» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


vendredi 21 mai
Home > Articles > Tournois > WPT Paris : victoire du danois Theo Jorgensen
 

WPT Paris : victoire du danois Theo Jorgensen

Tournois
Par Claire Renaut   
Dimanche, 16 Mai 2010 12:09


Le grand retour du World Poker Tour sur les Champs Elysées est un événement que les plus grands joueurs français n’auraient raté pour rien au monde. C’est ainsi que 246 joueurs, dont une large majorité de tricolores, ont déboursé les 10 000 euros nécessaires pour participer à ce tournoi au titre prestigieux.

Si l’Aviation Club de France, hôte du tournoi, était quelque peu déçu par ce chiffre (on prévoyait jusqu'à 400 joueurs), le nombre d’entrants reste bien supérieur à celui de l’an passé, où Le Grand Prix de Paris n’avait réuni "que" 138 inscrits, sûrement la faute à l’absence de label WPT.

salle
En même temps, s'ils avaient été 400, on peut se demander où on les aurait mis...

Les deux premières journées ont vu défiler le gratin du poker hexagonal : de Bertrand "ElkY" Grospellier à Fabrice Soulier, en passant par Antoine Saout, Roger Hairabédian, Remy Biechel ou encore Rui Cao, ils étaient tous là ! Le Team Winamax avait lui aussi fait le déplacement au complet tout comme les trois français ayant déjà remporté un titre WPT en Europe, bien déterminés à renouveler leur exploit : Thomas Bichon (Chypre), Christophe Benzimra (Marrakech) ou Guillaume Darcourt (Bucarest). Hélas, aucun d’entre eux ne réussira à se hisser en table finale…

roger
Roger, vainqueur en 2008, n'aura pas pu refaire la même en 2010

Du côté des internationaux, pas de miracle non plus puisque John Juanda, Alex Kravchenko, Allan Baekke, Sorel Mizzi , Freddy Deeb, Isabelle Mercier, Alan Goehring, Jens Kÿllonen, Men Nguyen, Tommy Vedes, Jose Barbero seront tous éliminés avant la table finale - et donc avant d'avoir eu le privilège d'être l'acteur d'un programme retransmis dans le monde entier -.

tommy_vedes
L'ultra-agressif et impitoyable Vedes n'aura pas fait long feu sur les Champs...

Côté spectacle de début de tournoi, la palme du swing revient à Ludovic Lacay qui dès les premières heures du day 1a nous a offert un yoyo sympathique : il tombe à moins de 2 000 après une rencontre à tapis KK contre AA en face sur un baby card flop. Avant de remonter à 6 000 avec paire de 6 contre A-J sur un flop à grande teneur humoristique : J J 6. Avant de remonter encore en doublant avec paire de valets contre paire de rois. Puis de rechuter à 10k en perdant contre couleur max. Et de finalement sauter en début de soirée...

Le premier éliminé du day 1a sera Alain Daien, qui trouvera un bourreau en la personne de Sorel Mizzi (« Bateau » perdra trois gros pot de suite contre l’américain, dont une quinte over quinte au turn). Mais il ne restera pas seul bien longtemps sur son banc des joueurs bottés en touche puisque Michael Tureniec ne tardera pas à le rejoindre, éliminé par un Guillaume Darcourt qui floppe couleur max à coeur quand Tureniec touche top paire top kicker au turn. Quand Guillaume envera son tapis, Tureniec décidera alors de faire alors un call audacieux… mais raté. Guillaume va alors monter rapidement une fortune, avant de tout perdre et de sauter lors du Day2.

sorel_bateau
Le bourreau (à gauche) et la première victime de la journée (à droite) : on en concluera qu'il vaut mieux jouer avec un casque qu'avec des lunettes.

Nicolas Levi, Rui Cao, Tristan Clemençon (Tirage couleur qui ne rentre pas), Jan Boubli, Leonard Truche (“Je n’ai jamais vécu une journée comme celle là, horrible de bout en bout, rien qui passe”), Hugo Lemaire, Willy Korchia (qui perd deux fois de suite paire de dames, une fois contre 4-5 et une autre contre K-K) ne passeront pas le Day 1a.

