wpt_national_cannes_2012
wsop_2012_resultats
Saturday 02 June
Home > Articles > Stratégie > Le Omaha Hi-Lo (première partie)

Le Omaha Hi-Lo (première partie)


Stratégie
Par David Poulenard   
Vendredi, 15 Mai 2009 12:17
 Partagez

Le Omaha Hi-Lo (ou Omaha Eight or Better) est une formidable variante du poker, notamment car il s’agit d’une discipline extrêmement ludique, génératrice d’actions fréquentes, mais surtout car vos adversaires y feront de nombreuses fautes qui se paient généralement cash et viendront gonfler le compte des joueurs les plus aguerris.

Cette variante se joue principalement en Pot Limit ou en Fixed Limit, plus rarement en No Limit.



Dans cette première partie, nous aborderons les règles de départ et des concepts de base, dans la seconde partie publiée prochainement, nous vous exposerons des concepts stratégiques plus avancés.



Les règles :

Le Omaha, qu’il soit Hi (seul le meilleur jeu l’emporte) ou Hi-lo (on joue à la fois pour le meilleur et le plus faible des jeux) se joue comme au Texas Holdem avec un board de cinq cartes et des cartes privatives. La différence vient du nombre de celles-ci, au Hold’em chaque joueur en a deux et en utilise zéro, une ou deux pour réussir la meilleure combinaison possible avec le board, au Omaha quatre cartes privatives sont distribuées et chaque joueur doit en utiliser impérativement deux.


Si au Hold’em, vous avez une quinte avec sur un board , au Omaha avec votre meilleur jeu ne sera qu’une faible paire de sept. Je suis toujours surpris du nombre fréquent de joueurs perdant leur tapis en début de tournoi en commettant une erreur aussi incroyable…



La particularité du Omaha Hi-Lo est que le pot peut être divisé en deux dès l’instant où trois cartes de valeurs différentes, inférieures ou égales au 8, constituent le board et qu’un joueur au moins détient deux cartes lui permettant de réaliser une combinaison de cinq cartes différentes et inférieures au neuf. Dans ce cas de figure, le joueur détenant la composition de cartes la plus faible remporte la moitié du pot. Exemple :


Sur un board :
Le joueur A remporte le haut avec grâce à un brelan de rois.
Le joueur B empoche le bas avec : an ayant la combinaison .


La combinaison la plus forte en bas est donc A 2 3 4 5, le Lo ne prenant en compte ni les couleurs ni les quintes. Si l’on détient sur un board comprenant , on est donc assuré de remporter à la fois le bas et le haut, ce qui s’appelle scooper le pot. L’as, vous l’aurez compris, étant à la fois une carte haute et une carte basse.




Les mains de départ :



Avec quatre cartes privatives et la possibilité de réussir une combinaison en haut et en bas, les probabilités d’avoir une main de départ intéressante et de toucher quelque chose au flop sont nombreuses. Il est donc fréquent d’avoir des pots, disputés par de nombreux joueurs, qui génèrent beaucoup d’action. L’art de cette variante étant de ne pas tomber dans ce piège à pigeons, la sélection des mains de départ est donc essentielle. Les meilleures mains sont celles offrant à la fois des possibilités en haut et en bas, par exemple ou . Nous avons à la fois les plus petites cartes possibles, de grosses paires servies et des possibilités de quinte et de flush. Des mains comme donnent d’excellents résultats, permettant de nourrir des espoirs de quinte mais aussi de Lo.

A l’inverse, des mains habituellement intéressantes au Omaha Hi comme sont beaucoup plus spéculatives en Hi-Lo car vous aurez besoin d’un board affichant de petites cartes pour réussir une quinte et dans cette hypothèse vous ne prétendez au mieux qu’à la moitié du pot.

stratgie_omaha_hilo
La Rolls du Omama Hi-Lo !

Au Omaha Hi-Lo, l’important est d’avoir quatre cartes utiles, qui se connectent et offrent de multiples possibilités en haut et en bas. Une main comme est très loin d’être favorite face à 3 adversaires détenant un panel moyen de mains correctes en Omaha Hi-Lo.


