Wednesday 31 October
Home > Articles > Stratégie > Le stop and go

Le stop and go


Stratégie
Par Germain Gillard   
Samedi, 19 Septembre 2009 19:06
 Partagez


Cette astuce en tournoi, à l’approche un peu désuète, est connu de beaucoup de joueurs de poker, pourtant peu l’utilisent. En effet, il est rare de voir se présenter une situation intéressante pour placer un "stop and go" et la démarche peut paraitre suicidaire, mais il s’avère très utile dans une stratégie de "survivor" que l’on est parfois contraint et forcé d’appliquer dans un tournoi. Bien que ses possibilités d’utilisation soient exceptionnelles et dans des cas d’extrêmes urgences, il se peut que l’on soit à un moment ou un autre confronté à ce choix qui pourrait, dans le cas d’une réussite, nous redonner un peu d’oxygène.

 

Le stop and go s’utilise dans un cas bien précis : short stack, de grosse blinde, face à un relanceur ayant attaqué notre blinde. Il consiste tout simplement à juste payer la relance adverse pour tout envoyer ensuite au flop, quelles que soient les cartes tombées. Sa mise en œuvre est d’une simplicité enfantine mais il convient néanmoins de bénéficier de quelques conditions nécessaires pour rendre cette astuce efficace.

Tout d’abord notre taille de tapis, le stop and go étant très risqué il faut l’utiliser que dans un espèce de dernier recours, quand notre tapis est dans un état critique et que nous n’avons que peu ou pas de "fold equity" (espérance d’abandons des adversaires) pré-flop. En effet pour une taille de tapis identique notre fold equity peut fortement augmenter au flop, imaginons que nous avons un tapis de 8 000 sur des blinds 500/1000, nous sommes de big blind et une relance à 3 000 est effectuée, si nous poussons tout pré-flop notre adversaire devrait nous suivre avec n’importe quelle main, en revanche en payant pré-flop les 2000 supplémentaires et en envoyant premier de parole nos 5 000 restants nous nous donnons une chance de plus de remporter le pot sans showdown. Ici nous préférons peut être perdre un peu de value par rapport à une éventuelle confrontation à tapis pré-flop remportée, mais nous augmentons nos chances de survie en attendant le flop pour tout envoyer, les cartes tombées peuvent effrayer notre adversaire et le contraindre à jeter. Dans le cas où le flop ne l’effraie pas ou si celui-ci l’a aidé il nous paiera et nous serons peut-être en difficulté, mais cela ne change pas grand-chose par rapport à un tapis pré-flop puisqu’il nous aurait payé de toute façon. Le stop and go nous offre juste une possibilité supplémentaire de remporter le pot en s’aidant d’un éventuel flop effrayant pour notre adversaire.

La taille du tapis adverse peut aussi avoir son importance, si notre cible possède un tapis conséquent il nous sera compliqué de l’impressionner avec nos quelques blindes de mise sur le flop, à moins qu’il possède une main bancale sans espoir pour remporter le pot, il devrait facilement nous payer pour aller jusqu'à l’abattage avec n’importe quelle paire, tirages, deux over-cards ou même As haut. Privilégions donc les tapis moyens si nous en avons l’opportunité, ceux situé entre 15 et 25 BB. Ceux-ci pourront se poser quelques questions au moment de notre tapis au flop, notre mise n’est pas très impressionnante mais cet adversaire est-il prêt à prendre le risque d’entailler son stack, déjà pas très costaud, alors que le flop pourrait ne pas l’arranger du tout. La force du stop and go est de faire prendre à notre adversaire une décision difficile, susceptible de lui faire faire une erreur. Même si nous pensons avoir une main pouvant tenir la route face à la sienne, si nous allons à tapis pré-flop la décision est très facile pour le relanceur initial, il a la cote pour payer avec quasiment n’importe quelles cartes et quand bien même nous serions favori à 60% il reste quand même un bon 40% de chance de sortir du tournoi. En revanche un stop and go nous offre la possibilité de faire jeter au flop bon nombre de mains que peut posséder l’adversaire, est-il capable de call avec A-Q sur K-9-8 , avec 6-6 sur A-T-8 etc ?

Evidemment nous n’aurons que peu d’idée précise sur sa main et nous pourrions paraitre bien ridicule avec notre stop and go quand nous nous ferons payer par top paire ou toute autre main nous dominant aisément, mais c’est le risque à prendre. La plupart du temps notre adversaire verra un flop qui ne l’arrangera guère et c’est là-dessus que nous jouons. Il convient aussi de préciser qu’évidemment nous nous garderons bien d’effectuer ce move contre la grosse serrure de la table qui ne joue que QQ minimum, un joueur au panel bien plus large est préférable. Dans le même esprit jouer contre un relanceur en position tardive limitera quelque peu les risques de tomber sur un os, évitons donc la barre de fer qui relance UTG !

Evitons également les bons joueurs d’expérience, ils connaissent certainement cette technique et nous aurons surement du mal à leurs faire peur avec notre tentative. De plus ces derniers savent très bien qu’il n’est pas conseillé d’attaquer en vol la blinde d’un short stack, ils devraient donc souvent avoir ici une main qui se tient.