Pour ce qui est du day 1b, les éliminations vont se suivre et se ressembler de la même façon. A grands joueurs, grande déception : ElkY (qui ne réussira pas à dépasser son tapis de départ) et Roger Hairabédian, qui perd un flip déterminant, ne verront pas la couleur du Day 2.

elky
Jour de cauchemar pour ElkY qui ne gagnera pas un coup (ah si, il a peut-être pris les blinds une fois)

Dans le haut du classement en ce début de Day 2 à 127 joueurs, on retrouve alors Fabrice Touil et Jonathan Layani en grande forme, suivis par Bruno Benveniste, Guillaume Darcourt, Eric Haik ou Arnaud Mattern. Mais la valse des éliminés reprend de plus belle, réduisant le field à 48 en fin de journée et faisant finalement se détacher cinq gros tapis : Theo Jorgensen, Fabrice Touil, Iulian Iacob, Antoine Amourette (qui remporte de très nombreux coups et élimine Jérôme Zerbib avec contre sur un flop entièrement à coeur avec un as) et Arnaud Mattern, qui remporte le plus gros pot jamais joué jusque là :

Smirnov envoie 4 500 UTG. Nicolas Derveaux paie et Arnaud Mattern complète. Flop : . 15 000 chez le russe, tapis chez Nicolas Derveaux pour 43 000, tapis derrière d'Arnaud Mattern pour 140 000 et c'est payé par Mikhail Smirnov qui les couvre tous les deux ! Le pot est à près de 350 000 ! Showdown : pour Smirnov, chez Derveaux et chez Arnaud Mattern. Le suspense ne dure pas longtemps puisque le turn est un et la river une brique qui permet à Mattern de sortir Derveaux et de destacker de moitié le russe Smirnov.

mattern
Mattern concentré : petit, c'était les légos et maintenant, c'est les jetons. Même combat.

Le Day 3 a vu la bulle éclater à 26 mais pas de trace, dans les places payées, d'Alain Roy, Almira Skripchenko, Nicolas Babel et Stephane ZAlbertini (tous deux sont éliminés par Per Linde avec AA contre KK et JJ dans un monster pot), Iulian Iacob (pourtant très riche en début de journée mais qui n’aura pas survécu à un craquage d’As par Touil puis la perte de A-K contre …J-4 qui un Steven Van Zadelhoff inspiré)et d'un certain Stuart Rutter, pauvre bubble boy du jour dont la paire de 9 se fait craquer par A-5 chez Theo Jorgensen...

bubble
C'est la bulle et les journalistes se massent en attendant de l'action : la tension est à son comble

Peu après que la bulle n'ait fait pouf, c'est au tour de Guillaume de la Gorce de sauter, avec pour seule - faible - satisfaction d’être entré dans l’argent. Soit 11 740 euros. Dur dur… On a d'ailleurs entendu des voix s'élever contre la structure de paiement (et contre l'étroitesse entre les tables, mais ça, c'est une autre histoire), délibérement top heavy : seuls 10% de joueurs payés et seulement 1 740 euros de bénéfices pour les premiers joueurs dans l'argent...

Le Day 4 a été la journée la plus longue de cette aventure WPT : commencée à 15h, elle ne s’est pas finie avant… 4h du matin. Ben oui, ils voulaient tous la faire cette finale ! Mais ils sont plus nombreux à être passés à côté qu'avoir eu leur ticket : bye-bye Arnaud Esquevin, Antony Lellouche (avec KQ contre AA chez la machine à jetons Amourette), Eric Haik (avec paire de 9 contre les valets chez Mattern), Gabriel Nassif ou encore Thomas Nielsen qui voit ses dames pulvérisées par les rois chez Kool Shen.

kool shen
Pour Kool Shen, le WPT, c'est d'la bombe baby !

