Rejoignez la communauté www.MadeInPoker.com !
Enregistrez-vous pour participer au forum, réagir aux articles et recevoir gratuitement notre newsletter.




» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


samedi 11 avril
Home > Articles > Zooms > Le poker sur abonnement
 
Le poker sur abonnement
Zooms
Par Mélanie Lemaire   
Lundi, 06 Avril 2009 14:36


20 $. Soit environ 16 euros chaque mois - et pas un de plus. Cette somme permet d’accéder à des centaines de tables de poker sur Internet sans risquer de débourser plus que sa mise de départ. Le concept est rassurant mais plutôt éloigné de l’esprit poker comme le conçoivent la majorité des aficionados. Pourquoi certains s’y sont-ils convertis ? Passage en revue de ce type de poker particulier.

"Le poker sur abonnement permet de jouer pour pas cher, mais d’avoir malgré tout des chances de gagner de l’argent", souligne Miroslav Zamrzla, un joueur fidèle à SpadeClub, le site fondé par le magazine Card Player. En effet, en payant une somme déterminée chaque mois, vous avez la possibilité d’accéder à de véritables tournois en ligne avec des sommes d’argent à la clé. "Contrairement aux sites de pari, dans lesquels le mot d’ordre est clairement 'Si je gagne, tu perds', PurePlay propose aux joueurs d’entrer dans une compétition où leur argent n’est pas mis en jeu", explique Jason Kellerman, directeur général de ce site leader du poker sur abonnement. "Cela permet de créer une communauté de joueurs plus solidaires, même si l’esprit de compétition reste entier".

 

La troisième voie

PurePlay compte ainsi près de deux millions d’abonnés. Un chiffre maigre si on le compare à son grand frère, Poker Stars, et ses 20 millions d’inscrits, mais loin d'être négligeable tout de même, d'autant que PurePlay affiche une croissance insolente en pleine ambiance de crise : en 2008, le nombre de joueurs inscrits a doublé. L’aventure PurePlay est née en novembre 2004, dans l’esprit de Jason Kellerman et de Marc Marin. "Nous avons constaté un manque important dans le marché du poker en ligne", raconte Jason Kellerman. "Les joueurs sur Internet avaient deux possibilités : soit jouer gratuitement, ce qui est tout à fait contraire à l’esprit de compétition, soit parier et risquer de perdre leur argent. Nous avons pensé que les joueurs avaient besoin d’une troisième option, un lieu sur Internet où ils pourraient gagner de l’argent dans des jeux de compétition sans risquer d’en perdre. C’est ainsi que nous en sommes venus à fonder le modèle d’abonnement de PurePlay, au sein duquel les joueurs peuvent prendre part à des tournois et gagner des sommes d’argent sans risque".

 

Un modèle pas toujours gagnant

Plusieurs autres sites spécialisés dans le poker en ligne sur abonnement ont été créés par la suite : SpadeClub, le ClubWPT, Bluff Club, créé par le magazine du même nom… La multiplication de ces sites est due en partie à l’UIGEA (Unlawful Internet Gambling Enforcement Act), signé fin 2006 par les autorités américaines et limitant l’accès des Américains aux sites de jeu en ligne.

L’objectif principal du poker sur abonnement était donc de donner aux habitants des États-Unis (et par extension aux joueurs d’autres nationalités) la possibilité de gagner légalement en jouant au poker en ligne. Une manière de contourner la loi, donc : techniquement, sur ces sites, les gains sont des dividendes reversés aux membres. Depuis, cette interdiction a été assouplie mais aujourd’hui, certains Etats américains interdisent toujours l’accès à ce type de club.

Malgré tout, la vague de création de sites de poker sur abonnement n’a pas été bénéfique pour tous. Plusieurs entreprises se sont cassé les dents sur cette idée. La chute la plus fracassante fut celle de Fleet Street Gaming, site fondé par un ancien vice-président de Poker Stars. En octobre 2008, l’entreprise a été contrainte de mettre un terme à son activité. Les candidats n’étaient pas assez nombreux. Les inscrits ont été depuis transférés sur Poker Stars. Fleet Street Gaming n’est pas le seul à avoir fait les frais de la tourmente survenue fin 2008 : Duplicate Poker et Zosoz, deux autres sites de poker en ligne sur abonnement, ont également dû fermer leurs portes, incapables de survivre à la crise et à la concurrence qui sévit dans ce secteur.

