» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


samedi 13 février
Home > Articles > Zooms > Le poker en ligne et le besoin de liquidité
 

Le poker en ligne et le besoin de liquidité

Zooms
Par Severin Rasset   
Mercredi, 10 Février 2010 11:39

Les spécificités du poker

 

Quand on regarde aujourd'hui les résultats des grands groupes de jeux en ligne : Partygaming, 888... Trois métiers se dégagent : le poker, le casino et le pari sportif.
Quelles sont les spécificités du poker ? Contrairement aux deux autres métiers, les joueurs n'affrontent pas la banque ou l'opérateur mais jouent les uns contre les autres.
La conséquence directe est qu'il est très difficile d'entrer sur le marché du poker avec un nouveau produit.

En effet avec le betting et le casino, avec suffisamment de moyens, vous pouvez lancer une nouvelle offre et peu importe si dans les premiers temps quelques dizaines de clients seulement fréquentent votre site. Chacun d'entre eux peut avoir l'impression de vivre une expérience plaisante.
Vous pouvez ainsi proposer 300 paris différents à vos joueurs et peu importe si 295 ne sont pas utilisés, les joueurs ne connaissent pas ces statistiques.
Dans le poker, si les tables sont désertes, les joueurs ne s'y attarderont pas. Et le manque de joueurs s'étale au grand jour.

Une plus grande fragilité

Il en découle deux cercles : vertueux et vicieux et un point d'équilibre. Le point d'équilibre étant un nombre de joueurs suffisant pour que ceux-ci trouvent des parties en quelques minutes. En-dessous de ce point d'équilibre, les joueurs vont quitter l'opérateur, déçus de ne pas pouvoir jouer rapidement ou de trouver un tournoi à la hauteur de leurs attentes.
Au-dessus de ce point d'équilibre, les joueurs vont affluer de plus en plus nombreux vers le site, créant ainsi le cercle vertueux d'une liquidité de plus en plus importante.

Un réseau a donc besoin d'un nombre important de joueurs en continu pour exister. Parmi les exemples récents, on peut ainsi citer la disparition de Cryptologic, fusionné avec Boss Media.
Des trois "business models", le poker est celui qui est le plus gourmand en ressources "joueurs" pour exister.

Quelques chiffres sur le besoin de joueurs pour un réseau.

Prenons l'exemple du tournoi hebdomadairele plus connu : le 1,5 Million de dollars garantis de PokerStars. C'est le plus gros tournoi organisé chaque semaine.
Le buy-in est de 200$ + 15$, 1 500 000$ de prizepool divisé par un buy-in de 200$, il faut donc un minimum de... 7 500 participants à PokerStars pour ne pas payer la différence.
Et pour alimenter ce tournoi vedette, PokerStars propose de multiples satellites tout au long de la semaine comme le 10+1$ qui doit compter un minimum de 22 inscrits pour proposer un ticket pour la finale.
Il faut ainsi disposer d'un réservoir énorme de joueurs pour qu'à chaque tournoi, le faible pourcentage d'entre eux qui sera intéressé par le tournoi proposé permette la tenue de celui-ci. Et un réseau de taille plus raisonnable comme Ipoker propose déjà au moins deux tournois toutes les 15 minutes. Sachant que certains joueurs ne jouent qu'en cash game, que la plupart ont des budgets limités, qu'ils apprécient certaines variantes, qu'ils ne jouent pas quotidiennement et surtout pas 24 heures sur 24...

Ainsis Partypoker annonce 435 000 joueurs actifs sur trois mois, dont 50 000 actifs (jouant de l'argent) par jour (source officielle publiée sur le rapport du troisième trimestre 2009) pour une offre équivalente à Ipoker.

 

concentration_du_marche
Concentration du marche et des ressources...


Vers une concentration du secteur.


Ces dernières années deux réseaux majeurs ont simplement disparu du paysage du poker mondial. Ce fut tout d'abord Tain et surtout le réseau Tribeca en 2007, tous les deux rachetés par Ipoker. Ce fut un choc pour les joueurs habitués au réseau Tribeca, réputé pour son faible niveau. Et beaucoup d'entre eux n'ont pas apprécié les pertes de repères sur leur logiciel préféré ainsi que l'offre de tournoi auxquels ils étaient habitués.
En 2009, c'est le réseau Cryptologic qui a simplement disparu, victime de sa politique trop agressive en rakeback et qui a maintenant fusionné avec le réseau Boss Media.

Sur les six derniers mois, les deux sites ayant le plus progressé sont PokerStars et FullTilt, les deux sites déjà leaders du marché. Derrière les autres sites gagnent ou perdent péniblement quelques centaines de joueurs.
Et quand on pense au marché français de 2010, on comprend rapidement que le combat sera le même dans l'hexagone à une échelle plus réduite. Avec une multitude de concurrents prêts à lancer leur propre réseau, les rapports de force devraient se marquer rapidement entre les réseaux capables de drainer suffisamment de joueurs et les autres.
Il ne serait donc pas étonnant de voir une très rapide concentration sur le secteur dans les douze premiers mois, pour ne retrouver qu'un maximum de trois à cinq réseaux sur le marché français.

Et, de manière plus globale, si un jour les dépôts devenaient inférieurs à la somme du rake et des retraits, le poker se retrouverait dans une situation inédite, faisant chuter sa liquidité globale, ce qui pourrait remettre en cause son existence à moyen terme. Mais, avec la prochaine légalisation des jeux, c'est une situation qui ne devrait pas se présenter avant quelques années.

Commentaires (1)
0
...
Par Magicien12, février 12, 2010
On se rend compte que les fusions et acquisitions ont déja commencé avec le rachat d'everest Poker par Betclic ou encore le rapprochement entre la FDJ et Barrière.
La guerre du gambling ne fait que commencer et il y aura forcement des morts reste à savoir qui.


 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Les vainqueurs des European Poker Awards 2010 
France Poker Awards : les résultats 
Ouverture du marché des jeux d'argent : premiers travaux au Sénat 
Soirée VIP pour le magazine 52 
Live the dream : le rêve de passer pro devenu réalité 
High Stakes Online : le bilan 2009 
Le programme des WSOP en détail 
Bilan 2009 : les 10 résultats marquants de l'année 
Bilan poker 2009 : les 10 actualités clés de l'année 
La popularité des joueurs de poker selon Twitter 
High Stakes : l'escalade ! 
Sortie de crise aux Etats-Unis : les professionnels de l'industrie du jeu restent pessimistes 
Championnat du monde de poker : les dessous financiers de la finale 
Finale WSOP 2009 : qui va gagner ? 
Loi sur les jeux d'argent en ligne : les conséquences pour les joueurs de poker français 

 
wsop_8free_fr
livres_accroche
annonce_debutant