» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


samedi 27 février
Home > Articles > Tournois > A l'intérieur d'un super-satellite du PPT
 

A l'intérieur d'un super-satellite du PPT

Tournois
Par David Poulenard   
Mardi, 23 Février 2010 22:06

Alors que la deuxième édition du Partouche Poker Tour s'était achevée de manière positive après les inquiétudes de début de saison, inhérentes à la fois à une conjoncture économique difficile et une concurrence croissante, cette troisième année se présente au mieux en partie grâce aux nouvelles structures mises en place.



Le Pasino d'Aix est un flamboyant édifice contemporain aux portes de la ville, vaste, lumineux, doté d'une splendide et immense salle de tournoi il est parfaitement adapté à l'organisation d'une compétition regroupant plus de quatre cents participants. Un nombre atteint l'année précédente que le casinotier souhaitait égaler -voire dépasser-. Un pari réussi puisque 451 joueurs avaient décidé de participer, déboursant 1075€ pour tenter d'obtenir un des 45 tickets offerts et pourquoi pas un des quatre packages pour les WSOP réservés aux vainqueurs.

 

salle_pleine
Une salle pleine...


Venu en voisin d'Avignon, je suis agréablement surpris de rencontrer de nombreuses connaissances rencontrées au hasard d'amicales parties privées, mais aussi et surtout de retrouver des professionnels confirmés, habituellement croisés sur le circuit international, que je n'imaginais pas faire le déplacement pour disputer un satellite.

 

cynthia-axarlis
de jolies filles...


Parmi eux, de manière logique toute l'équipe Partouche coachée avec enthousiasme et professionnalisme par Eric Sagne : Antonin Teisseire, Alain Roy, Bruno Launais et les filles Anatonia Alomar, Cynthia Axarlis, Krystel Zana mais aussi Jean-Paul Pasqualini, Antoine Saout, Eric Haik, Joel Benzinou, Marc Inizan ou Roger Hairabedian, des joueurs venus avant tout pour le jeu, qui n'ont logiquement pas une impérieuse nécessité de disputer des tournois satellites. Parmi les têtes connues, on retrouvait aussi : Mercedes Osti, Slim Mameche, Sylvain "Padoue" Lanternier, Michel Janvier, Leo Truche, Michel Leibgorin, Fred Grosso, Angelo Magro, Jean-Philippe Rohr et le récent champion de France Valentin Messina. L'absence d'enjeux aussi importants que dans les grandes compétitions du circuit international et le fait de se retrouver entre compatriotes dans le cadre agréable et presque printanier d'Aix-en-Provence générant une ambiance particulièrement chaleureuse.

 

pasqualini
de grands joueurs...



D'ailleurs lors de mes conversations avec plusieurs de ces têtes d'affiche, elles m'ont généralement expliqué être là parce que le tour s'était installé sur le circuit national et que les nouvelles structures faisaient de ces super-satellites des tournois agréables à disputer. Et comme tout au long de ce festival de nombreux side events étaient organisés, il y en avait pour tous les goûts et toutes les bourses. J'ai aussi longuement discuté avec Maxime Masquelier qui semblait comblé par l'affluence aixoise et plus encore par les échos favorables souvent entendus sur la qualité de la structure offerte.

Le deepstack est à la mode...



Après deux jours d'affrontements d'excellent niveau, n'ayant aucune mesure avec ceux des années précédentes et surtout de la première édition, le niveau ayant sensiblement augmenté, quatre lauréats ont gagné leur ticket pour la finale de Cannes et le droit de jouer les WSOP sous les couleurs de Partouche (package d'une valeur de 10 000€) :

1. Georges Haziza, le vainqueur
2. Olivier Matillo
3. Fabrice Choffard
4. Marc Inizan

Plusieurs têtes de série sont parvenues à se qualifier pour la grande finale de Cannes, notamment Alain Roy (13e), Krystel Zana (26e), Sylvain Mazza (27e), Remi Marrale (28e) et Roger Hairabedian (31e).

 

haziza
et un vainqueur heureux...

 

Parralèllement était organisé dimanche un tournoi deepstack à 500€, session de rattrapage pour de nombreux joueurs déçus, qui a été remporté par Julien Guimier qui encaisse 18 000€ pour sa performance. En finale, on retrouvait Jean-Paul Pasqualini qui termine 5e pour un gain de 4 000€ et Benjamin Hannuna (9e pour 2 000€). Et comme un tournoi Partouche ne serait pas aussi attractif sans l'indispensable "ladies" permettant à tous les joueurs présents de sortir de l'atmosphère virile et belliqueuse d'une compétition en admirant l'agréable vision de 160 jolies filles dans le traditionnel décor lilas de ces tournois, signalons la victoire de Stéphanie Gérard dans celui-ci...

 

Le seul bemol constaté, que l'on retrouve malheureusement dans de nombreux tournois du circuit mais accentué ici par le fait qu'il y ait plus de croupiers et joueurs débutants que dans un EPT ou un WPT, aura été les litiges assez fréquents survenus aux tables. Ceux-ci sont inévitables, les cas de figure pouvant poser problème sont si nombreux et les risques d'erreurs commises par les croupiers ou les joueurs ne peuvent être éradiqués. Le vrai problème, qui ne concerne pas directement le groupe Partouche ou les organisateurs de tournoi en France, est l'absence d'une uniformisation des règles d'arbitrage d'un tournoi à l'autre, et même d'un pays ou d'un circuit à l'autre. Ces problèmes engendrent donc à chaque fois d'interminables conciliabules entre floors et joueurs et même si les décisions prises se révèlent généralement logiques et conformes aux règles, le fait qu'elles ne soient pas automatiques et les mêmes d'une compétition à une autre provoquent de préjudiciables polémiques. Il semble souhaitable qu'une harmonisation des règles soit rapidement édictée, sous l'égide d'une fédération internationale reconnue par tous. La TDA (Tournament Director Association) pourrait être celle-ci, il faut pour celà que tous les principaux organisateurs de tournois la rejoignent et agissent de concert pour que des résultats concrets interviennent rapidement. Interrogé à ce propos Maxime Masquelier m'a confié être conscient de ce problème et ouvert à toutes évolutions favorables, même si certains problèmes particuliers comme les différences de réglementations nationales complexifiaient les données. Espérons donc que les choses évoluent favorablement

Commentaires (0)

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Unibet Open : rendez-vous à Budapest 
NAPT : reportage exclusif à Las Vegas 
Anton Wigg remporte l'EPT de Copenhague 
David Benyamine remporte le PartyPoker Premier League IV  
Hugo Lemaire vainqueur du Diamond Championship des EFOP 
Chilipoker Deepstack Dublin : Poker et Guinness 
Tournois de poker : le programme de février 2010 
Aussie Millions, Tyron Krost vainqueur surprise 
Grand succès pour la Finale du France Poker Tour 
EPT de Deauville, Cody dégaine le premier 
William Reynolds remporte le high roller du PCA 
PCA : le championnat du monde des espoirs ! 
Tournois de poker : le programme de janvier 2010 
Le Championnat de poker de Belgique 2009 
Finale du PPT : la démonstration de Pasqualini 

 
wpt_la_2010
uo2010_budapest
wsop_8free_fr
livres_accroche
annonce_debutant