lundi 20 décembre

Home > Articles > Zooms > 10 Bluffs de Légende
 

10 Bluffs de Légende

Zooms
Par steven Liardeaux   
Vendredi, 17 Décembre 2010 11:12


1 - Doyle Brunson contre Jesse Alto : Un bluff pour l'histoire

Ce n'est pas un "Top 10" à proprement parler, mais il serait difficile de ne pas commencer par se rappeler de l'un des plus gros bluffs de l'histoire du poker, qui s'est terminé en main légendaire. Nous parlons ici du fameux de Doyle Brunson.

Nous sommes le 10 mai 1976, au Binion's Horshoe de Las Vegas, pour la finale du Main Event des WSOP. Certes il n'y avait pas 7 000 participants comme cela arrive de nos jours, mais seulement 22 ! Mais à l'époque, le prestige de remporter cette épreuve à 10 000$ était sans égal. Doyle Brunson, affronte le mexicain Jesse Alto pour le titre et les 220 000$ promis au seul vainqueur.

Alto (50 000 jetons), premier de parole découvre dans ses mains . Il décide de min-raise le texan (170 000 jetons) de grosse blinde, qui défendra alors cette fameuse main, .

"Je n'aurais jamais payé avec cette main, mais je le sentais tellement prêt à déjouer à tout moment que je paie", déclarera Doyle après coup.

Le flop est magique pour Jesse Alto qui voit apparaitre pour deux paires max ! Doyle n'a touché qu'une paire mais prend tout de même les devants en décidant de miser. Fort de ses deux paires, Alto se content de payer. Le turn est un et Doyle part alors à tapis, payé aussi rapidement que possible par Jesse Alto. La suite, tout le monde la connait, Doyle Brunson touchera une rivière magique puisqu'il s'agit d'un pour un full house inéspéré qui lui permet de devenir champion WSOP.

doyle-brunson-wsop-annees-70
Doyle brunson, à droite, face à Jesse Alto... à l'époque, il ne portait pas encore le chapeau !

 

2 - Phil Ivey contre Paul Jackson : Bluff contre bluff

Nous sommes le 23 novembre 2005 à Montecarlo. Phil Ivey et l'anglais Paul Jackson se dispute la première place du tournoi à 25 000$ NLH qui récompensera le vainqueur de 1 000 000$.

Au bouton, avec en main, Jackson complète la mise. Il est relancé par l'américain qui lui, détient .

Le flop est envoyé. Le pot fait alors 176 000, et personne n'a rien touché. Ivey est le premier a miser : ce sera 80 000. Jackson étudie la situation... et décide de relancer son adversaire pour 170 000 ! Hauteur 6 ça gagne ? Ce n'est surement pas de l'avis de Phil Ivey en tout les cas, qui appuie là ou ça fait mal en placant un joli 3-bet light  à 320 000 ! Bluff against bluff !

La mine de Paul Jackson parait déconfite, et on s'attend donc à ce qu'il jette sa main en toute logique... sauf que pas du tout ! (Sinon ce coup ne serait pas dans cette rubrique!) L'anglais envoie alors un 4-bet light, en ajoutant 300 000 de plus ! Alors c'est qui le patron ?

90 secondes de réfléxion plus tard, et Ivey apporte alors une réponse cinglante à tout le monde : "All in" ! Cette fois-ci la moue de l'anglais est une vraie moue, et le voila obligé de jeter ses cartes à la défausse : "J'ai bien fait de jeter là, non ?"

Sans broncher, sans flamber, sans montrer ses cartes, Phil Ivey collecte la montagne de jetons qui s'avance vers lui, pour finalement remporter ce tête à tête final et le million de dollars garanti. Une page de plus à rentrer dans la légende Phil Ivey.

phil_ivey_portrait
Le patron, c'est Ivey


3 - Tom Dwan contre Phil Ivey : Une histoire d'hommes

Voila un coup de cash game, qui s'est déroulé au Golden Nuggets, à Las Vegas, durant l'enregistrement du show "High Stakes Poker" cette année.