Ce dernier sautera d’ailleurs à la 16e place (pour un gain de 35 215 euros) après un parcours exemplaire de solidité. Notons d’ailleurs qu’il s’agit là du cinquième ITM de l’artiste rappeur cette année après quelques performances à Deauville, San Remo et Monaco. Bruno Lopes, au style plus proche du roc que de l’élastique, commence ainsi à se faire une vraie petite réputation de joueur de tournoi. Mais l’expérience lui manque encore, comme en témoigne son élimination suite à la petite phrase de trop :

Kool Shen (au cut off) et Arnaud Mattern (au bouton) checkent un flop . Turn : Check chez Kool Shen, mise de 75 000 chez Arnaud Mattern et tapis en check raise chez Kool Shen ! Il est couvert par Arnaud Mattern. Celui-ci rentre dans une longue réflexion, et demande à Kool Shen au bout de 5 minutes : "Si je jette tu me montres ?" Réponse de Kool Shen : "Je t'en montre une, si tu me montres les deux" . Ayant bien entendu que Bruno n'avait qu'un seul carreau, Arnaud paie dans la seconde avec une paire de rois contre  chez le rappeur. La river ne sera ni un As ni un carreau...

Et pendant ce temps, la table qui va attirer tous les journalistes est celle d’un Bruel incroyablement en forme et qui enchaine depuis la veille des figures comme une voltigeuse en patinage artistique : carré de 3 contre Andrew Teng, full avec paire de 5 sur un flop 5 K K contre K-J chez Benzimra (qui finit 15e), full avec sur un board contre full avec en face chez Paul Bennazar, le tout entrecoupé de "all in" en surrelances par ci par là : bref, un marchage sur la table 100% en bonne et due forme et 100% showman.

bruel
Un WPT qui avait pourtant si bien commencé pour Bruel... Mais il fallait bien un bon vieux bad beat des familles pour finir ça...


Peu avant la finale, un bourreau va se détacher du lot : Ilan Boujenah (un cousin de Michel, venu d'ailleurs l'encourager) qui se paie le luxe d’un beau doublé en éliminant Alex Kravchenko (46 955 euros) avec paire de 6 contre paire de 5 chez le russe sur un board 2 4 8 6 puis… Patrick Bruel, sur un coup qui a faire trembler les murs de l’ACF :

Ilan Boujenah relance, c'est payé par Patrick Bruel. Flop : . 35 000 chez Boujenah, relance 105 000 pour Patrick Bruel et tapis chez Boujenah. Patrick, commited - il lui reste dans les 120k derrière -, paie et Ilan lui montre en carnaval complet. Patrick est largement devant avec . Sauf que la turn est et que la river ne change rien. L'ambiance sera tellement glaciale qu'après avoir poussé un cri en voyant l'as au turn, Ilan soufflera honteux "Je suis désolé" à un Patrick anéanti et qui finit 12e.

Une fois Steven van Zadelhoff et Quinn Sivage éliminés, il s’écoulera près de 6 heures (!) avant que de dix joueurs on ne passe à huit, assistant à la remontée des petits tapis (dont Nourredine Aïttaleb qui double avec AK contre AA chez Mattern) à la chute sans fin d’Ilan Boujenah, suractif avec son tapis énorme (tentant et ratant de très nombreux moves) et qui sera finalement éliminé à la bulle de la finale après avoir 4-bet avec A-9o et avoir été obligé, commited, de payer la sursursurrelance à tapis de Theo Jorgensen qui avait JJ. Ilan est donc reparti avec 58 695 euros (et avec sans doute aussi de gros regrets).

table finale-presentation
Les huit heureux finalistes de ce WPT : cinq français, trois nordiques et plus de 630 000 à la gagne ! (Amourette est assis en bas, tout à gauche)

Les joueurs ont ensuite eu le droit à deux jours de repos avant de remettre le couvert pour la dernière ligne droite : une finale à huit pleine de rebondissements, et de bad beats. Et la première victime sera Jimmy Ostensson, éliminé par Fabrice Touil avec A-6 contre paire de 9 chez le suédois arrivé short stack (notons aussi que Fabrice venait de perdre KK contre 22 chez Linde puis de remporter A-J contre KK quelques mains après : vous suivez ?).

