés d’adopter un jeu direct, rendant nos décisions plus simples.



Entrer dans un pot relancé plus souvent

Payer sec une relance en position est un autre grand moyen de faire parler notre suprématie en termes de jetons. L’adversaire manquant le flop la plupart du temps, nous pourrons alors manœuvrer pour voler ces pots à moindre frais. Là encore ces vols nécessitent de bien cibler nos "proies" et là encore ce sont les joueurs serrés au style de jeu direct qui nous intéressent.

Quelques fois le relanceur initial, ratant le flop, chekera devant nous et il nous sera facile d’arracher le pot par une mise. Mais la mise de continuation est devenue monnaie courante aux tables de poker, aussi l’utilisation du "floating" devient nécessaire. Le floating de base consiste à payer en position un continuation bet au flop dans le but d’arracher le coup au turn si l’adversaire faiblit. En effet les joueurs ayant le "courage" de tirer le 2e barrel au turn sont assez rares, c’est donc une situation profitable pour utiliser notre gros tapis. En revanche, à moins d’avoir un sérieux read sur l’adversaire, si celui-ci ose la 2e cartouche il serait plus raisonnable d’abandonner le coup dans le cas où nous n’avons rien flopé.

Ici aussi nous devons équilibrer notre jeu en "flat-callant" de temps en temps avec nos mains de 1er choix, encore et toujours dans le but d’être illisible pour nos adversaires.  Ainsi dans ce cas de figure il peut s’avérer très intéressant d’effectuer ce qu’on appelle un New York Back Raise.



Voilà donc quelques pistes de réflexions sur les ajustements de notre jeu pouvant être développés quand nous sommes en situation de gros tapis en tournois. Ce gros stack nous permet de mettre la pression sur nos adversaires, parfois le seul fait d’être impliqué dans une main avec notre supériorité en jetons peut suffire à effrayer les joueurs peu enclins à risquer l’éventuelle élimination contre nous. En intensifiant notre agressivité nous multiplions nos chances de voler de petits pots sans risques majeurs et nous augmentons la probabilité d’obtenir de l’action quand nous touchons de grandes mains. Ainsi nos chances de remporter le tournoi augmentent et nous serons donc moins tributaires des cartes qui nous seront distribuées.

En résumé, avoir un gros tapis permet de voler de nombreux jetons, de jouer beaucoup de mains, de voir un maximum de flops et donc d’augmenter ses chances de toucher un gros jeu. Tout cela en bénéficiant d’une forme de sécurité privilégiée lorsque se déroulent les phases clés d’un tournoi (bulle ou approche de la table finale), nos adversaires ne prendront des risques contre nous qu’avec une main de tout premier ordre, rendant notre lecture particulièrement aisée.


Maintenant il est clair que je suis loin d’avoir fait le tour de toutes les possibilités qu’offre cette situation, les manières de pratiquer le poker sont peut-être aussi nombreuses qu’il existe de joueurs. J’espère juste ici énoncer quelques idées ayant fait leurs preuves chez de nombreux joueurs confirmés, sachant que tout ce qui peut être écrit ou dit sur la stratégie doit seulement devenir une base de réflexion permettant de développer un jeu propre à chacun. Tout joueur de poker doit certes s’appuyer sur des bases solides pour progresser et développer son jeu, mais rien ne remplacera l’expérience qu’il se fera autour d’une table.

Germain'133' Gillard


N'hésitez pas à poser vos questions et à réagir sur le forum.
Commentaires (0)

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Savoir jeter deux as 
Le floating 
Les tells 
Utiliser des "poker trackers" (1ère partie) 
Contrôler la taille du pot 
Le théorème du Yéti 
Savoir choisir une table Part 2 
Savoir choisir une table Part 1 
Les mains du top ten