Phil Laak, UTG+1 décide de relancer à 3 900$. Payé par Eli Elezra, par Phil Ivey en possession de et Daniel Negreanu . C'est le moment choisi par Tom Dwan pour placer à squeeze a hauteur de 28 900$ avec.... Laak et Elezra s'écarte du coup, mais pas Ivey qui décide de payer. Negreanu jete.

Le flop tombe alors . Ni Ivey ni Dwan n'a touché ce flop. C'est Tom Dwan qui est le premier à parler, en envoyant un continuation bet pour 45 800$. Après s'être renseigné sur l'état du tapis de Dwan au début du coup ("environ 750 000$", lui répond alors calmement Dwan) Ivey ne réfléchit pas longtemps et décide de payer. (Il a démarré le coup avec un peu plus de 1 million) Le pot fait alors 162 300$...

La turn est une brique, un qui n'empêche pas Dwan d'envoyer une deuxième salve à hauteur de 123 200$... payé par Ivey après 30 secondes de réflexion.

La rivière est un . Le pot est déjà gros. Encore plus gros lorsque Tom Dwan se saisit de tous un tas de gros jetons pour avancer 268 200$... avec hauteur 9 !

Ivey rentre alors dans une intense réfléxion. Oui parce qu'Ivey n'est pas comme tout le monde, même si parfois des traces d'humanité sortent de sa bouche : "Mon dieu, quand je vois le temps que je mets à réfléchir avec ce que j'ai en main... je n'arrive pas à le croire." Oui Ivey a bel et bien décelé quelque chose de louche chez Dwan. Mais 268 200$ a investir avec juste une paire de 6, ça mérite un poil de réfléxion, et pas plus logiquement.

Silence à la table...Elezra s'endort... Ivey s'excuse et s'amuse de la situation : "Il n'y a pas de problème, réfléchis s'il le faut, il y a plus d'un demi million au milieu", lui glisse très sérieusement Eli Elezra.

Ivey est résigné et jete sa main... Tom Dwan respire, il vient de réaliser un énorme bluff contre le probable meilleur joueur du monde.

durrrrr
Ivey ou pas, quand Tom "Durrrr" Dwan décide de bluffer, il ne fait pas semblant...

 

4 - Isaac Haxton contre Ryan Daut : Bluffer avec hauteur 3

Head's up final du PokerStars Caribbean poker Adventure (PCA) 2007, le 13 janvier. A la clé 1,5 millions de dollars.

Et tout part d'un coup non relancé préflop, chose rare dans ce tête à tête. Ryan Daut avec , au bouton, a donc simplement call à 100 000 la grosse blinde de son adversaire, en possession de .

Flop

Isaac rend presque immédiatement la parole à son vis à vis en checkant, et Ryan en profite donc pour placer un c-bet à 300 000, en position, mais aussi en total bluff. Insta call chez Haxton !

Le turn est rapidement checké par les deux joueurs et c'est sur la rivière que tout va s'emballer :

Isaac mise dans la seconde 700 000... avant d'être tout aussi rapidement relancé à 2 000 000 par Ryan Daut ! A cette heure-ci, ce ne sont plus les cartes qui parlent...

Isaac, cheveux dans le vent et lunettes de soleil sur le nez (et oui on est au Bahamas quand même), re-raise pour le reste de ses jetons après quelques secondes, en contre bluff absolu... pour apprécier regarder son adversaire envoyer dans l'instant sa main vers le croupier...

Dans la folie générale, Haxton dévoile alors son bluff sur la table, et Ryan Daut, beau joueur lui glissera ces quelques mots : "Tu risques de bien aimer revoir ça à la télé..."

Un bluff rondement bien mené même si c'est Ryan Daut qui remportera finalement le titre.

isaac_haxton
Isaac Haxton a le sourire, ce bluff, il est dans la boite !

