» Mot de passe oublié ?
» Identifiant oublié ?


mercredi 10 février
Home > Articles > Tournois > Finale du PPT : la démonstration de Pasqualini
 

Finale du PPT : la démonstration de Pasqualini

Tournois
Par David Poulenard   
Lundi, 23 Novembre 2009 09:28



Avant ce dénouement en apothéose, nous avions assisté à une finale de solide facture, même si les adversaires se sont le plus souvent contentés de jouer leurs cartes. La première véritable surprise aura été la faillite de la délégation scandinave, notamment celle du grand favori Michael Tureniec. Au poker les rushs sont seulement provisoires, c'est la constatation que fera inévitablement Turienec qui avait réalisé un one-man-show en septembre, se positionnant large chipleader avant cette finale. Après les éliminations de Henri Kettunen et Mika Puumalainen, relativement short-stacks, ce fût au tour du Suédois de s'incliner à une inattendue septième place. En quelques mains, en particulier une violente rencontre entre Q-Q et K-K, Michael Turienec était passé du statut de chipleader incontesté à celui de petit tapis en danger. Malgré une longue résistance, il allait finir par baisser pavillon, se contentant de 133 600€, loin, très loin, du million qui lui semblait destiné...

L'élimination du grand favori devait provoquer une longue période de flottement, amplifiée par l'importante profondeur de tapis offerte par la structure. Après trois heures sans sortant, une terrible confrontation allait opposer trois joueurs à tapis avant le flop : Jean-Paul Pasqualini qui avait commencé son ascension (Q-Q), Hassan Fares qui subissait le destin contraire après avoir occupé le fauteuil de chipleader (3-3) et l'excellent Wesley Pantling, qui lui n'avait pas touché une carte intéressante de la journée (10-10). La logique étant respectée, Fares et Pantling disparaissaient simultanément, offrant un énorme avantage à "el Korsico" et une brusque et rémunératrice augmentation des prix promis aux survivants.

 

pasqualini_ppt



Avec seulement quatre rescapés et la moitié des jetons en circulation entassée devant la place du Corse, on aurait logiquement pu penser que le combat allait continuer à ce rythme. Ce ne fût absolument pas le cas ; avec la disparition de Fares le joueur le plus actif et celle de Pantling, infatigable relanceur, la finale avait perdu deux de ses animateurs, laissant un boulevard aussi large que la Croisette à Pasqualini. Si Cedric Rossi manifestait parfois la volonté de ne pas se laisser dominer, Michel Janvier et surtout Gianni Giaroni jouaient repliés dans leur moitié de terrain... Giaroni en particulier nous faisait une démonstration de Catenaccio à l'italienne qu'aurait apprécié l'Inter d'Herrera en 1950 ! Une stratégie qui lui avait néanmoins permis, en touchant de bonnes mains, de resister un certain temps, mais qui allait vite montrer ses limites devant l'augmentation des blinds et l'activité de Jean-Paul Pasqualini.

Short-stack, Michel Janvier disparaissait ensuite à la quatrième place, laissant les trois derniers rescapés s'affronter pour la victoire. Enfin deux plus exactement tant l'Italien faisait preuve d'une absence d'initiative incompréhensible, semblant espérer l'élimination de Rossi et se contenter d'une éventuelle deuxième place. Sa sortie en troisième position intervenant néanmoins comme une sanction devant un tel attentisme !

Le soleil s'était levé depuis longtemps sur les rives de la Méditerranée lorsque les deux derniers combattants, blaffards et épuisés, se livrent l'ultime bataille. Cedric Rossi décide de relancer avec et Pasqualini défend sa grosse blind avec . Le flop est dangereux J-10-8, le Corse fait parole et suit le continuation-bet de son adversaire. La turn, un 3, offre un petit quelque chose à Rossi, qui choisit néanmoins de checker prudemment lui aussi. L'apparition du (qui offre des possibilités de couleur) provoque l'irréparable, Pasqualini checke à nouveau bien qu'ayant touché une quinte et Cedric Rossi, qui porte les stigmates d'une nuit blanche, tente le tout pour le tout en annonçant tapis.
Après quelques secondes de réflexion, Jean-Paul Pasqualini finit par payer, s'adjugeant ainsi le pot et surtout un premier succès d'envergure sur le circuit.

