dimanche 04 septembre

Home > Articles > Zooms > Une Money List des temps modernes
 

Une Money List des temps modernes


Zooms
Par David Poulenard   
Mardi, 08 Février 2011 13:06

Lorsque l'on consulte la All Time Money List, on constate que sont mélangés des joueurs ayant mis leur carrière entre parenthèses, des vieux rounders n'ayant plus obtenu de résultats significatifs depuis des lustres, des crocodiles du poker accumulant des performances depuis des décennies ou des "veinards" qui ont réussi une peformance jamais renouvellée. L'idée est donc simple : voir qui se positionne en haut du classement depuis trois ans et qui brille de manière régulière dans le contexte actuel.

 Si l'on excepte logiquement les trois derniers vainqueurs du Main Event des WSOP et quelques dauphins, le palmarès ne laisse apparaître que l'élite du poker de tournoi. Du lourd, du très très lourd...

Peter Eastgate : 10 857 497$. Eastgate pointe encore à la première place, mais pour combien de temps ? En annonçant sa retraite il y a quelques mois, le Danois est amené à disparaître prochainement de ce type de classement. Dommage car c'est -avec Joe Hachem et vraisemblablement Jonathan Duhamel- un des seuls champions du monde qui avait confirmé son sacre suprème. 11e place de la All Time Money List.

peter_eastgate_soupire
Peter Eastgate en a marre du poker, il devrait donc disparaître progressivement des classements

Jonathan Duhamel : 9 316 751$. En remportant le High Roller de l'EPT de Deauville, il signe un début de confirmation, laissant augurer qu'il pourrait devenir un vrai crack. A suivre

Joe Cada : 8 626 099$. Dans le trio de tête grâce à sa victoire dans le Main Event en 2009. Depuis un seule ligne à son palmarès... Quatre au total. Le fils spirituel de Chris Moneymaker ?

John Racener : 6 910 628$. Evidemment sans sa deuxième place aux WSOP, il ne serait pas dans ce classement, mais il possédait déjà un vrai palmarès avant et a continué à enchaîner des résultats après, notamment une quatrième place au WPT Five Diamond. 1,4 millions de gains sur les trois dernières années si on compte pas le Main Event. Pas mal !

Ivan Demidov : 6 657 107$. Le Russe doit sa place en haut du classement grâce à une année 2008 faste lorsqu'il avait réussi à se classer successivement deuxième des deux Main Event des WSOP, à Vegas et à Londres. Depuis sa motivation semble avoir disparu, en témoignent son absence de résultats notables (moins de 200 000$ de gains en deux ans) et l'impression de total ennui qui émane de son attitude lorsqu'il dispute un tournoi.

Erik Seidel : 6 639 843$. Seidel occupe les premières places du classement, ce qui est d'une logique absolue pour un joueur d'une régularité exceptionnelle qui a réussi un début d'année en fanfare avec plus de 3 millions de gains. Retrouver Seidel à la 6e place est conforme à la réalité puisque le runner up du Main Event le plus célèbre de l'histoire se positionne à la troisième posititon de la All Time Money List. A noter que sa performance est totalement conforme à la logique puisqu'il se consacre principalement aux tournois contrairement à la majorité de ses pairs.

Bertran Grospellier : 5 847 702$. L'autre prodige du poker français se positionne au sommet du classement, en grande partie grâce à une année 2008 extraordinnaire, récompensée par 3 686 000$ de gains. ElkY a depuis lors confirmé à maintes reprises sont talent et se classe déjà à la 37e place des plus gros gagnants de l'histoire.

elky
ElkY premier Français et dans le top ten des trois dernières années : respect !

Phil Ivey : 5 450 136$. Quelque soit le classement, on retrouve toujours Ivey parmi les premiers... Nul doute que s'il existait un classement du meilleur joueur de Stud-Omaha-hilo-nine-cards-triple-draw-petits-chevaux-en-faisant-le-poirier, l'Américain serait dans le trio de tête. Plus de 5 millions récoltés en trois ans, les chiffres parlent d'eux-mêmes !

Jason Mercier : 5 295 837$. En quelques années, Jason Mercier s'est imposé comme un des tous meilleurs joueurs de tournoi du monde. Des succès à la pelle (EPT, High-Roller, bracelet aux WSOP) et des gains dépassant les cinq millions de dollars placent le roi de la pyramide en jetons parmi les superstars de la discipline.

Michael Mizrachi : 5 209121$. Le monde du poker a longuement retenu son souffle pensant que The Grinder allait détroner Sa Majesté Ivey de son piedestal. En échouant finalement à la cinquième place du Main Event, Le hachoir a du "se contenter" de 2,3 millions de dollars, avant que Negreanu ne crée la surprise. Une place dans le Top Dix des temps modernes pour le plus redoutable de la fratrie Mizrachi.

David Benyamine : 4 812 738$. Si les résultats de David Benyamine en cash game laissent à désirer sur Internet, sa reconversion dans les tournois live est une réussite absolue. Près de cinq millions de dollars de gains accumulés en trois ans, en jouant moins de tournois que ses pairs au départ (depuis 18 mois, le Français est cependant beaucoup plus présent sur le circuit), voilà une vraie performance.

Saguhyon Cheong : 4 716 064$. Beaucoup l'ont déjà oublié, mais en terminant 3e du Main et 2e du High Roller de Londres de l'EPT, le jeune homme s'intercale entre Benyamine et Juanda. De là à imaginer qu'il réalise le même type de carrière...

