wpt_national_cannes_2012
wsop_2012_resultats
Saturday 02 June
Home > Articles > Stratégie > Le New York Back raise

Le New York Back raise


Stratégie
Par Germain Gillard   
Dimanche, 03 Mai 2009 20:00
 Partagez

Le "New York Back Raise" (NYBR par la suite) et le "Squeeze Play" (SP) sont deux armes qui se doivent de faire partie de notre arsenal à une table de poker. C’est pourquoi je me propose ici de tenter d’en exposer les principes.

L’agressivité du jeu au poker est clairement une tendance qui se répand et se développe de plus en plus autour des tapis verts, aussi bien en cash game qu’en tournoi. Le SP en est une de ses composantes à maitriser, et comme ils sont de plus en plus nombreux à l’utiliser, le NYBR est une des meilleures armes pour la contrer.

Afin d’exposer clairement les principes du NYBR, il convient au préalable d’évoquer, ou de rappeler, ceux du Squeeze Play.

Le SP est une sur-relance qui s’effectue pré-flop, généralement depuis les blinds, il est possible aussi de "squeezer" avec succès en position tardive (bouton ou cut off). L’objectif est de contrer l’agressivité de nos adversaires en les sur-relançant, sans pour autant avoir une main de premier choix. C’est une forme de "re-steal", ou "vol en retour" en mauvais français.

Mais pour effectuer ce move il faut que certaines conditions soient réunies.

Tout d’abord le relanceur initial doit être un joueur assez large agressif pour qu’il existe une chance qu’il ait une main moyenne l’empêchant de suivre ou de sur-relancer. De plus s’il a effectué sa relance depuis une position tardive cela augmente les probabilités qu’il soit en tentative de vol. Le suiveur doit aussi présenter un style plutôt large, n’ayant pas pour habitude de sous-jouer ses mains fortes. Ainsi, si nous bénéficions d’une image assez serrée à la table, il nous sera possible de placer un SP dans de bonnes conditions.


La plupart du temps, dans cette configuration, nous remporterons le pot sans aller voir le flop , mais si au moins un des 2 adversaires suit, le coup n’est pas forcément perdu, nous avons affiché de la force et il y a peu de chances que le ou les suiveurs aient rencontré fortement le flop, un continuation bet devrait suffire à finir le travail. Dans le cas contraire il est grandement le temps d’abandonner le pot.

Dans l’hypothèse où le suiveur de la relance initial nous revient dessus après notre squeeze play, attention nous sommes peut être tombé sur un amateur du NYBR !


Le New York Back Raise est une forme de slowplay, il consiste à effectuer un "cold call" pré-flop sur un relanceur initial, l’objectif ici est d’appâter un joueur qui n’a pas encore parlé dans le tour d’enchères et qui pourrait identifier cette situation comme profitable pour sur-relancer en tentant un SP.

Evidemment comme le but est de grossir le pot au maximum préflop, il est préférable d’effectuer un NYBR avec les mains dites "premium" : A-A, K-K, A-K assortis, éventuellement Q-Q. Ainsi, si cela fonctionne, nous pourrons alors re-raiser le "squeezer" pour engager tout ou partie de notre tapis. De plus cela peut nous construire une image intéressante à la table qui nous permettrait par la suite d’aller voir des flops "pas chers" sans forcément s’exposer à une sur-relance, le NYBR placé auparavant devrait refroidir nos adversaires pour tenter de nouveau un SP à notre encontre.


Exemple d’un NYBR :

Au blinds 500/1000, un joueur large et agressif (tapis confortable) ouvre à 3 000 du hi-jack (2 places avant le bouton), nous sommes au bouton et recevons les As. Notre tapis est d’environ 20 000, nous n’avons pas effectué beaucoup de moves depuis un moment, sur-relancer ici afficherait clairement la force de notre main et limiterait à coup sur l’action.

De plus en big blind se trouve un joueur très agressif ne perdant que très peu d’occasions de faire parler son gros stack avec de nombreuses sur-relances. C’est la situation parfaite pour tenter un NYBR, donc nous suivons juste la relance du hi-jack et comme espéré la big blind sur-relance à 10k. Le hi-jack se couche rapidement, la parole nous revient, le joueur en BB étant quasiment comité au pot nous envoyons donc notre boite pour environ 20k, la BB doit rajouter 10k dans un pot de plus de 35k, ce qui devrait le convaincre de payer une bonne partie de son panel de mains potentielles. Ainsi l’objectif est atteint et nous sommes en position de doubler notre tapis…

Evidement cela ne fonctionnera pas à chaque fois, mais la plupart du temps, encore une fois nos adversaires ne rencontreront pas souvent le flop et nous pourrons encore remporter le coup. Si la cote que nous avons créée en "cold callant" la relance initiale fait rentrer un maximum de joueurs derrière nous, il nous faudra redoubler de prudence au flop. Mais le jeu en vaut la chandelle.

… Pour l’histoire dans notre exemple la BB finit par compléter et nous montre une paire de 9. Nous avons 80% de chance de doubler…

New York Back Raise : 1 vs Squeeze Play : 0 !!!

Pour ceux qui souhaitent en discuter sur le forum ... http://www.madeinpoker.com/index.php?option=com_fireboard&Itemid=16&func=view&id=13374&catid=31



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Cash Game : protéger son tapis et non sa main 
Poker et fashionistas 
Dix conseils à suivre pour votre premier tournoi en live 
Eviter de se faire manipuler en live 
Débuter au HORSE 
Induire un bluff 
Le Razz 
Le stop and go 
Le 3-Bet 
Le Omaha Hi-Lo (seconde partie) 
Le semi-bluff 
Le Omaha Hi-Lo (première partie) 
Les tournois avec rebuys 
Les Tells online 
Savoir jeter deux as 


Everest Poker


promo-image-284x250-teammypok-2013

extras