 

5 - Phil Hellmuth contre Mike Matusow : Gamble bluff

De retour au Golden Nuggets pour une nouvelle main qui s'est également disputée lors de l'émission des High Stakes Poker, sauf que les acteurs sont différents. Et le contexte aussi. Les joueurs viennent d'introniser d'un commun accord la règle du 7-2. Celle-ci consiste a récompenser un joueur de 500$, en les soutirant à tous les autres joueurs de la table, s'il réussit à bluffer un coup avec la fameuse "pire main du poker", et donc qu'il la montre à tout le monde. Vous avez dit gamble ?

Et toute suite la main d'après, Mike Matusow, premier de parole ouvre . Il relance à 1 800$. Tout le monde fold jusqu'à Hellmuth qui est de grosse blinde et qui ouvre....surprise.... ! Action baby...

Le spot est parfait pour Hellmuth, sachant que les joueurs viennent d'en parler à l'instant, et que Matusow a déjà un bel historique trash talking avec son adversaire. Il décide de relancer Mike "The Mouth" à 7 000$ !

"C'est tellement bon pour le jeu, on ne sait jamais si vous avez AA ou 72", balance Antonio Esfandieri, qui sans le savoir vient de mettre les deux pieds dans le plat !

Matusow prend alors un gros risque en ne surrelancant pas son adversaire et les deux joueurs découvrent le flop :

. Ils checkeront très vite tous les deux. Seconde erreur de Matusow...

Le turn est un et cette fois-ci Hellmuth décide d'en finir en misant 17 000$. Raté, Matusow paye les 17 000$.

La rivière est très belle pour Matusow, un , puisque maintenant, il existe très peu de combinaisons pour le battre. Et Hellmuth alors ? Embarqué avec son 7-2 : et bien il va tout simplement miser 40 000$ en liasse de billets, dans un pot de 49 100$, pour donner un mal de crane pas possible à Matusow...

"This sucks" , seront deux jolis mots qu'enverra Matusow avant de jeter sa paire de rois en le montrant à toute la table ! Troisième erreur de Matusow... "Montre nous le 7-2 !" crie alors Esfandieri.

Un souhait immédiatement excaucé par Hellmuth, qui ne se fera pas prier longtemps pour retourner fièrement son bluff, impressionner toute la table, et mettre Matusow dans un tilt complet !

matusow
Non Mike "The Mouth" Matusow n'est pas resté bouché bée longtemps après ce très gros bluff d'Hellmuth...

 

6 - Chris Moneymaker contre Sammy Farha : Bluff au sommet

Nous sommes en heads up dans le Main Event des World Series 2003. Le jeune inconnu Chris Moneymaker, avec un nom prédestiné à bien des choses, affronte l'un des ténors du poker mondial. Et pourtant tout ne va pas se passer comme prévu pour Sam...

Au bouton, Sam Fahra se contente de checker le flop , en possédant en main la top paire avec . Tout bon pour Moneymaker, qui s'empresse de checker à son tour avec .

Sur la turn , Sam Farha sort du bois pour envoyer une petite banderille à 300 000. Sur de lui, Moneymaker relance immédiatement à 800 000, ne retirant aucunement le sourire aux lèvres de Farha qui call dans la seconde.

La rivière est une brique, le qui ne change finalement pas grand chose, et Fahra détient donc la main gagnante. Il va alors checker tranquillement...pour entendre "all in" de la bouche de son opposant. Le sourire tombe chez Sam, mais sa réfléxion est pourtant exacte :" Tu as probablement manqué ta flush hein?..."

L'amateur en face reste impassible...jusqu'à ce que Sam Farha jete sa main : Moneymaker peut respirer, son bluff est passé tranquillement, et il fêtera un peu plus tard son titre de champion du monde en remportant ce tête à tête final.

moneymaker_win
Quelques instants plus tard, Chris Moneymaker exulte : il devient champion du monde de poker !

 

7 - Bradley Booth contre Phil Ivey : Bluff pour la gloire

De retour sur les tapis du Golden Nuggets, à Las Vegas. Nous sommes à la 3e saison de l'émission des High Stakes Poker, et un joueur a décidé de venir stacké au max sur cette table : Brad Booth a ainsi déposé devant lui un million de dollars ! Et le voila motivé pour attaquer une relance de David Williams à $1 800, en faisant monter les enchères à $5 800 avec... ! Pourquoi pas... problème le grand Phil Ivey ouvre alors un monstre : .