Stratégies de base :

Lorsque vous recevez une main intéressante, il convient de la jouer le mieux possible. De la même manière qu’au Texas Holdem, la position et l’intérêt de relancer avant le flop sont essentiels. Le Omaha est "un jeu de flop", avoir une excellente main de départ ne suffit pas, si vous n’avez pas trouvé le flop idéal dans un pot "multiway" n’hésitez pas à abandonner le coup. Comme je vous l’ai écrit en début d’article, la particularité du Omaha Hi-Lo est que les situations où plusieurs joueurs trouvent une raison de continuer après le flop sont fréquentes. Il est donc souvent inutile de s’obstiner avec un Continuation Bet, un bluff ou une simple overpair lorsque l’on a totalement raté son flop. Au Omaha Hi-Lo, les gros pots se remportent généralement avec les nuts, idéalement en bas et en haut, face à des adversaires incapables de jeter leur main, très rarement en bluffant ou en tentant de protéger/valoriser une main moyenne.



Il convient donc de faire preuve de patience, d’être sélectif dans son choix de mains de départ, de savoir lire la texture d’un flop et de ne pas hésiter à miser lorsque l’on possède un gros jeu pour faire grossir le pot et remporter de gros coups. 



Dans cette variante, de nombreux joueurs débutants ou moyens sur-jouent leur main sous prétexte qu’elle offre un potentiel de Lo, ils vont rentrer avec A2, A3, 23, A4 ou encore moins bien et avec deux cartes complémentaires peu intéressantes, prêts investir des sommes importantes dès qu’un tirage low apparaît, se battant au mieux pour seulement la moitié du pot.



Une des erreurs les plus fréquentes et incroyables que je vois souvent se retrouve dans des têtes à têtes, lorsqu’un joueur s’obstine à suivre les mises de son adversaire avec uniquement l’espoir de remporter le bas. Exemple caricatural à une table de Pot Limit 0,25/0,50$ :


Tous les autres joueurs ont passé, seuls les blinds voient un flop : , le joueur A de small blind mise 1$, soit le pot. Avec , le joueur B de big blind paie.
Le tournant est un et A mise encore le pot, soit 3$ que paie B
La rivière est un et A avance 9$. Que doit faire le joueur B, qui a enfin trouvé son lo ?
La réponse est assez évidente, la meilleure chose à faire dans son cas est d’arrêter immédiatement le Omaha Hi-Lo pour s’y remettre après avoir sérieusement potassé la discipline ! En effet, avec une main n’offrant quasiment aucun espoir de remporter le haut, ce joueur a investi 4$ et s’apprête à en rajouter 9$, ceci simplement pour partager le petit dollar constitué par les deux blinds…En admettant qu’il gagne en bas (ce qui n’est même pas certain car il ne détient pas la main max), ce joueur aurait risqué 13$ pour en récupérer 13,5 avant prélèvements.
Vous comprenez aisément que l’on ne gagne pas d’argent en Omaha Hi-Lo en espérant juste remporter la moitié du pot si tout se passe idéalement.


On rentabilise ses investissements dans cette variante, en remportant le haut alors qu’il n’y a pas de bas, en scoopant le pot (gagner en bas et en haut), en remportant le bas ou le haut alors que plusieurs adversaires se partagent l’autre moitié, exemple :
Vous avez sur un board , le pot est de 64$, vous avez le jeu max en haut et vos deux adversaires dévoilent l’un et l’autre A-2 accompagnés de cartes quelconques. Vous empochez alors 32$ et vos rivaux, ayant chacun le low max, doivent se partager l’autre moitié, récoltant seulement 16$ chacun. 



Comment éviter les pièges, parvenir à exploiter les faiblesses des autres joueurs pour construire et remporter de gros pots dans cette variante ? Ce seront les thèmes de la deuxième partie de notre rubrique stratégique sur le Omaha Hi-Lo.

A suivre prochainement…



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Cash Game : protéger son tapis et non sa main 
Poker et fashionistas 
Dix conseils à suivre pour votre premier tournoi en live 
Eviter de se faire manipuler en live 
Débuter au HORSE 
Induire un bluff 
Le Razz 
Le stop and go 
Le 3-Bet 
Le Omaha Hi-Lo (seconde partie) 
Le semi-bluff 
Le New York Back raise 
Les tournois avec rebuys 
Les Tells online 
Savoir jeter deux as 


Everest Poker


promo-image-284x250-teammypok-2013

extras