 

Avec quelles mains effectuer un stop and go  ?

Dans l’absolu, "any two cards" suffisent pour utiliser cette technique puisque le but premier est d’éviter le showdown. A partir du moment où les conditions semblent être réunies il nous serait possible de call pré-flop puis push au flop sans même avoir regardé ses cartes !

Néanmoins tout suicidaire que nous sommes à vouloir utiliser le stop and go, il serait intéressant de prévoir quelques possibilités de portes de sortie. Ainsi toutes les paires, tous les As-x, Broadway, suited connectors, … enfin tout ce qui ne pique pas trop les yeux du genre J-8 ou 9-7, feront l’affaire. Evidemment si nous découvrons deux beaux As ou un autre miracle du genre dans notre situation, nous nous ferons un plaisir de laisser de coté le stop and go prévu tout envoyer avant le flop.

 

Dans la catégorie miracle justement, il existe une exception au cours d’une tentative de stop and go, en effet si par chance après avoir payé la relance pré-flop, le board nous offre un monstre, nous pourrions alors changer notre fusil d’épaule en checkant pour gentillement laisser notre adversaire prendre l’initiative afin qu’il tire le premier !

 

Le stop and go est donc en résumé une technique de survie en tournoi pouvant permettre d’arracher quelques jetons précieux dans les moments critiques. La taille des tapis ainsi qu’un adversaire unique et ciblé sont les principales conditions permettant d’envisager la réussite de cette astuce. Ainsi l’éventuel gain de ce pot pourrait nous permettre de regagner un peu de fold equity et un peu plus de poids à la table pour nos actions futures.

Enfin l’exploitation de cette technique demande tellement de conditions particulières réunies rendant faible sa fréquence d’utilisation qu’on pourrait remettre en cause l’utilité même d’un article pour l’expliquer. Mais le poker génère tellement de variables à prendre en compte que chaque situation demande une adaptation particulière, c’est pourquoi un joueur de poker se doit de posséder un grand nombre de "cordes à son arc".

Le "stop and go" est une petite corde de plus, fort utile à l'arc d'un bon joueur de poker …

 

 

 

 

Commentaires (4)
0
...
Par defender, September 20, 2009
technique utilisé beaucoup sur poker star pour les tournoi 1$ mais les joueurs ne connaisse pas le nom de cette technique.ça permet de décaver des donk avec deuxième ou troisième pair.
David Renault
article interessant
Par David Renault, September 21, 2009
Donc, je ne peux pas utiliser le SnG contre le relanceur si celui ci est de SB et que je suis de BB. Il va parler avant moi apres le flop et risque donc d'envoyer avant moi.
Quelle est la bonne taille de tapis pour ce move? entre 5 et 10BB je dirais... en dessous c'est push pre flop
David Poulenard
taille du tapis
Par David Poulenard, September 21, 2009
Effectivement, la taille moyenne du tapis se situe autour de 5 à 10 BB. Mais plus qu'un chiffre fixe, c'est surtout l'appréciation de notre stack, de celui du relanceur, du montant de sa relance, de son profil et de la possibilité que notre stop n go puisse le faire jeter sa main sur le flop. Un trop petit stack (chez nous ou chez lui) et il paiera normalement avec any 2; avec un trop gros stack il y a d'autres stratégies à mettre en oeuvre.
Le stop n go est une technique intéressante mais qui demande vraiment une bonne analyse de la situation pour être placée !
Wuttke
...
Par Ice-Cream, September 21, 2009
Article très intéressant qui permet en effet de parfaire son éventail de techniques.
Continuez comme ça =)


Vous devez être enregistré pour écrire un commentaire.

busy
 
Cash Game : protéger son tapis et non sa main 
Poker et fashionistas 
Dix conseils à suivre pour votre premier tournoi en live 
Eviter de se faire manipuler en live 
Débuter au HORSE 
Induire un bluff 
Le Razz 
Le 3-Bet 
Le Omaha Hi-Lo (seconde partie) 
Le semi-bluff 
Le Omaha Hi-Lo (première partie) 
Le New York Back raise 
Les tournois avec rebuys 
Les Tells online 
Savoir jeter deux as 

175x300


PLAYER OF THE YEAR FRANCE


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
752.535

2
Bruno
Lopes
530.445

3
David
Benyamine
528.491

4
Aubin
Cazals
489.855

5
Alain
Roy
467.549

6
Roger
Hairabedian
457.068

7
Paul
Guichard
418.656

8
Tristan
Clemencon
411.163

9
Eric
Sfez
405.595

10
Phillippe
Ktorza
376.967



Top 100 France


Nom
Score  
1
Bertrand
Grospellier
2759.03

2
Roger
Hairabedian
2155.08

3
Tristan
Clemencon
1713.59

4
Fabrice
Soulier
1646.57

5
Phillippe
Ktorza
1626.17

6
David
Benyamine
1617.73

7
Alain
Roy
1614.92

8
Bruno
Lopes
1609.56

9
Guillaume
Darcourt
1514.07

10
Ludovic
Lacay
1487.5