Le pot fait $9 200, lorsqu'il décide de relancer le canadien à $14 000. Booth,en position sur l'américain, décide de payer. Il y a $31 000 au milieu quand la croupière envoie au centre de la table. Ivey envoie $23 000... ce qui ne refroidit absolument pas le canadien qui envoie presque directement "all in" ! Ivey se prend la tête à deux mains, et regarde les 3 énormes liasses de billet : "The cash is so sweeeeet !..."

Le mal de crane va durer deux bonnes minutes pour la superstar américaine qui doit tout de même mettre $300 000 pour voir les cartes de son adversaire... Il finira par abandonner sa main. On imagine sa réaction lorsqu'il a revu le coup à la télé...

booth
Brad Booth, pas peu fier d'avoir bluffé Ivey avec 4 et 2 !

 

8 - Phil Hellmuth contre Christian Dragomir : Un bluff à tilt

Impossible de ne pas parler d'une de ces nombreuses histoires où PHil Hellmuth s'est fait bluffer ! Le coup se déroule lors du Main Event 1998, en table télévisée ! Encore mieux pour le spectacle...

Dragomir relance un curieux à 80 000. Tout le monde fold jusqu'à la petite blinde, Phil Hellmuth avec qui décide de 3-bet le roumain à 255 000, en lui déclarant :"T'as les As ? Non je pense que tu as AQ".

La parole revient au roumain, pendant qu'Hellmuth commence à faire son show, et il décide de payer. Le flop tombe qui donne un sérieux avantage à Dragomir. Hellmuth, déja debout avant même quel le flop ne tombe, check. Son adversaire s'empare de 300 000 et les pousse au milieu. Hellmuth tilt déjà en traitant son adversaire "d'idiot" et jete sa main, pour déclarer l'hilarie général à la table lorsque celui retourne son bluff transformé en nuts !

Derrière, c'est du Hellmuth tout craché, qui va vider son sac sur son adversaire en le traitant 5 fois d'idiot en une minute, pour récolter au final, une nouvelle pénalité pour insulte envers un autre joueur. On retiendra quand même cette petite phrase pas si innocente du roumain : "Hey ! Moi ça m'a couté $10 000 pour être ici, toi ça ne t'as rien couté, ok ? Alors laisse moi faire n'importe quoi avec $10 000 si j'en ai envie, ok ?" Bim, dans les dents.

hellmuth
Big bluff contre Phil Hellmuth, et le mode tilt s'allume tout de suite !

 

9 - Scotty Nguyen contre Humberto Brenes : Bluff à l'ancienne

Le champion du monde 1998, Scotty Nguyen est un joueur mondialement reconnu, autant par son poker que par les frasques qu'il a pu faire avec une bière de trop dans la tête... Pourtant ce jour là,lors du Main Event 2003, il est bel et bien sobre, mais soudainement pris d'une humeur bluffeuse !

Préflop, il décide ainsi de relancer avec son adversaire Humberto Brenes, qui détient pour sa part . Et si aujourd'hui ce genre de bluff parait assez classique pour tout bon joueur agressif qui se respecte, à l'époque, c'était encore un vrai move !

Ce bluff est resté légendaire, car ici on parle bien du grand Scotty Nguyen. Un bluff évidemment, car vous vous en êtes douté, Humberto a fini par glisser ses cartes vers le croupier en guise de fold. Le show qui s'en est suivi est aussi resté gravé dans les mémoires, lorsque Nguyen montre son bluff à toute la salle : "8-3 c'est les nuts baby.... 21, blackjack ! Oh mince... je croyais qu'on jouait au blackjack, je me suis trompé de jeu !", déclenchant des rires et des souvenirs qui resteront dans les mémoires des plus passionnés de ce jeu.

scotty nguyen_1773
"Yeah Baby, 8 et 3 c'est les nuts !"