 

pasqualini_winner.jpg
Un vainqueur fatigué mais heureux (c)Partouche


Une victoire méritée et incontestable, d'un joueur qui a pratiqué un poker remarquable tout au long de la finale, surmontant un départ difficile, évitant les balles avec justesse (notamment en abandonnant judicieusement A-K préflop contre A-A...) et prenant toujours les bonnes décisions. Jean-Paul Pasqualini obtient une consécration logique qui récompense une qualité de jeu indéniable et en laisse augurer d'autres...


Les résultats :

1. Jean-Paul Pasqualini : 1 000 000€
2. Cedric Rossi : 606 700€
3. Gianni Giaroni : 357 200€
4. Michel Janvier : 262 400€
5. Wesley Pantling : 211 800€
6. Hassan Fares : 155 800€
7. Michael Tureniec : 133 600€
8. Mika Puumalanein : 118 700€
9. Henri Kettunen : 102 300e

Commentaires (7)
AurelShen49
shen
Par AurelShen49, novembre 23, 2009
Il a été impressionnant des lectures dans tous les sens.

Il était en état de grâce pendant toute la finale.

Partouch a tapé fort avec cette structure, d'un point de vue marketing on regrettera le manque d'étranger en table finale, d'un point vue poker français par contre c'est génial !

Bravo à MONSIEUR Pasqualini
Cyril Fievet
...
Par Cyril Fievet, novembre 23, 2009
@AurelShen : "le manque d'étrangers" ? Hum... Il n'y avait que trois français sur neuf joueurs, me semble-t-il...
AurelShen49
...
Par AurelShen49, novembre 23, 2009
Jean-Paul Pasqualini
Cedric Rossi :
Michel Janvier
Hassan Fares

soit 40% de la table, bon tu me dira le tournoi était en France,

Je me suis mal exprimé, en fait ça manquait d'une tête d'affiche Américaine... ou d'un Gus! :)

Mais je parle d'un point de vue purement commerciale, d'un point de vue de joueur Français c'était génial
0
BRAVO
Par franck Maisonnat, novembre 23, 2009
Trés belle finale de Pascalini avec quelques adversaire de qualité ( rossi et painting ) . Pour le reste , un jeu completement allucinant de Farres ( d'un niveau incroyablement bas ! ) . A noter les All in incroyables de Pascalini ! Une lecture exceptionnelle ( il faudrat qu'il m'explique un ou deux de ces all in mais bon ! ) Bravo et encore bravo , chapeau bas à MONSIEUR PASCALINI . ( sans ces lunettes , il fait encore plus peur !! lol , un regard de fou ! ) . Le sud de la France a encore un representant de haut niveau . A++++++
0
El Korsico champion, titre mérité
Par Byshop, novembre 24, 2009
ça commence par un fold preflop de AK face à Rosse qui l'avait 3betté ensuite El korsico a ravagé ses adversaires en reraisant 2 fois à tapis post flop avec des reads de l'espace et juste une paire de 4 ou de 3. Il a également su extraire un maximum contre Pantling au cutt off avec AQhh pourtant short sur KQJssh Th Xs. Il avait flat calait AJss au bouton c/cflop ; bet/raise du korsico turn ; river c/c pour 500 000 jetons !!!
Sans parler du jeu maniac au bouton à 4 restant, un belle démonstration de poker à montrer dans toutes les écoles !
0
Information
Par marc hu, novembre 28, 2009
Bonjour,est ce que quelqu'un pourrait me donner un liens pour revoir la finale.Merci
David Poulenard
...
Par David Poulenard, décembre 08, 2009
Je n'ai pas trouvé l'endroit où revoir la finale, désolé.

 Ajouter votre commentaire

security code

 

busy
 
Chilipoker Deepstack Dublin : Poker et Guinness 
Tournois de poker : le programme de février 2010 
Aussie Millions, Tyron Krost vainqueur surprise 
Grand succès pour la Finale du France Poker Tour 
EPT de Deauville, Cody dégaine le premier 
William Reynolds remporte le high roller du PCA 
PCA : le championnat du monde des espoirs ! 
Tournois de poker : le programme de janvier 2010 
Le Championnat de poker de Belgique 2009 
Rendez-vous à Varsovie pour l'Unibet Open 
Tournois de poker : le programme de décembre 
Joe Cada nouveau champion du monde 
WPT Marrakech : un oasis dans le désert 
Tournois de poker : le programme de novembre 
Les WSOP Europe s'imposent comme un rendez-vous incontournable 

 
wsop_8free_fr
livres_accroche
annonce_debutant