 

Une option raisonnable ou lassante ?

Le choix de jouer sur abonnement, en apparence contraire à "l'esprit poker", est quelque peu surprenant. Pourquoi un joueur choisirait-il cette voie ? "Pour moi, le grand atout du poker sur abonnement est de pouvoir jouer de manière régulière tout en connaissant son budget mensuel", explique Olivier Close, joueur régulier sur SpadeClub. "Et c'est d'ailleurs ce que je recherchais quand je me suis inscrit sur ce site".

Grâce à ce système effectivement, le risque de perdre des sommes irraisonnables n’existe pas. Pas moyen de jouer frénétiquement, sans limites, jusqu’au passage au rouge de son compte en banque : après épuisement des possibilités de tournois, il faut attendre le mois suivant. Un modèle parfait pour ceux qui ont des tendances de flambeurs. "Selon moi, ce genre de site est à conseiller aux joueurs qui ont envie de savoir exactement combien ils dépenseront sur le mois", soutient Olivier Close. "Je pense notamment à ceux qui débutent et qui n'ont pas encore une énorme bankroll". Une opinion partagée par Miroslav Zamrzla : "Je recommanderais le poker sur abonnement à tous ceux qui souhaitent se lancer dans ce jeu et à tous ceux bien sûr qui aiment le pratiquer mais ne veulent pas risquer de perdre leur argent".

Cependant le nombre de joueurs attirés par ce type d’organisation reste faible et l’offre de tournois donc limitée. "Il est certain que le grand défaut de ce genre de sites est que, vu le peu de joueurs qui les utilisent, on rencontre sans arrêt les mêmes", déplore Olivier Close. Une réalité éloignée de ce qu’affirmait Jason Kellerman en octobre 2007 dans une interview accordée à News Part Time Poker : "Lorsque nous avons lancé notre modèle d’abonnement, la plupart des sites visaient les trois à cinq millions de joueurs sur Internet utilisant du vrai argent. Nous, nous nous sommes toujours concentrés sur les 30 à 50 millions qui jouent pour le plaisir et pour gagner des prix mais refuseront toujours le risque de perdre de l’argent". Le futur dira si les statistiques lui donnent raison…



En savoir plus

Les principaux sites de poker sur abonnement

Club Bluff
Un tournoi mensuel avec 20 000 $ de prize pool, des tournois hebdomadaires à 1 000 et 500 $ de prize pool et des quotidiens à 200, 100, 50, 20 et 10 $, ainsi que des Sit'n Go.

ClubWPT
Un tournoi mensuel avec 20 000 $ de prize pool, des hebdomadaires à 1 000, 500 et 200 $ de prize pool et des quotidiens à 100, 50, 20 et 10 $, ainsi que des Sit'n Go.
Propose aussi des satellites permettant de gagner une invitation au Bellagio pour de gros tournois WPT, par exemple.

PurePlay
Des tournois hebdomadaires avec 5 000, 2 000 et 500 $ de prize pool et des quotidiens à 1 000, 500, 200, 100, 50 et 20 $ de prize pool, ainsi que des Sit'n Go.
Propose également parfois des tournois spéciaux comme le 10 000 $ World Series Final dont la première place donne un ticket d’entrée aux WSOP de juin 2009 ou 10 000 $ en cash.

SpadeClub
Un tournoi mensuel avec 30 000 $ de prize pool, des hebdomadaires à 5 000 $ de prize pool et des quotidiens à 500 $ de prize pool, ainsi que des Sit'n Go.
Possibilité de joueur en cash game en play money sans récompenses.

 

Commentaires (0)

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
La triche en Live 
Le MadeInPoker Tour 
Se qualifier pour les WSOP 
Jouer sur Internet avec de vraies cartes 
Triche sur Ultimate Bet, le résumé de l'affaire 
L'affiliation 
UIGEA : un grand flou juridique aux Etats-Unis 
Clonie vs. Full Tilt 
Le rakeback 
Vegas n'échappe pas à la crise 
David Benyamine, roman photo d'une victoire 
Poker en ligne, à vos marques, prêts ! 
Poker sur Internet, la valse hésitation gouvernementale 
Poker et Medias 
2007, l’âge adulte du poker ?