dimanche 11 mars

Home > Articles > Zooms > Ivey vs Full Tilt : l'escalade
 

Ivey vs Full Tilt : l'escalade


Zooms
Par David Poulenard   
Jeudi, 02 Juin 2011 10:55
 Partagez

150 millions c'est la somme que réclame Phil Ivey à son ancien sponsor, dont il était selon toute vraisemblance actionnaire. Au pays des procès médiatiques aux sommes astronomiques, ce n'est finalement qu'un chiffre parmi d'autres, mais plus que le montant réclamé c'est le moment auquel intervient cette plainte qui est retentissant. En choisissant dans un premier temps de renoncer aux WSOP, lui qui en est chaque année le héros, et en lançant dans la foulée une action en justice contre l'opérateur dès l'ouverture de l'événement le plus médiatisé de la planète poker, Ivey a ouvert les hostilités par une déflagration qui constitue le pire dommage collatéral du black friday !

La plainte de Phil Ivey a été déposée devant le Nevada Clark County District Court. Elle comprend plusieurs volets :

. rendre caduque la clause de non-concurrence existant entre lui et l'opérateur
. une action en dommages et intérêts englobant les pertes de revenus et les dommages subis à titre personnel et professionnel.

La plainte est assortie d'une demande d'indemnité de 150 millions de dollars ! Une somme astronomique qu'il n'a évidemment aucune chance d'obtenir, même aux Etats-Unis, mais qui correspondrait d'après certaines sources au montant total de l'argent que Full Tilt devrait aux joueurs américains.

Dans le document déposé devant la Cour du Nevada, Phil Ivey avance que Tiltware (la société-mère) a rompu les termes de l'accord qui les liait en se livrant à des pratiques illégales. Un ensemble de pratiques dont il affirme ne jamais avoir eu connaissance, qu'il s'agisse des actes de fraude bancaire, de blanchiment d'argent ou de toutes autres actions délictueuses de la société allant à l'encontre des lois américaines.

La réponse, cinglante, de l'opérateur a été immédiate. Il s'agit d'une véritable contre-offensive accusant Phil Ivey de ne défendre que ses intérêts et non pas ceux des joueurs auxquels il prétend venir en aide par ces récentes initiatives. Tiltware affirme que l'action judiciaire entreprise par Phil Ivey n'a pour but que de s'affranchir des sommes importantes qu'il doit à la compagnie !

La déclaration de Tiltware (sources Club Poker) :

"Contrairement à ses déclaration publiques, l'action en justice de Phil Ivey a pour but de venir en aide à un seul joueur : lui-même. Dans le souci de s'enrichir un peu plus au détriment d'autres, Monsieur Ivey semble avoir synchronisé son action avec les négociations en cours susceptibles de permettre le remboursement des joueurs. En réalité, Monsieur Ivey a été invité à prendre les actions nécéssaires pour apporter son aide à la société dans ses efforts, notamment en remboursant une somme d'argent importante qu'il doit au site. Il a cependant refusé.

Tiltware doute que l'action initiée à des fins égoïstes par Monsieur Ivey finisse par être examinée par une cour. Mais si tel devait être le cas, la société attend avec impatience de pouvoir présenter les faits démontrant que Monsieur Ivey place ses propres intérêts bien devant ceux des joueurs qu'il prétend aider".

La guerre entre Full Tilt et celui qui était son plus emblématique représentant est donc déclarée. Elle survient dans une ambiance délétère, comme en témoigne l'atercation entre John Juanda et James Bord ainsi que les échanges violents survenus sur les principaux forums outre-atlantique. A ce sujet, il semblerait que les joueurs de poker américains soient d'une naiveté troublante. Toute la planète savait que les agissements des opérateurs incrimés s'effectuaient dans l'illégalité et c'est certainement en connaissance de cause que ceux-ci continuaient de jouer sur ces sites. Que ce soit Phil Ivey ou James Bord, ils ont largement profité de la situation pour jouer et s'enrichir (rappelons que Phil Ivey a gagné plus de 18 millions de dollars sur les tables High Stakes principalement sur Full Tilt).

L'hystérie qui se déclenche ressemble aux vagues de panique intervenant au début des conflits et il n'est pas certain qu'elle contribue à accélérer le solutionnement des problèmes auxquels sont confrontés Tiltware et les autres opérateurs concernés. Quoiqu'il advienne, les WSOP se présentent comme une des principales victimes des dommages collatéraux qui embrasent le poker.

 



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Le top 10 des joueurs de poker français les plus sexy ! 
Tournois de poker : le programme de janvier 
Dix succès marquants de 2011 
Dix événements clés de l'année 2011 
Bilan 2011 : les classements 
Tournois de poker : le programme de décembre 
Tournois de poker : le programme de novembre 
Superstitieux ? Moi jamais, ça porte malheur ! 
Tournois de poker : le programme d'octobre 
Dix "people" jouant au poker 
Full Tilt : à dix jours de la fin ? 
Dix événements qui ont écrit la légende du poker 
WSOP : la surprise de l'affluence ! 
10 performances Françaises aux WSOP de Las Vegas 
Les enjeux des WSOP 2011 

Retrouvez en exclusivité sur MIP les patates du poker avec Martin Vidberg :

planche numéro 1
planche numéro 2
un jeu de stratégie
le monopole des jeux
l'entrée d'un casino
poker en ligne & casinos
la future régulation
l'économie par le poker
la lutte contre l'addiction


Les portraits
La stratégie


Le blog de Fabrice Soulier
Tutoriaux vidéos
Interviews vidéos exclusives
Critiques de livres de poker
Inscrivez-vous à la newsletter


 
Chilipoker DSO saison 2



Evasion Poker