John Juanda : 4 405 808$. Sans faire de bruit, Juanda se construit un palmarès exceptionnel. Les années passent et il continue d'accumuler succès et millions de dollars. Sixième de la All Time Money List avec plus de 11 millions de dollars gagnés, John Juanda est le prototype de la régularité absolue, en toute discrétion...

Daniel Negreanu : 4 210 573$. C'est grâce à une seconde place que le stakhanoviste des tournois s'est emparé de la pole position de la All Time Money List ! En terminant runner up du super High Roller du PCA, le Kid a récolté 1 million de dollars et ravi la première place à Phil Ivey. C'est son plus gros gain des trois dernières années, mais comme il a engrangé un nombre incroyable de places payées dans la même période il se classe encore une fois parmi les meilleurs.  

daniel_negreanu
Il est content le Kid, normal c'est le plus gros gagnant de l'histoire...

Gus Hansen : 3 766 601$. The Great Dane n'est plus vraiment au sommet de l'affiche, mais apparaît encore en bonne position grâce à quelques performances notables, sa victoire dans le FT Poker Million, son succès aux WSOP-E en 2010 et une deuxième place au WPT Five Star en 2008. Des résultats irréguliers qui s'expliquent par une présence moins constante sur le circuit et la volonté de s'imposer sur les tables de cash game high stakes pour celui qui occupe la 16e place de la All Time Money List.


Quelques joueurs de premier plan se placent juste derrière. Sans surprise, on retrouve quelques uns des meilleurs : Yevgeniy Timoshenko, David Chiu, Scotty Nguyen, David Williams, Chino Rheem et bien sur de nombreuses femmes (Liv Boeree, Vanessa Rousso, Sandra Naujoks, Annette Obrestad, bientôt Claire Renaut, etc) qui apparaissent de plus en plus régulièrement aux sommets des classements, emmenées par la révélation Vanessa Selbst et ses 3,5 millions de gains en trois saisons.

Trois ans n'est pas une date choisie au hasard, c'est une période suffisamment longue pour être révélatrice du talent des principaux joueurs et qui correspond à la configuration du poker actuel. Les principaux tournois existaient déjà, leurs affluences sont globalement stationnaires depuis, les joueurs majeurs du circuit étaient déjà apparus et étaient déjà sponsorisés (à quelques exceptions près). Retrouver les Ivey, Negreanu, ElkY et consorts au sommet démontre ainsi que si la variance existe, le talent prime...

A noter que certains joueurs pouvant apparaître dans cette liste, Darvin Moon par exemple, n'ont pas été comptabilisés. Un choix personnel de l'auteur totalement assumé...


Un petit mot sur les Français :

Antoine Saout : 3 859 726$. Après une année 2009 exceptionnelle, avec une troisième place du Main Event et quelques jolis deep runs, 2010 s'est avérée une année horrible pour Antoine Saout avec seulement 93 542$ de gains et quelques soucis parallèles. Gageons qu'il a du voir arriver 2011 avec satisfaction...

Roger Hairabédian : 2 236 389$. Le stakhanoviste absolu du poker en France. Un tournoi à Dakar il y est, un tournoi à Cannes le voilà, un sit n go à Clermont Big Roger débarque... Mais une chose est sure, c'est que Terminator a raison ! Toujours classé (ou presque), souvent vainqueur, il s'est construit un palmarès de champion et termine chaque année numéro 1 français du classement Live Poker. Si l'on excepte les "one shot" des WSOP, c'est le seul joueur à se classer dans cette liste sans le concours d'un sponsor !

Jean-Paul Pasqualini : 2 185 124$. Une grosse perf (vainqueur de la saison 2 du PPT) et une succession impressionnante de résultats tous les mois pour le Corse. Un acteur majeur du poker hexagonal en moins de deux ans.

Fabrice Soulier : 1 565 800$. Qu'importe les années pour Fabsoul, il est un des Frenchies les plus réguliers depuis des années. Certes, sa performance lors du PPT contribue à le propulser un peu plus au sommet de la hiérarchie nationale mais c'est une récompense logique pour l'un des plus beaux (et longs) palmarès du poker français; quatrième au classement historique des plus gros gains tricolores derrière les deux monstes sacrés et Antoine Saout.

Antony Lellouche (1 565 619$), Ludovic Lacay (1 364 929$) et bien sur Alain Roy (2 001 704$) se classent eux aussi parmi les meilleurs "bleus" de ces trois dernières années.

 



Les commentaires sont strictement réservés aux membres enregistrés sur le site.
 
Dix événements qui ont écrit la légende du poker 
WSOP : la surprise de l'affluence ! 
10 performances Françaises aux WSOP de Las Vegas 
Ivey vs Full Tilt : l'escalade 
Les enjeux des WSOP 2011 
WSOP 2011 : Se qualifier sur Internet 
Les Français brillent en High Stakes sur Internet 
Tournois de poker : le programme de mai 
Le point sur la legislation poker en Europe 
Tournois de poker : le programme d'avril 
Un circuit professionnel en train d'évoluer à grande vitesse 
Tournois de poker : le programme de mars 
Le top ten des prop bets incroyables 
Tournois de poker : le programme de février 
La renaissance de Constant Rijkenberg 

Retrouvez en exclusivité sur MIP les patates du poker avec Martin Vidberg :

planche numéro 1
planche numéro 2
un jeu de stratégie
le monopole des jeux
l'entrée d'un casino
poker en ligne & casinos
la future régulation
l'économie par le poker
la lutte contre l'addiction


Les portraits
La stratégie


Le blog de Fabrice Soulier
Tutoriaux vidéos
Interviews vidéos exclusives
Critiques de livres de poker
Inscrivez-vous à la newsletter


 
Chilipoker DSO saison 2