jeudi 23 septembre
Home > Articles > Zooms > Le point sur le poker en ligne en France
 

Le point sur le poker en ligne en France

Zooms
Par David Poulenard   
Lundi, 20 Septembre 2010 10:11

Si personne ne se fait d'inquiétudes pour PokerStars.fr ou FullTilt.fr, les deux géants du poker en ligne, ou Everest.fr et Winamax.fr qui réalisent d'excellents scores bénéficiant de leur notoriété dans l'hexagone, quelles espérances peuvent nourrir certains sites inconnus sur un marché aussi concurrentiel où le nombre de joueurs est essentiel.

En effet dans le poker contrairement aux paris sportifs ou hippiques, il est indispensable d'avoir un nombre de joueurs important pour que l'offre de tables et de tournois soient suffisante pour répondre aux attentes des internautes. Dans le pari, un joueur ne se soucie pas du nombre de clients présents sur le site, il étudie les cotes et effectue ses paris, mais en ce qui concerne le poker pour que celui-ci joue il lui faut des adversaires en nombre suffisant. Si ce n'est pas le cas, lassé d'attendre que sa table se remplisse il aura vite fait d'aller flamber ailleurs, le site, perdant alors le bénéfice des sommes investies pour attirer de nouveux clients, n'atteindra jamais le nombre de joueurs suffisant pour proposer une offre attractive.


Les sites agrées pour le poker et les jeux de cercles :

. 888poker.fr (888 Regulated Markets Ltd)
. pokersubito.fr (AD Astra)
. bwin.fr (BES SAS)
. betclic.fr (betclic Entreprises Ltd)
. poker83.fr (Casino du Golfe)
. everestpoker.fr (Everest gaming Ltd)
. pokerextrem.fr (FullFun)
. chilipoker (Iliad Gaming SAS)
. joaclub.fr (Joaonline)
. barrièrepoker.fr (LB Poker)
. poker.pmu.fr (Pari Mutuel Urbain)
. partouche.fr (Partouche Gaming France SAS)
. pkr.fr (PKR France SAS)
. pokerstars.fr (Reel Malta Ltd)
. fulltilt.fr (rekop Ltd)
. Sajoo.fr (Sajoo)
. 200pourcentpoker.fr (société française de jeux sur internet)
. eurosportbet.fr (SPS betting France)
. winamax.fr (Table14)
. tranchantpoker.fr (tranchant Interactive gaming)
. partypoker.fr, luckyjeux.fr et acfpoker.fr (electraworks SAS)

Parmi cette liste, on retrouve des sites importants qui bénéficient de moyens conséquents et d'assises réelles en .com leur permettant de nourrir des ambitions légitimes sur le marché français ou bien des sociétés ayant une activité forte et rentable dans le pari leur permettant de financer leur développement. Ces intervenants majeurs ont les moyens financiers d'entreprendre des campagnes de communication susceptibles de séduire un nombre de joueurs suffisant pour atteindre l'indispensable seuil critique. Mais quant est-il de sites nouvellement créés à la notoriété inexistante et à la surface financière incertaine ?

Quelque soit la qualité potentielle de nouveaux venus comme sajoo.fr (groupe Amaury), poker83.fr ou pokersubito.fr, comment vont-ils procéder pour attirer et surtout retenir les joueurs sur leur plateforme. Quand on voit la difficulté à s'imposer sur ce marché d'un groupe comme Partouche qui bénéficie d'une notoriété forte, de moyens financiers importants et d'une synérgie unique entre casinos en dur et online, on peut nourrir des doutes légitimes sur l'avenir de ces sociétés. D'autant plus que des intervenants majeurs du poker mondial sont toujours en attente d'une licence, à l'instar d'Unibet, ce qui augmentera encore la féroce concurrence existant lorsqu'ils obtiendront leur agrément.

poker-en-ligne1



A contrario, certains nouveaux venus se positionnent en challengers avec de réelles ambitions. Les casinotiers, Partouche, Barrière, Joa et Tranchant, entendent se donner les moyens de réussir et joueront des corrélations entre leurs casinos en dur et leur plateforme de poker en ligne en espérant une fidélité de leurs clients traditionnels. Il sera intéressant de suivre la fréquentation de poids lourds désireux de se faire une place au soleil : eurosportbet.fr ou poker.pmu.fr n'ont pas de légitimité traditionnelle dans le poker sur Internet mais ont les moyens financiers de leurs ambitions et bénéficient d'un panel considérable de clients joueurs. L'avenir de ces groupes dépendra principalement de savoir si ces clients franchiront le cap du poker en ligne.


Les fréquentations actuelles des principaux sites :

. pokerstars.fr : 1 520
. winamax.fr : 1 360
. everestpoker.fr : 1 060
. ongame.fr : 780 (bwin.fr, eurosportbet.fr et sajoo.fr)
. partypoker.fr : 730 (avec pmu.fr qui partage le même réseau)
. fulltiltpoker.fr : 375

Il s'agit d'une moyenne journalière, avec des affluences pouvant être le double ou le triple à certains moments de la journée qui sont pondérées par des fréquentations réduites la nuit et en tout début de matinée.

Pokerstars s'impose logiquement, mais est talonné par Winamax dont l'épée en plastique fluo a séduit de nombreux joueurs. On ne peut réduire les bons chiffres du site à une simple campagne publicitaire réussie, l'implantation déjà ancienne sur le marché français de Winamax ainsi que son équipe de joueurs pros français populaires et talentueux expliquent aussi ceux-ci. Constat identique pour Everest qui a toujours été populaire en France et qui jouit de joueurs sponsorisés reconnus comme Fabrice Soulier et Antoine Saout.


En conclusion, il paraît inévitable que certains sites seront amenés à disparaître ou resteront des coquilles vides, maintenues en vie artificiellement dans un projet global. Néanmoins, il apparaît que parmi les nouveaux intervenants, une majorité des sites ne propose le poker que comme une activité d'appoint, concentrant leurs forces vives sur le pari en ligne, une spécialité plus facile à développer et à la rentabilité moins incertainte. Comme dans tous secteurs d'activité, des concentrations vont intervenir, quelques sites auront la chance de se faire racheter, d'autres mettront la clé sous la porte et les principales plateformes verront leurs parts de marché augmenter. Le cloisonnement franco-français et les prélévements supplémentaires imposés par la nouvelle législation sont aussi des éléments qui vont limiter les posibilités de développement des sites de poker en ligne. A terme, les majeurs continueront d'occuper une place au sommet de la hiérarchie, tandis que les sites qui parviendront à survivre en se maintenant dans le peloton des poursuivants garderont un oeil attentif sur d'éventuels accords entre pays de l'Union Européenne autorisant la création d'un marché européen du jeu en ligne, tout en envisageant aussi de se regrouper en réseau pour atteindre un seuil critique.


Les commentaires sont strictement réservés aux membres du site.
 
Accalmie sur la planète High Stakes 
Poker, le choc des photos 
Tournois de poker : le programme de septembre 
Histoire des WSOP : part 3 
Histoire des WSOP : acte 2 
Histoire des WSOP : acte 1 
Les planches du poker luttent contre l'addiction 
Coupe du monde de foot et WSOP : deux mondes à part ? 
Dix choses que vous ne saviez pas sur les WSOP 
WSOP 2010 : un grand millésime ? 
Comprendre l'économie grâce au poker 

poker&betting_show