Il sera suivi de près par Arnaud Mattern qui envoie ses jetons préflop avec pour être payé par Antoine Amourette dont les initiales ont été un présage pour tout le tournoi : AA. Pas de miracle et Arnaud repart avec plus de 82 000 euros pour sa septième place. Ce sera ensuite au tour de Nourredine Aïtalleb et son A-J de s'incliner face à la paire de dames de Per Linde. Pour la petite histoire, rappelons que Nourredine s'était qualifié via un satellite à 50 euros rebuy : sympa le benef' !

aittaleb_out
Per Linde empile et Nourredine enfile (sa veste)

La suite de la finale a été marquée par les affrontements entre Antoine Amourette et Theo Jorgensen, le danois arrivé très chip leader. Lors du round 1, Antoine floppe une double paire qui coutera très cher au nordique mais le round 2, Theo fera un 3-bet à tapis à Antoine qui décidera finalement de payer avec une paire de 7, pensant être en flip. Sauf que Jorgensen dévoilera une paire de rois qui fera passer le français de 2e en jeton à short stack.

Du coup, Amourette ne se privera pas pour pousser son tapis au milieu dès qu'il le pourra : il pousse donc avec A-2 pour être payé par Touil avec K-Q. Rien ne change et Fabrice devient à son tour très short ; il sera éliminé peu de temps après sur une méchanceté par Theo Jorgensen : A-8 contre J-8 chez le Danois. Moche...

touil_family
Fabrice Touil bien entouré : ses amis et sa famille l'ont soutenu jusqu'au bout

Celui qui se sera le plus accroché, c'est définitivement Michael Guenni, short du début à la fin mais inamovible. Après avoir battu couleur max chez Amourette en faisant un 4 outers full à la river, il finit par rendre les armes en perdant paire de 5 contre paire de 9.

Peu après, c'est au tour de Per Linde d'être éliminé sur un coup bien "audacieux" : il pousse ses derniers jetons avec pour être payé par la montagne Jorgensen, qui aurait payé avec quasi-any two, avec pour une quinte floppée qui envoie direct le finaliste de San Remo dans les orties.

Le heads-up ne durera que quatre mains : tout part au milieu avec contre chez le français. Rien ne bouge, Antoine signe une performance remarquable en terminant runner-up et Theo s'empare d'une victoire magnifique, confirmant une fois de plus qu'il est un très grand joueur, comme en témoignent des croupiers et autres floors qui me confiaient déjà dès le Day 2 : "Cet homme est une machine, c'est vraiment un des meilleurs de tous ceux qui sont là. Il est hallucinant dans ses coups et franchement, moi, j'arriverais jamais à le bluffer tellement qu'il me fait peur".

theo_win
Un résultat de plus pour la machine Jorgensen : GG monsieur le Danois !

1er : Theo Jorgensen 633 902 euros
2e :   Antoine Amourette 328 690 euros
3e :   Per Linde 234 780 euros
4e :   Michael Guenni 187 825 euros
5e :   Fabrice Touil 140 870 euros
6e :   Nourredine Aïtalleb 93 910 euros
7e :   Arnaud Mattern 82 175 euros
8e :   Jimmy Ostensson 70 435 euros

Commentaires (0)

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Tournois de poker : le programme de mai 2010 
EPT Monaco : des adieux en beauté 
WPT World Championship : la consécration de David Williams 
Liv Boeree, magnifique gagnante de l'EPT de San Remo 
Reportage photo au Deepstack Open d'Aix-en-Provence 
Victoire anglaise dans l'Irish Open  
Guillaume Darcourt remporte le WPT de Bucarest 
Tournois de poker : le programme d'avril 2010 
EPT Snowfest : victoire d'Allan Baekke 
WPT Hollywood Poker Open : les oreilles et la queue pour le matador ! 
ECPT Barcelone : trois français en finale ! 
Heads-Up à Evian 
WPT Bay 101 : McLean Karr l'emporte ; Phil Hellmuth sixième 
Anthon-Pieter Wink remporte l'UO de Budapest 
EPT Berlin : la victoire après le braquage 
unibet

poker&betting_show