 

10 - Lex Veldhuis contre Brian Pinkus : Bluffer, montrer, destabiliser

En 2009, lors du main event des WSOP à $10 000, le monde entier va découvrir un jeune joueur qui n'officiait principalement que sur Internet. Son nom : Lex Velduis. Le jeune hollandais jouera une partie de son day1 sur la table télévisée, bien décidé à montrer qui il est vraiment.

Après un limp de Eli Elezra à 300, Lex, qui a eu le bonheur de retourner , décidait de relancer pour 1 400. Juste derrière lui, l'américain Brian Pinkus découvrit à son tour une poubelle...pardon un très belle main : . Une nouvelle relance à 3 400, qui n'effraie nullement le hollandais qui s'invite à voir un flop.

Sur il va prendre l'initiative en misant 5 200 avec donc hauteur 6 ! Surprise, son adveraire se contente de simplement payer. Deuxième banderille à 10 700 sur une doublette, le pour le Hollandais... et Pinkus s'incline en s'écartant du coup ! Veldhuis montre son bluff à toute la table, et laisse son opposant complètement abasourdi, après s'être fait toatalement mener en bateau dans cette histoire, le tout devant les caméras !

Lex joue désormais les plus grosses parties du monde en cash game, et cela n'étonne finalement personne...

lex
Avec son air de gentil, Lex est en fait une machine de guerre à une table de poker !




Bonus : le massacre des innocents !

Le crime a lieu lors du Day 1d du Main Event des WSOP 2008, sous les caméras d'ESPN qui suivent le phénomène Ivey.

Un amateur d'une cinquantaine d'années, David Clark, relance UTG avec à 850 sur des blindes à 150/300, placé juste après lui Phil Ivey paie avec et un autre amateur, Tuan Vu, suit depuis le bouton en ayant l'idée saugrenue de slowplayer . Les trois hommes possèdent approximativement le tapis de départ à l'époque (20 000 jetons), seul Ivey a un léger avantage avec 23 000.
Le flop tombe : . Clark checke, Ivey aussi et Vu décide de se dévoiler en misant 2 200. Avec ses overs et sa gutshot Clark paie, imité par Ivey qui a trouvé un tirage quinte bilatérale et a surement déjà élaboré un plan.
Le survient à la turn, il est checké par Clark, mais Phil Ivey choisit cette carte dangereuse pour tenter de s'emparer du pot en misant 6 000 ! Vu paie, non sans hésiter longuement, le visage déformé par les stigmates de l'inquiétude, tout comme David Clark après une longue réflexion.
La river est une carte terrible, un . Clark checke à nouveau et Phil Ivey avance 12 000 jetons au milieu, une mise qui met ses adversaires à tapis ! Vu est abattu, il montre ses cartes à ses voisins persuadé d'avoir à faire soit à une couleur soit à une quinte, avant de les jeter, tout comme Clark qui se débarasse instantanément de sa double paire.

Bluffer deux paires as-roi et brelan de rois, une formalité pour Phil Ivey... De quoi faire méditer Tuan Vu et tous les amateurs sur le bien-fondé de slowplayer un monstre contre Phil Ivey. Feindre de la faiblesse contre un tel joueur c'est clairement rechercher les ennuis...



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Tournois de poker : le programme de décembre 
Le poker à la télé  
Tournois de poker : le programme de novembre 
Dix calls légendaires 
Tournois de poker : le programme d'octobre 
Les joueurs français sponsorisés 
Le point sur le poker en ligne en France 
Accalmie sur la planète High Stakes 
Poker, le choc des photos 
Tournois de poker : le programme de septembre 

Retrouvez en exclusivité sur MIP les patates du poker avec Martin Vidberg :

planche numéro 1
planche numéro 2
un jeu de stratégie
le monopole des jeux
l'entrée d'un casino
poker en ligne & casinos
la future régulation
l'économie par le poker
la lutte contre l'addiction




Le blog de Fabrice Soulier
Tutoriaux vidéos
Interviews vidéos exclusives
Critiques de livres de poker
Inscrivez-vous à la newsletter